Trump : son meilleur business modèle

Imprimer

Homme d’affaires apparemment largement surévalué, Trump continue de gémir à la fraude depuis la Maison-Blanche. C’est toujours le même scénario répété en boucle, inlassablement : « je gagnais le 4/11 à 3h du matin et puis soudain « on » a balancé (sous-entendu : illégalement) des masses de bulletins en faveur de Joe Biden. » Sauf que ces bulletins n’avaient rien d’illégal. C’étaient les bulletins du vote par correspondance qui commençaient à être dépouillés. Et comme dans ce pays tout est politisé et polarisé, le vote en personne était à majorité en faveur du candidat républicain (corona sceptiques) et le vote par correspondance en majorité en faveur de Joe Biden (corona conscients).

Pourquoi les bulletins du vote par correspondance n’ont commencé à être dépouillés qu’à partir du 4 au matin ? Parce que le congrès à majorité républicaine des états de l’Arizona, de la Pennsylvanie, de la Géorgie, etc.. avait refusé que ces bulletins soient comptabilisés au fur et à mesure de leur arrivée (contrairement à la Floride). En faisant cela, ils avaient créé la situation explosive dans laquelle les Etats-Unis se trouvent depuis 1 mois : un président élu qui prépare son Administration et un Président en fin de mandat qui multiplie les actions en justice pour tenter de voler l’élection et de discréditer le processus électoral, pierre angulaire de la démocratie.

Il y a eu jusqu’à présent quantité d’interventions intempestives de Trump et plus de 40 actions en justice. Ce qui est intéressant, si l’on peut dire, est que Giuliani, l’avocat dément de Trump, clame partout où il le peut que l’élection a été entachée de fraudes massives mais que, chaque fois que lui ou un membre de son équipe, se voit poser la question par un juge : « Y a-t-il eu fraude ? », ils répondent : « non ». Pourquoi ? Parce qu’ils savent pertinemment qu’il n’y a pas eu de fraude et que s’ils mentent sous serment ils pourraient se faire rayer du barreau.

J’ai fréquenté plusieurs pervers narcissiques dans ma vie et ils partagent tous certaines caractéristiques : ils se dépeignent toujours en victimes, ils répètent leur narratif en boucle sans jamais se lasser, ils sont « charmants » en public et violents avec leur compagne dans le secret des 4 murs. Trump est un pervers narcissique sous testostérone. Il a pris les Etats-Unis (voire le Monde) en otage et il exerce sa violence partout où il le peut. Il ne comprend que le langage de la force et de la confrontation. 

Mais il y a un autre langage qu’il comprend très bien : l’argent. S’il a plusieurs fois fait faillite avec ses casinos, si son « université » a dû fermer car bidon, il a trouvé une fantastique vache à lait : la politique. En fanatisant les foules, il a trouvé le moyen de créer une machine à cash qui lui rapporte plus que les affaires et sans trop se fatiguer. Il a fait cela pendant la campagne de 2015-2016, il a continué pendant les 4 années de son mandat et maintenant il « joue » à être la victime pour obtenir encore plus de cash. Depuis l’élection perdue il fait des appels de fonds au public afin de financer les pseudo actions en justice pour rétablir la vérité. Résultat : 170 millions de dollars à ce jour.

Chapeau l’artiste : 170 millions en 3 semaines pour écrire quelques tweets et regarder la télévision, c’est certainement le meilleur business modèle qu’il ait jamais eu.

Commentaires

  • Et oui... Malheureusement je crois que Trump est tout simplement l'expression d'une société américaine en mal-être. Il séduit un électorat qui souffre et qui n'est pas entendue... Je vous invite à lire mon dernier article sur mon blog qui touche en quelques sortes à ce sujet :

    https://fabiencadez.blog.tdg.ch/archive/2020/12/03/les-moderes-du-peuple-pris-en-otage-par-des-forces-neo-fasci-311159.html#more

    Bonne journée à vous.

Les commentaires sont fermés.