15/02/2014

Initiative de l’UDC: ne nous laissons pas déstabiliser

Ne nous laissons pas déstabiliser par tous ceux qui expriment leurs rognes et leurs frustrations pour tenter de discréditer les uns ou les autres et diluer le résultat des votations de dimanche en semant la zizanie confédérale.

Les propos de ceux qui dénoncent le patriotisme réel ou fantasmé des uns ou des autres, de ceux qui souhaitent que tel ministre soit envoyé comme négociateur en chef à Bruxelles (Dieu nous préserve, je ne l’enverrais même pas acheter un kg de bananes), de ceux encore qui souhaitent que les quotas soient attribués aux cantons au prorata du résultat des votations prouvent que les politiciens français ayant réagi aux résultats de dimanche n’ont pas le monopole des âneries (voir mon précédent billet «Initiative de l’UDC: et pan sur le pif».

Le peuple suisse a voté avec sa maturité habituelle. Il a envoyé un message fort à la classe politique:

«Nous voulons maîtriser notre développement».

Rappelons que la population suisse, depuis l’ouverture des frontières et à cause du formidable succès et du pouvoir d’attraction de notre économie, croît de 1% par année. C’est énorme. Cela équivaut à devoir construire une ville de la taille de Lucerne CHAQUE année. Rapporté à l’échelle de la France, c’est comme si le solde migratoire était de 650'000 personnes. Alors qu’en 2013 il a été de moins de 300'000 sur un territoire immensément plus grand et dont les 2/3 ne sont pas occupés par les Alpes. Mais l’économie suisse a créé plus de 600'000 emplois ces dernières années, et pas dans la finance contrairement aux clichés qui ont cours dans certaines rédactions de médias européens, alors que, soit dit en passant, la France en a perdu encore plus.

Je crois, en fin de compte, que le peuple suisse a voté en faveur de la Lex Weber pour protéger ses paysages alpins contre la folie spéculative et qu’il a voté en faveur de l’initiative de l’UDC pour protéger le plateau suisse contre le développement anarchique auquel nous assistons depuis l’ouverture des frontières. Nous sommes heureux des succès de notre économie mais ces succès doivent être encadrés intelligemment par une politique adaptée et ne pas nous donner l’impression que c’est un train fou qui va détruire ce qui reste de notre identité nationale. Qui voudrait qu’avec les années et à ce rythme, le plateau suisse soit transformé en une gigantesque ville de Genève à Romanshorn ?

Donc en votant ainsi, nous avons été collectivement cohérents d’une votation à l’autre. Le seul problème de l’initiative de l’UDC était son libellé. Il était efficace politiquement parlant mais il ouvrait la porte aux interprétations xénophobes ce que n’ont pas manqué de faire certains observateurs malveillants. Mais ce n’est pas du tout la mentalité de notre population ouverte sur le monde.

C’est dur la politique et je ne souhaiterais pas cette carrière à mon pire ennemi. Entre la soumission au chef, les négociations jusqu’au bout de la nuit pour des queues de cerise, le respect des consignes y compris au prix de ses convictions, la politique est une machine à uniformiser et à broyer les êtres et leur identité. Ne laissons pas les frustrations de ces politiciens nous déstabiliser.

15/05/2012

Helsinki: encore raté

Pour les amateurs suisses de hockey sur glace, les années (trop nombreuses) se suivent et se ressemblent: une équipe qui se construit sur la base d'un bon championnat à l'échelle internationale (on a vu pendant le lock-out de la NHL que les joueurs suisses n'étaient pas loin des superstars de la NHL), des joueurs qui semblent vouloir s'affirmer, quelques brillants succès aux Jeux olympiques ou aux Championnats du monde contre les «monstres» planétaires que sont le Canada, la Russie, la Suède ou la République tchèque. Et puis patatras, il arrive toujours un moment où ce bel ensemble se fragilise, les pires défauts refont surface et l'équipe se liquéfie contre des nobody au pire moment.

C'est exactement ce qui est arrivé encore une fois. Certes, elle n'a cette fois-ci battu ni la Finlande, ni le Canada mais a très bien joué contre ces 2 équipes au sommet de la hiérarchie mondiale. Et puis arrive la France, qui, sans vouloir vexer personne, est en hockey sur glace à peine supérieure à ce que représente le Luxembourg dans le monde du football et ces Messieurs se payent le luxe de se trouer complètement, ruinant en 60 minutes, tout le travail accompli pendant l'année écoulée. Quel gâchis !

Comment des joueurs qui n'ont que leur désir de jouer en NHL à la bouche peuvent-ils fusiller leur avenir en 60 minutes avec un si bel et si récurrent enthousiasme ?

Je ne sais où se niche le problème. Ce que je vois est que des équipes qui viennent de nulle part (Allemagne, Danemark, Norvège) sont capables de rattraper la Suisse en quelques courtes années (il y a 3 ans, la Norvège n'était même pas le Liechtenstein du hockey), alors que les joueurs suisses qui semblent travailler comme des brutes depuis plus de 25 ans,  échouent systématiquement au moment de toucher au Graal.

Alors est-ce dans la tête, Docteur ?

Les sportifs suisses, à part de formidables et brillantissimes exceptions (Federer, bien évidemment, qui est au sommet de la hiérarchie mondiale et le meilleur tennisman de tous les temps, Mark Streit qui a su se faire respecter en NHL et a ouvert la porte aux autres hockeyeurs suisses, Didier Cuche l'inoubliable géant, Stéphane Chapuisat et Alexander Frei, les brillants footballeurs aux nerfs d'acier, Fabian Cancellara, le cycliste de l'impossible et heureusement beaucoup d'autres que je ne peux citer ici, faute de place), n'ont jamais brillé par leur grinta, leur capacité à renverser les montagnes, d'être le David qui terrasse le Goliath. Trop souvent, le sportif suisse semble se satisfaire de sa situation, semble décidé à respecter la hiérarchie, semble saisi du respect sacré devant plus fort que lui (ou supposé tel), refuse de «tuer le père». Trop lisse. Trop gentil. Trop dans le rang. Pas de têtes qui dépassent.

Je me suis souvent intéressé au sport en ce qu'il représente (peut-être) une part de l'âme d'un pays.

Le sport suisse est-il à l'image de notre pays, capable d'être brillantissime, mais tremblant devant le plus fort ? Est-ce que nous préférons mettre toute notre énergie dans un métier honnête, sérieux et souvent sans surprise ? Sont-ce près de 2 siècles de neutralité qui ont fait que nous avons perdu le goût et la capacité de nous battre, enterrant du même coup l'héritage de nos valeureux ancêtres mercenaires-soldats ? Avons-nous tellement intégré le respect de la hiérarchie et la soumission à l'Autorité que nous en avons perdu un peu de notre testostérone (ou un autre ingrédient nécessaire à la victoire) ?

Lorsque l'on voit l'état d'impréparation de notre Gouvernement et des Ministres qui le composent face à de graves questions (le très pathétique Ministre de la Défense et l'imbroglio de l'avenir et des missions de l'armée, la naïveté d'un autre face au tyran d'opérette libyen, etc..) on prend peur, effectivement. Face à l'agressivité des gouvernements de pays soi-disant «amis» et au vu de la rapidité avec laquelle nos Ministres baissent la culotte lorsqu'ils se font sermonner par plus «grands» dans la cour de l'école, on se dit qu'il y a encore du travail à faire avant que la Suisse, en tant que pays, se reconnaisse le droit d'exister et de gagner sur la scène internationale, alors que, paradoxalement, nous le faisons très bien dans l'économie privée.

Vous reprendrez bien un peu de psychothérapie collective ?

20:09 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : helsinki: encore raté, ueli maurer, merz, federer, cuche, sportifs suisses | |  Facebook

16/02/2012

Evitons un psychodrame

Je ne me prononcerai pas ici sur l'utilité ou l'inutilité pour la Suisse d'acquérir un nouvel avion de combat. Je dois admettre pourtant, que sur ce terrain, les arguments des uns et des autres restent peu convaincants. Et les lacunes stratégiques inquiétantes de notre ministre de la défense (on se disait qu'il serait difficile de faire pire que le notaire bernois à ce poste et pourtant on en arrive presque à le regretter) n'apportent aucune réponse  quant à l'utilité de ces avions, pas plus qu'aux missions de l'armée en général (à part qu'elle doit être "le meilleur de la mônde").

Parmi les grands arguments des opposants il y a le prix insupportable de ces nouveaux avions, le fait  que la Suisse n'a pas les moyens de les acheter, que cela va grever d'autres budgets et patati et patata.

Or, une fois encore le budget de la Confédération, malgré la crise épouvantable qui secoue l'Occident depuis 2008, a généré un boni de 2 milliards de francs en 2011. Après avoir dégagé plus de 3 milliards en 2010, etc..

Ces avions qui coûteront, au maximum, à peine plus de 3 milliards (on parle régulièrement de nouvelles offres nettement en-dessous de ces 3 milliards ces derniers jours) pourraient donc être payés presque intégralement avec les excédents d'une seule année du budget de la Confédération. Il serait donc temps de cesser de parler d'argent afin de se consacrer à la vraie question des missions de notre armée.

Cela pourrait sans doute nous éviter un nouveau psychodrame national, épuisant et dont nous n'avons que faire et nous permettrait de consacrer notre temps et notre énergie à ces questions fondamentales et ô combien plus vitales pour notre avenir que sont les buts, les missions et la raison d'être de notre armée.

19:21 Publié dans Suisse - ses défis | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : evitons un psychodrame, avions de combat, ueli maurer | |  Facebook