26/09/2011

Qui sont les vrais dangers pour la sécurité à Genève

Intéressant article aujourd'hui, dans la TDG, sur ces courageux citoyens qui tentent, au prix de leur propre sécurité (voir l'article listant toutes les intimidations subies), de sauvegarder ce qui reste de la (bonne) réputation de Genève, en empêchant, autant que faire se peut, les joueurs de bonneteau de sévir.

Nous savons tous que ce «manège» ridicule et inacceptable dure depuis de trop nombreuses années et que nos «autorités» (je mets toujours ce mot d' «autorité» entre guillemets, car en Suisse, ce mot est vraiment tellement galvaudé que je ne peux l'utiliser sans rire).

Je trouve extrêmement triste et inquiétant que de braves gens se voient obligés de faire ce que l'Etat est incapable de faire. Et je félicite ces honnêtes citoyens de s'engager, avec leur courage comme seule arme, contre ces bandits des rues et en faveur d'une certaine image qu'ils se font de leur ville.

Où l'article me fait bondir, c'est lorsque je lis les conclusions de M. Laurent Paoliello, responsable de la communication pour la conseillère d'Etat responsable de la Police, Mme Isabel Rochat: «[...] D'un sentiment d'insécurité, cette milice crée une véritable insécurité et la renforce.»

Formidable, magnifique ! Maintenant nous savons enfin qui crée l'insécurité à Genève. Peut-être ont-ils trouvé cette inspiration à New-York !

Vraiment, avec des commentaires aussi inspirés et une telle attitude de la part des responsables de la sécurité, Genève n'est pas au bout de ses peines. Les joueurs de bonneteau, les dealers, les malfrats, le petit et le grand banditisme ont encore de beaux jours devant eux. Et nous, honnêtes citoyens, payons tous le prix de l'impéritie de nos «autorités». Avant que ce soit la ville de Genève, dans sa globalité.

Alors qui sont les vrais dangers pour la sécurité à Genève ? L'article y répond magistralement. Par l'absurde. La situation de déliquescence créée par nos «autorités» montre où se trouvent les vrais responsables.

Et merveille de la démocratie, on apprend un peu plus loin, par la bouche du même M. Paoliello que : «Nous souhaitons procéder à une modification du règlement d'application pour permettre aux agents de la police municipale d'intervenir contre les bonneteurs». L'initiative doit être validée par le Conseil d'Etat.

Voilà la réalité, d'un côté nous avons nos démocraties qui, pour chaque problème, même brûlant, doivent passer par tous les méandres des voies législatives: des mois et des mois pour interdire la mendicité, combien d'années faudra-t-il pour réaménager le Code pénal pour qu'il retrouve un caractère plus dissuasif (et là, cela se complique car il faut passer par Berne), etc.. De l'autre, des petites frappes, mobiles, déterminées, ayant un mépris abyssal pour nos coutumes et nos institutions, qui se partagent un nouveau marché du crime en 2-3 coups de téléphone portable ou en 2-3 coups de couteau.

C'est un drame dont je ne vois pas l'issue car nos Sociétés n'ont jamais trouvé une voie entre la démocratie veule et la dictature la plus abjecte.