changement climatique

  • Climat : en finir avec la mentalité des vieux cons ?

    Imprimer

    Que cela fait plaisir de voir tous ces jeunes dans la rue pour la sauvegarde du climat et de notre/leur planète. Le combat sera rude car les résistances sont immenses. C’est ce que j’appelle la mentalité des vieux cons, c’est-à-dire celle de tous ceux qui ont verrouillé les leviers du pouvoir à leurs intérêts exclusifs. Et tant pis pour les conséquences, y compris pour leurs propres enfants et petits-enfants. Pour que les choses changent, il va falloir multiplier les manifestations et démultiplier leur ampleur.

    Ce qui est rassurant est que nous avons toutes les solutions techniques pour un avenir meilleur :

    • Agriculture : ceux qui détiennent les leviers prétendent que seule l’agriculture intensive et son avatar monstrueux, les OGM, peuvent nourrir la population mondiale. C’est un mensonge insupportable car cette agriculture basée sur le pétrole détruit les sols et les rend stériles. Nous avons, avec la permaculture et/ou l’agriculture biologique, des modèles efficaces et performants pour nourrir chacun d’entre nous sans nuire à notre avenir. La permaculture permet même de régénérer des sols stériles tout en produisant abondamment
    • Transports : ceux qui détiennent les leviers prétendent que seuls les moteurs à essence et au diesel sont la solution à nos besoins de mobilité. C’est un mensonge monstrueux car non seulement il freine la recherche et l’innovation mais il bloque les solutions qui sont déjà là comme les moteurs à hydrogène propre
    • Energie : là aussi des solutions existent alors que ceux qui détiennent les leviers prétendent que seul le modèle centralisé de production d’énergie est la solution. Il est certain que cela leur assure la domination sans partage sur nos Sociétés et des profits garantis et prévisibles. Plus le système de production d’énergie sera décentralisé et proche du consommateur, plus il sera efficace, plus il échappera aux tenants du nucléaire et des énergies fossiles

    Espérons que face à cette urgence vitale la jeunesse d’aujourd’hui ne fera pas comme toutes les générations précédentes : devenir elle-même une génération de vieux cons la quarantaine passée.