22/09/2011

Trop de mots, pas assez d'actes

Officiellement, le trafic sur les routes nationales a doublé ces 20 dernières années.

Je crains qu'il en soit à peu près de même dans nos villes. En tous les cas, mon nez est convaincu de la hausse constante et considérable de la pollution dans notre pays et dans nos villes. Je suis effaré de l'explosion du nombre de mobylettes qui sillonnent nos rues, été comme hiver, des engins littéralement monstrueux tant ils sont une agression systématique pour nos poumons et nos oreilles. Tout aussi effaré par l'augmentation de vieilles voitures poussives, évidemment sans pot catalytique, dont, même lorsqu'elles se cachent derrière le doux euphémisme de «old timer», n'en sont pas moins des bombes à retardement ruinant tous nos efforts pour améliorer la qualité de l'air. Comme en plus la part des voitures roulant au diesel a également explosé dans le parc automobile, passant de 4-5% il y a 20 ans à près de 40% aujourd'hui , et en n'oubliant pas que le parc automobile suisse détient le triste privilège d'être le plus polluant d'Europe, on comprend que l'air de nos finalement petites villes, devient irrespirable. Tout cela alors que 80% des Suisses se disent «prêts à faire quelque chose pour l'environnement».

Il serait temps de commencer à faire ce quelque chose. Certes, à partir de 2012, les nouvelles voitures diesel devront être équipées d'un filtre à particules, comme dans le reste de l'Europe, mais cela ne suffira pas. De loin pas.

Il faut prendre des décisions courageuses et pourquoi ne pas commencer par ces milliers de camions et de bus qui circulent tous les jours dans notre pays et qui étouffent nos villes.

Il y a des centaines d'automobiles postales et de bus des transports publics qui circulent la journée sur des itinéraires fixes et qui passent la nuit dans un hangar, toujours le même. La même chose peut être dite de milliers de camions de livraison qui ne font que quelques dizaines de kilomètres par jour, depuis leur entrepôt jusqu'à leurs clients. Ces engins extraordinairement bruyants et polluants seraient des candidats parfaits pour introduire les moteurs électriques dans leur exploitation quotidienne. Je suis persuadé qu'avec de la bonne volonté et des décisions ambitieuses, nous pourrions utiliser les milliers de m2  de toits de ces hangars et de ces entrepôts pour produire l'énergie électrique d'origine solaire qui ferait circuler ces véhicules, pour le plus grand bénéfice de nos oreilles et de nos poumons. En bref de notre santé.

Doit-on attendre d'être tous encore plus malades du bruit et de la pollution pour oser enfin prendre des mesures  volontaristes, coercitives au besoin, pour faire avancer les choses dans la bonne direction.

La nature humaine est ainsi faite, comme on l'a vu avec la fumée dans les lieux publics, que si l'on attend sur la bonne volonté des uns et des autres eh bien on peut attendre pour l'éternité. A un moment donné, il faut que l'Etat, qui devrait incarner le rôle de garant du bien vivre ensemble, impose, par toutes les mesures appropriées, un bond en avant qualitatif, que cela plaise ou non à certains.