Le bio pointé du doigt (31/05/2011)

C'est le titre tapageur de la manchette et d'un article du 30 mai, concernant cette bactérie tueuse qui sévit en Allemagne notamment, du journal «Le Matin», qui est au journalisme d'investigation ce que le « Mc D... » est à la gastronomie.

Depuis de nombreuses années, l'agriculture intensive impose ses méthodes en se voulant la seule façon sérieuse, scientifique, de faire pousser nos aliments. Cette agriculture impose ses méthodes qui ne s'intéressent pas à la vie des sols car elle impose à ceux-ci des intrants chimiques qui sont censés apporter les conditions nécessaires et suffisantes à la production de bonnes récoltes, et surtout en quantités abondantes. Sa deuxième revendication est de sécuriser l'apport alimentaire de l'Humanité en protégeant les récoltes contre tous les organismes nuisibles.

On a appelé cela la « Révolution verte », nom qui n'est qu'une pure imposture, car cette approche n'a rien de « vert ». C'est une approche dogmatique, violente, irrespectueuse des grands équilibres biologiques et bactériologiques  des sols et des plantes.

Je vois de grandes similitudes dans les méthodes, la propagande et l'absence de confiance dans les capacités d'auto-défense des organismes vivants entre l'agriculture intensive et  la médecine allopathique (voir mes billets "Quatre Suisses sur dix feront un cancer (1)", "Quatre Suisses sur dix feront un cancer (2)" et "La médecine allopathique est-elle la médecine de demain"). Je constate:

Il est parfaitement surréaliste d'accuser l'agriculture biologique d'être dangereuse alors que l'alternative, l'agriculture intensive, est une bombe chimique permanente qui pollue nos sols, nos aliments et les nappes phréatiques, créant des problèmes que nos enfants payeront de leur santé et dont ils devront supporter les effets délétères pendant des générations. C'est le même procès en sorcellerie qui est fait à la médecine alternative qui cherche à comprendre certains mécanismes pour y remédier plutôt que de chercher anxieusement à supprimer les symptômes.

Cela rappelle tellement la fable de La Fontaine, «Les animaux malades de la Peste» où les animaux les plus puissants condamnent le plus faible et le plus innocent d'entre eux:

Ce n'est que par nos choix de consommateurs, de citoyens, de malades que nous pourrons influencer, un tant soit peu, les grands choix des puissants qui nous gouvernent. On a vu en Tunisie et en Egypte que des régimes qui semblaient indéboulonnables se sont effondrés en quelques jours comme des châteaux de sable (même s'il reste tout à faire pour ces peuples). Je rêve du jour où l'Humanité fera le choix conscient de la Vie au détriment de méthodes trop souvent dangereuses pour son avenir.

 

08:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le bio pointé du doigt, agriculture biologique, agriculture intensive, similitudes entre agriculture et médecine | |  Facebook