05/08/2017

Trump : lentement mis sous tutelle par le parti républicain

De très intéressants développements ont eu lieu ces derniers jours qui démontrent que le parti républicain est enfin en train de prendre conscience du caractère toxique de la présidence Trump. Tout d’abord le Congrès a voté à une écrasante majorité (il n’a manqué que 3 votes) une proposition de Loi visant à empêcher le Président de lever les sanctions contre la Russie. Avant d’adopter de nouvelles sanctions. C’est, très ironiquement, la seule Loi que Trump ait signée jusqu’ici. La seule qu’il n’aurait jamais voulu signer.

Le tout nouveau Secrétaire général de la Maison-Blanche, le général John Kelly, aurait exigé que personne ne puisse plus s’adresser au Président sans passer par lui, sa famille comprise. Et son téléphone est également contrôlé afin de limiter le risque de nouvelles tempêtes médiatiques, à coups de tweets rageurs. De plus, selon l’agence Associated Press, John Kelly a informé Le ministre de la justice Jeff Sessions que sa place n’était pas/plus menacée. Ce qui veut dire, en d’autres mots, que Trump ne pourra pas le limoger. Une hypothèse évoquée afin de pouvoir, en deux temps, se débarrasser du Procureur spécial Robert Mueller enquêtant sur les liens de la campagne Trump avec la Russie.

Puis c’est le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, qui a apporté sa touche. Tout en envoyant le Sénat en vacances pour le mois d’août, il a utilisé une procédure qui va, de fait, maintenir le Sénat en activité minimale avec des séances dites « pro forma ». Même si celles-ci ne dureront que quelques minutes, ce sera une façon d’empêcher le Président d’utiliser son droit constitutionnel de nommer/limoger de hauts fonctionnaires pendant les vacances du Sénat, sans avoir à demander son accord. C’est la deuxième méthode choisie par les Républicains pour protéger Jeff Sessions et finalement Robert Mueller.

Robert Mueller qui était menacé jusqu’à très récemment par le Président va pouvoir continuer son travail. Et il s’intéresse aux finances de Trump. Il est plus que temps que quelqu’un dans ce pays s’intéresse aux finances de ce roitelet de pacotille. Je suis convaincu que c’est là que se trouvent les réponses aux liens malsains entre Trump et la Russie car Trump, contrairement aux apparences, n’a pas toujours été un homme d’affaires avisé ni couronné de succès. Il serait tout sauf étonnant que certains oligarques russes soient venus plus d'une fois à son secours, d'une façon ou d'une autre. Et toute aide a un prix. Robert Mueller a maintenant nommé un Grand Jury. C’est une étape décisive car celui-ci a toute latitude pour faire comparaître littéralement n’importe qui devant lui. Il faut répondre aux questions sous serment et sans l’aide d’un avocat. Mentir est un crime. Imaginez le menteur pathologique devant un tel jury…

Tout ceci prouve que le parti républicain se réveille lentement de son mauvais rêve. Rêve d’utiliser l’impensable victoire de Trump afin de faire tout ce qu’il n’osait même pas rêver de faire. Or après près de 7 mois de présidence, le bilan est inexistant. Et promet de le rester. Pire: c'est tout le parti républicain qui reste d'être entraîné dans sa chute. La mise sous tutelle de Trump est la première mesure afin de sauver ce qui peut encore l’être.