28/12/2011

La Suisse aussi doit se restructurer

Dans mon billet précédent je parlais du besoin, pour Genève, de supprimer cette pléthore d'Exécutifs qui contribuent à paralyser son développement. Je sais bien que cette idée est encore très utopique et que les communes en question vont se battre becs et ongles pour maintenir le privilège d'administrer leur pré carré et de défendre leurs intérêts parfois étroits (les habitants des communes les plus riches du canton ont-elles la moindre volonté de partager une communauté de destin, ne serait-ce que fiscale, avec les plus pauvres ?)

Genève doit impérativement changer pour s'adapter au rythme imposé par la mondialisation et la compétition de plus en plus frénétique imposée par les autres villes qui toutes cherchent à se profiler sur la scène internationale. Genève doit choisir entre rester un grand village fier de sa réputation planétaire et devenir une véritable métropole au développement intelligent, cohérent, coordonné, et offrant des nouveaux quartiers emblématiques, notamment par leur convivialité et par leur qualité de vie axée autour des normes les plus audacieuses en termes de protection de l'environnement.

Ce qui est vrai pour Genève l'est tout autant pour la Suisse. Ce pays minuscule par la taille, ne l'est certes pas par son rayonnement. Mais pouvons-nous nous permettre de conserver un système de 26 Etats confédérés dans un si petit territoire ? Ici comme là, cela complique immensément la prise de décisions car il faut négocier à tant de niveaux différents et respecter tant de susceptibilités que cela devient une véritable usine à gaz. A mon humble avis, la structure actuelle était parfaite au 19ème siècle, à une époque où la difficulté à se déplacer dans un territoire largement occupé par les Alpes, prévalait. Mais la construction de toutes ces autoroutes et de tous ces tunnels a réduit notre perception de la taille de notre territoire national. Aujourd'hui il me semble absurde, au-delà de l'Image d'Epinal, de continuer de respecter cette ancienne structure.

Certes, sur le plan national, il y a une véritable recherche de fusion des Communes (même si certaines tentatives ont échoué). Cette tendance est louable, même si elle me paraît trop lente. Je crois, toutefois, qu'il faut aller beaucoup plus loin et oser remettre en question des vérités qui sont encore taboues. Je pense que dans un avenir relativement proche, la Suisse devra s'articuler autour de 4,5 ou 6 Régions dont le centre sera une des «grandes» villes. Le découpage devra se faire intelligemment afin de respecter les équilibres linguistiques et économiques afin que la gouvernance du pays reste un subtil équilibre entre ces différentes Régions. Mais 4,5 ou 6 Régions de 1-2 millions d'habitants offriraient une dynamique plus grande et accéléreraient la prise de décision. La fusion de Genève et du Canton de Vaud, dès lors, ne devrait plus être un tabou tant notre communauté de destin est grande (mais ne peut se faire sans que les cantons alémaniques s'engagent dans la même concentration).

Là aussi, il s'agit de penser hors de nos habitudes actuelles, mais si ces mouvements sont bien conçus, il devrait en résulter un grand bien. La concentration des pouvoirs n'empêche pas le respect de l'autre et devrait faciliter l'aménagement du territoire. La structure actuelle encourage au contraire le mitage du territoire (chaque Canton et chaque Commune veut se développer à tout prix pour sauver sa peau). Ce développement galopant et anarchique est un cauchemar et contribue à enlaidir furieusement notre si beau pays. Le jour n'est plus très loin où il sera impossible de traverser la Suisse sans voir partout ces hideuses zones industrielles, artisanales, ces Centres d'achats à la périphérie de nos villes, voire de nos villages. Il reste peu d'années avant que le désastre ne soit consommé et irréversible.

La Suisse doit se repenser autrement, sans pour autant perdre le respect des différences qui fait sa force et son originalité.

20:46 Publié dans Suisse - ses défis | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : la suisse aussi doit se restructurer | |  Facebook