23/08/2011

Y aurait-il mensonge et mensonge ?

La saga new-yorkaise de DSK touche probablement à sa fin. Dans un document adressé au juge, le procureur explique que des éléments prouvent qu'elle [Mme Diallo] a eu «une relation sexuelle précipitée» avec l'ancien patron du FMI, mais que ses mensonges ont «sérieusement entamé sa crédibilité».

Bigre ! Voilà une situation qui serait très intéressante si elle n'était potentiellement tragique.

D'un côté vous avez un homme qui est proche des sommets du pouvoir et cela depuis des décennies, qui connaît absolument tous les rouages de nos systèmes politiques, économiques et judiciaires. Qui est riche à nombreux millions notamment par sa femme. Qui sait à quelles portes influentes il peut frapper de jour comme de nuit.

Face à lui, et sans vouloir abuser de la corde sensible, vous avez une pauvresse arrivée clandestinement d'Afrique, qui ne jouit d'aucune connexion, doit difficilement gagner sa vie et subit même l'opprobre de la part de sa propre communauté à l'égard des femmes qui ont «fauté».

Rarement l'expression de pot de terre contre pot de fer n'aura été aussi justifiée.

Si cette femme a probablement émis, même sous serment, des mensonges, s'est contredite, peut-on vraiment lui en tenir tout à fait rigueur ? Imaginez la scène: vous arrivez, plus ou moins inculte d'un des pays les plus pauvres du monde, vous vivez clandestinement. Depuis votre arrivée sur le sol américain vous avez dû trouver des expédients pour survivre et passer entre les mailles du filet policier qui aurait eu tôt fait de vous expulser et un jour, vous vous retrouvez sous les feux cruels et inquisiteurs de la Justice, face à un des hommes les plus puissants de la planète.

Pensez-vous qu'à sa place, vous auriez été totalement serein(e), vous auriez fait face à cette machine judiciaire avec tous vos moyens psychiques, émotionnels et intellectuels, que vous auriez su éviter avec finesse tous les pièges tendus par la partie adverse (et nous avions été rendus attentifs dès le début de l'instruction que les avocats de DSK allaient chercher par TOUS les moyens à la discréditer) ? Honnêtement, si j'avais été à sa place, vraiment «à sa place», j'en doute fort.

Quant à DSK, même s'il s'est apparemment sorti de ce coup (si j'ose dire),  il ne semble pas être un ange pour autant. Et ses dénégations sont sujettes à caution, puisque le procureur lui-même admet que des éléments prouvent qu'elle a eu «une relation sexuelle précipitée» avec l'ancien patron du FMI. Et lui a eu la sagesse de se taire et de passer son temps à discréditer cette femme par avocats interposés.

Je doute que DSK ait dit toute la vérité dans cette affaire, tout comme il est clair que Mme Diallo n'a pas su défendre sa vérité avec toute la rigueur voulue pour parvenir à la faire éclater au grand jour. Dès lors, il est à penser que nous ne saurons jamais la vérité dans cette affaire.

Mais j'ai tout de même la fâcheuse impression que les mensonges des uns pèsent plus que les mensonges des autres.

21:39 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : y aurait-il mensonge et mensonge, diallo, affaire dsk | |  Facebook