22/02/2012

Ne méritent-ils que notre mépris ?

Dans un éditorial de ce jour dans la TDG, M. Benjamin Chaix évoque l'agression particulièrement lâche et sordide de deux jeunes « zizous » contre une vieille dame de 79 ans. Devant leur absence totale de remords, de regrets, de pitié pour leur victime, le journaliste conclut en disant: «ces deux malheureux zizous, comme l'individu qui a agressé une jeune femme dans son jardin 24 h. plus tard [...] et tous ceux qui considèrent Genève comme leur terrain de chasse, ne méritent que notre mépris le plus profond».

Vraiment ?

Est-ce une nouvelle forme de bouclier contre la criminalité de toute sorte et de toutes origines qui monte à Genève et dans toute la Suisse romande (au minimum) ? Devrions-nous passer quelques minutes chaque jour à «mépriser ces pauvres âmes errantes» pour nous protéger de leurs menées criminelles ?

En tant que membre de la classe moyenne, je me sens vraiment pris en otage entre les ultras riches qui accaparent les richesses, y compris ces oligarchies régnantes et corrompues dans les pays du Tiers-monde et les ultras pauvres en provenance de ces mêmes pays (ou des banlieues «tiers-mondisées» du pays voisin) qui viennent en Suisse pour piller tout ce qu'ils peuvent piller. Cette situation est insupportable sur les deux plans car c'est le plus souvent la classe moyenne qui souffre le plus.

Le seul moyen de rétablir la situation est que nos élites retrouvent leurs esprits et acceptent de partager leurs richesses de façon plus équitable (par une fiscalité plus juste) et que parallèlement nos Sociétés instaurent la tolérance zéro pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent envisager de gagner leur vie autrement que par des activités criminelles.

20:03 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ne méritent-ils que notre mépris ?, zizous, benjamin chaix | |  Facebook