24/03/2012

Une (très) grosse bombe sanitaire, à retardement (2)

Malheureusement, les bactéries résistantes ne sont pas le seul souci sanitaire qui nous menace en tant qu'espèce, la seule espèce vivante capable de s'autodétruire et peut-être même sans recourir aux moyens militaires.

L'approche allopathique de la médecine occidentale (et de la médecine vétérinaire) diffuse généreusement des substances médicamenteuses à haut pouvoir toxique. Les substances chimiques contenues dans les antidépresseurs, les antidouleurs, les somnifères, la pilule contraceptive, les hypocholestérolémiants, la cortisone, les antibiotiques bien évidemment, les chimiothérapies, etc.., tout cela finit dans les eaux usées de nos villes et de nos campagnes.

Il n'y a aucune baguette magique qui ferait qu'entre le moment où le consommateur de médicament avale un de ceux-ci et le moment où il en excrète les résidus,  ces substances seraient devenues neutres et inoffensives. Et aucune station d'épuration, à l'heure actuelle, n'est équipée pour filtrer ces microéléments toxiques venant des médicaments. Tout consommateur d'eau « potable » habitant en aval d'une municipalité quelconque, court le risque d'avaler un cocktail de substances chimiques d'origine médicamenteuse.

Notre mode de vie impose une charge toxicologique énorme sur notre environnement. Aux médicaments, vaccins compris, il faut ajouter les polluants excessivement dangereux en provenance de l'agriculture intensive. Ces polluants sont immensément  toxiques et ont une longue durée de vie. Cela veut dire qu'une fois relâchés dans l'environnement, ces pesticides y restent pendant des décennies, polluant les sols et les nappes phréatiques. Et la propagande qui soutient cette agriculture anti-vie est la même que celle qui soutient la médecine allopathique. Dans les deux cas, les géants de la pharma et de la chimie, mais ne sont-ce pas les mêmes, arrivent à nous faire croire que seules leurs méthodes et techniques sont fondées sur de solides travaux scientifiques. Approches seules à même de protéger l'Humanité contre la Maladie et contre la famine. Et que toute autre voie n'est que charlatanisme.

Les polluants chimiques médicamenteux et phytosanitaires déjà décrits et les produits chimiques toxiques produits parfois par milliers de tonnes chaque année par l'industrie, comme le bisphénol-a (qui est un perturbateur endocrinien) et le formaldéhyde (classé comme « cancérogène certain ») font peser une pression terrible sur notre environnement et forcément sur nous-mêmes. Il est inquiétant de voir à quel point les autorités responsables de la veille sanitaire sous-estiment les méfaits de ces différents polluants sur la santé humaine, alors même que quantités de maladies sont en croissance parfois exponentielle: asthme, autisme, diabète, cancer, etc..

La santé est un domaine extraordinairement complexe. Même si nous avons faits de grands progrès en biologie et en biochimie, la réalité est que nous en savons encore très peu. Si peu. Nous sommes encore des nains, face à l'immense complexité de la Vie. C'est pourquoi cette arrogance qui prétend que nous pouvons agir à notre guise en diffusant par tonnes des substances dangereuses est une folie suicidaire.

Comme l'industrie et les Académies de médecine ne sont pas prêtes à entendre ce message, cela se saurait, c'est à nous, consommateurs, de prendre notre vie en main:

  • Chaque fois que nous ferons le choix d'une médecine « douce » à la place de la médecine toxique, nous ferons quelque chose pour nous-même et pour notre environnement,
  • Chaque fois que nous refuserons la facilité consistant à aller consulter pour recevoir la « pilule magique » censée régler tous nos problèmes, nous ferons quelque chose pour nous-même et pour notre environnement,
  • Chaque fois que nous accepterons de « souffrir » un peu pour donner la chance à notre organisme de régler un apparent problème de santé (parfois notre corps/psychisme ont besoin de passer par un ensemble de symptômes nous faisant croire que nous sommes « malades » alors qu'en réalité le corps/psychisme sont engagés dans un processus d'auto-guérison), nous ferons quelque chose pour nous-même et pour notre environnement,
  • Chaque fois que nous ferons le choix de produits issus de l'agriculture biologique, nous ferons quelque chose pour nous-même et pour notre environnement

Et réservons la médecine toxique pour les cas où le pronostic vital est engagé. Ou en fin de vie, pour soulager la douleur.


N'oublions jamais que malgré notre arrogance, nous sommes des nains. Personne ne comprend pourquoi une personne réagit de façon x à un environnement donné et qu'une autre personne réagit de façon y. Personne ne sait pourquoi une personne développera telle ou telle pathologie. Personne n'est à l'abri de développer une maladie, cancer y compris, même en suivant les meilleurs préceptes de vie. On ne peut que minimiser ses risques.


Si nous tous avions un tout petit peu plus de respect pour le miracle et le mystère qu'on appelle la « Vie », nous diminuerions le risque de nous auto-détruire en tant qu'espèce.