covid-19 : 890 bougies à lausanne

  • Covid-19 : 890 bougies à Lausanne

    Imprimer

    « Nous demandons plus d’humanité dans la réponse donnée à la pandémie », a indiqué dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche l’organisateur de la manifestation lausannoise, qui regroupait des personnes privées de Lausanne et Nyon.

    Plus d’Humanité ? Ces 890 bougies correspondent au nombre de décès survenus dans le canton de Vaud. Donc l’accent donné par les organisateurs porte sur les décès et pas sur la réponse économique. Nos Gouvernements, à force de confinement et de re-confinement, sont en train de mettre nos Economies en état de quasi mort cérébrale et certains veulent plus « d’Humanité ». Quand aurons-nous, collectivement, atteint ce « plus » ? Quand nous vivrons tous dans des grottes des suites de l’effondrement économique de nos pays ?

    Tous ceux qui souffrent économiquement du confinement, qui perdent leur emploi et/ou leur logement, qui souffrent de dépression pour les mêmes raisons, trouvent-ils que nos gouvernements manquent « d’Humanité » et que nous devrions tous être assignés à résidence, à ne rien faire, pour faire preuve de plus « d’Humanité » en faveur des personnes vulnérables.

    J’ai toujours milité pour le confinement exclusif des personnes âgées et des personnes à risque (voir ma note du 2 mars 2020 : « Covid-19 : sachons raison garder »). Malheureusement, nos Gouvernements sont tétanisés par la terreur répandue par les épidémiologistes et les médias et ont oublié, sondages obligent, que la mort fait partie de la vie. Pour mémoire, l’âge moyen des personnes décédées en Suisse est de 85 ans, ce qui est plus que respectable (l’espérance de vie en Suisse pour les femmes est de 85,4 ans et de 81,7 pour les hommes). De plus, même chez les octogénaires atteints par le virus, le risque de décéder n’est que de 13 %.

    Pas une minute ne se passe sans que les médias répandent la peur. Et alors que les statistiques sont en baisse constante depuis Noël, ils ont trouvé une nouvelle marotte. Ou une nouvelle machine à cash : les nouveaux variants ! Plus d’un mois que l’on nous dit qu’ils sont beaucoup plus contagieux, qu’ils vont rapidement (dans les 3-4 semaines depuis qu’ils ont été identifiés mi-janvier) représenter la version dominante dans nos pays et pourtant les statistiques ne cessent de s’améliorer (actuellement environ 800-1'000 nouveaux cas par jour en Suisse alors que nous étions entre 13 et 15'000 début décembre). Et pourtant le matraquage continue. Il faut confiner encore plus sévèrement. Fermer les écoles. Pourquoi pas masquer les nourrissons ? Cesser de respirer ? Vivre dans des caissons étanches ?

    J’ai trouvé que le Gouvernement suisse s’était sorti plutôt honorablement de la première vague. Le semi-confinement était un moindre mal. Sa stratégie de sortie du semi-confinement en 3 étapes était raisonnable, claire et permettait aux branches économiques affectées de se préparer à leur reprise d’activité. Bref, j’ai trouvé cela intelligent et j’étais fier qu’il ait agi plus courageusement que beaucoup d’autres. Je suis beaucoup moins impressionné cette fois-ci. J’ai l’impression qu’il est atteint par le même mal que les Gouvernements des pays voisins : la peur poisseuse, déraisonnable. Et pourtant, selon certains, il semble encore manquer « d’Humanité ».

    Je suis d’accord avec l’USAM pour une reprise des activités début mars et j’espère que notre Gouvernement ne se laissera pas éblouir par la lueur de ces 890 bougies.