Une femme victime de sévices pourra rester

Imprimer

Autant je suis pour une application aussi stricte et implacable que possible du droit d’asile si souvent abusé par des gens qui n’ont rien à faire en Suisse (et en Europe) tant ils sont en désaccord avec notre Etat de droit, nos mœurs et nos coutumes, autant je suis choqué par ces cas qui reviennent trop régulièrement dans les colonnes de nos journaux de femmes qui sont arrivées en Suisse et qui sont sous la menace d’un renvoi suite à un mariage abusif.

Cette application aveugle et imbécile du droit décrédibilise nos Lois sur le droit d’asile et en font une cible facile pour toutes celles et ceux qui cherchent à miner ce que nous cherchons à mettre en place afin de limiter les abus innombrables dans le droit d’asile.

Cessons de nous attaquer à des personnes fragilisées qui méritent notre soutien et utilisons nos énergies à celles et ceux qui méritent d’être expulsés car ils violent, par tout ce qu’ils représentent, notre Etat de droit et nos systèmes d’assistance et de solidarité !

Commentaires

  • C'est une décision politique imbécile, cette femme est originaire d'un pays qui bénéficie des subventions Européennes, et Suisses.

    Dans cet axe, on se questionne sur l'action du SEM et ses étranges applications du droit d'asile, étendu à

    - ces prétendants à l'asile, issus d'Afrique principalement, dont le SEM enregistre multiples femmes, droit au regroupement familial étendu en déni de nos lois à ces femmes et leurs progénitures, dont légalement rien ne peut attester de la véracité,

    - Idem du droits d'asile élargi à leur smala, accordé sur demande de ces prétendants à l'asile extra-européens, qui se font un business du "regroupement familial" via mariages forcés avec mineures - cultures musulmanes ou tribales, mariages enregistrés "au pays" sans validité reconnaissable en nos latitudes,

    le tout, en déni de nos principes.

  • Sans connaître les détails de la situation de cette migrante du Montenegro, qui ne veut pas retourner dans son pays,
    je m'interroge sur ses réels motifs en tant que femme, et déplore que celle-ci n'ait pas plus de dignité à défendre son indépendance autrement qu'en faisant appel à sa victimisation, pour bénéficier des facilités qu'elle rencontre déjà "sur place".
    Il est évident que nombre d'associations et socialo subventionnés sont montés au créneau, ou ont fait monté la mayo, lui promettant monts et merveilles de notre bien chère Suisse.


    Ce cas me rappelle celui de cette Roumaine venue sans papiers avec son bébé à Genève. Les services sociaux de Meyrin ont trouvé son bébé seul dans l'abri de jardin où elle passait ses nuits.
    Un avocat étranger, par ailleurs riche de ses multiples gestions de fortunes aux origines pas très claires & dizaines de sièges dans conseils d'admin de, en quête d'étoffer son image de généreux membre de la jet-set Genevoise, décida de la défendre, de la conduire, dans sa Porsche, à ses rdv avec les services sociaux, d'arranger l'annulation de sa condamnation pour abandon d'enfant, de lui organiser retour en Roumanie accompagné, payé, argent de poche, y tutti quanti.

    La Roumaine accepta de ne pas être jugée, ni condamnée, et signa pour tout: l'argent de poche, le retour payé, la prise en charge sur place en Roumanie par association, maman+enfant.

    Dès qu'arrivée en Roumanie, bébé pris en charge par associations financées Suisse, cette Roumaine disparu de la circulation.

    Combien de responsables dans nos services sociaux ou migration font comme cet avocat, et plient en dépit des règlements et lois, rien que pour l'image ?

  • Aller chercher son épouse jeune et jolie dans un pays pauvre c'est un vrai business-colonialiste! De vieux moches on en voit pleins les rues avec ces pauvres jeunes femmes, vous trouvez ça normal, c'est simplement de l'esclavage!

Les commentaires sont fermés.