30/12/2012

Bravo M. Olivier Jornot

Ravi d’apprendre, selon un article de la TDG de samedi, que l’on assiste à une renaissance du Ministère public. Après les années Zappelli et ses dérives sur à peu près tous les plans, cela fait un bien fou à la République.

On apprend, entre autres, dans cet article, qu’il «cadre et intimide». Cela me paraît deux qualités indispensables face à des fonctionnaires qui ont pris de mauvaises habitudes et qui se montrent parfois capricieux et imbus de leurs prérogatives. Et cela ne vaut pas que pour le Ministère public.

Il y a malheureusement tant de départements, d’organismes ou de régies publiques qui dysfonctionnent à Genève qu’il faut souligner ce remarquable succès, obtenu qui plus est en seulement quelques mois (il est entré en fonction en avril 2012).

Mon souhait pour 2013: qu’il y ait moins de politiciens et de fonctionnaires à l’ego hypertrophié et/ou de bras cassés qui sévissent dans notre République et plus de personnes compétentes comme M. Olivier Jornot et M. Pierre Maudet. Avec des personnes de cette trempe, Genève et les Genevois pourraient regarder l’avenir avec plus de confiance.

Vive 2013 et tous mes vœux pour cette année aux nombreux défis.

12/12/2012

Rendre la vie impossible aux délinquants qu’on ne peut renvoyer

C’est le dernier acte de foi de M. Pierre Maudet, en charge de la sécurité à Genève. Il semble que par cet aveu il commence à réaliser l’impossibilité institutionnelle de faire quelque chose de sérieux face à cette problématique. Cette proposition m’en rappelle une autre, tout aussi pathétique, formulée en son temps à Lausanne (voir mon billet «Interdiction de périmètre»).

M. Maudet représentait un des derniers espoirs, pour beaucoup de Genevois, de faire enfin quelque chose pour lutter contre l’insécurité dans notre Canton. Mais entre ses amis de droite qui ne veulent pas ouvrir le porte-monnaie et ses opposants de gauche qui vivent encore au pays des grandes illusions, rien ne bouge et rien n’avance.

La Suisse en général et Genève en particulier, en tant qu’hôte des institutions de l’ONU pour la protection des réfugiés, est dans une situation encore plus délicate que le reste de l’Europe où règne déjà une belle hypocrisie dans ces domaines. Il est excessivement malheureux, absurde et stupide de confondre la protection des vrais réfugiés et la coupable passivité avec laquelle nous refusons de traiter les questions de délinquance liée (la plupart du temps) aux faux réfugiés qui ne viennent ici que pour s’enrichir de la façon la plus vile et la plus rapide.

N’y a-t-il aucune voie de la raison entre ce laxisme insupportable et le fascisme ?

Malheureusement, lorsque nos Sociétés jouent avec le feu, refusent de s’attaquer avec conscience et dignité à certaines problématiques, elles finissent par récolter le fascisme.