08/09/2015

Il aura suffi d’une photo

Depuis de nombreux mois nous assistons à une cacophonie de plus en plus indigeste face au siège de notre continent, fait pas les millions de migrants potentiels fuyant la désespérance sans issue de leurs pays respectifs. Les Syriens, par exemple, après avoir fui la guerre civile en se réfugiant en masse au Liban et en Turquie sont décidés à se trouver un véritable avenir en Europe. Encouragés en cela par des passeurs pour lesquels c’est un business extraordinairement lucratif (pour rappel, un bateau avec 800 migrants « rapporte » un million de dollars). Or il y a des millions d’immigrants potentiels car de l’Afrique au Pakistan, il y de nombreux pays accablés par la misère due à des gouvernements corrompus ou à la guerre que les musulmans mènent aux musulmans ou les deux à la fois. 

Et que faisons-nous face à cela ? Après avoir dressé des barrières sur les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla et avoir tenté de dissuader les migrants potentiels de tenter leur chance, nous assistons à des gesticulations de la part de tous nos gouvernements qui ne savent simplement pas quoi faire face à cet exode. D’un côté ils voudraient fermer les frontières et de l’autre ils sont piégés par la soi-disant tradition humanitaire de l’Europe. 

Ainsi, nous avons eu le discours de fermeté sur la façon dont nous allions appréhender les bateaux affrétés par les passeurs afin de les bouter hors des eaux européennes. Puis les mêmes ont parlé de détruire lesdits bateaux. Je ne sais pas si l’Afrique est un grand cimetière à vieilles épaves mais visiblement, si cette politique est appliquée, elle ne sert strictement à rien. Et les voies se sont diversifiées. Aujourd’hui toutes les routes possibles et imaginables sont empruntées, comme si une digue s’était rompue. 

Face à l’évidence on a ensuite été spectateur d’une guerre des égoïsmes par médias interposés. Au cours de différents sommets européens, qu’il vaudrait mieux renommer les abysses européens, on a assisté aux pathétiques tentatives des différents pays de l’UE de se repasser la patate chaude. C’était à qui trouverait le meilleur moyen d’accueillir le moins de réfugiés possible. Des quotas de répartition ? Jamais de la vie. Et la Grande-Bretagne, traditionnel aimant à migrants, tentait de se calfeutrer tant bien que mal. 

On a passé ensuite à une guerre des chiffres. Impossible d’avoir un chiffre honnête sur ces vagues migratoires. Selon les uns il est entré 124'000 personnes en Europe cette année. D’autres nous parlent de plus de 300'000. Seule Mme Merkel a eu le courage de dire la vérité en disant que l’Allemagne allait accueillir 800'000 immigrants cette année. Sur la base de ce chiffre et en l’extrapolant à l’ensemble de l’Europe, il est plus que probable que le véritable solde migratoire pour 2015 se situera aux alentours de 1,5 millions. 

Et puis il y a eu la fameuse photo que tout le monde connaît. Depuis, d’une seconde à l’autre, et pour flatter l’opinion publique bouleversée, c’est à qui se montrera le plus vertueux. Les gouvernements, comme les simples citoyens, veulent tous faire partie des justes. La France est fière d’annoncer qu’elle va accepter 24'000 Syriens dans les 2 années qui viennent (cela rappelle Mme Sommaruga qui annonçait fièrement il y a un peu plus d’un an que la Suisse allait accueillir 500 Syriens). Comme si les migrants s’intéressaient à nos petits calculs d’apothicaires. Même David Cameron y est allé de son laïus humanitaire. Nous assistons depuis à une véritable forme d’hystérie collective. J’en veux pour preuve la haie d’honneur à la gare de Münich à l’arrivée d’un train de réfugiés ainsi que toutes les grandes déclarations vertueuses de politiciens qui n’ont d’yeux que pour les sondages d’opinion. 

En ce qui concerne l’Allemagne, elle a certes beaucoup, beaucoup à se faire pardonner, mais le seul point sur lequel je suis d’accord avec Mme Merkel est que cette vague d’immigration va changer le visage de l’Allemagne (et de l’Europe par la même occasion). Ce qu’elle n’a pas dit c’est dans quel sens.

19/04/2012

La vie politique française ne fait plus rêver

Il y a quelques années encore, la vie politique « à la française » faisait rêver beaucoup de citoyens suisses romands pour qui la vie politique au quotidien était souvent fade, austère, ennuyeuse comme une soupe sans sel.


Depuis, la politique de ce côté-ci du Jura s'est considérablement musclée et celle du côté français a perdu sa  capacité à faire rêver. Et la campagne actuelle est sans doute la plus fade depuis très longtemps.

En effet, les 10 prétendants s'ils sont parfois bardés de bonnes intentions, n'en sont pas crédibles pour autant. Peut-on vraiment croire que le candidat-président, qui s'est révélé un piètre président pendant 5 ans, va soudain, par la magie d'un nouveau mandat, réussir tout ce qu'il a raté pendant son premier mandat ? Peut-on vraiment croire que son challenger principal va soudain devenir l'homme courageux et volontaire dont ce pays au bord de la catastrophe a besoin (certes, on peut « changer » son caractère le temps d'une campagne, mais ce « changement » résistera-t-il à l'usure du temps) ? Croit-on vraiment que M. JLM va pouvoir faire plus qu'amener la France au bord d'un nouveau « grand soir » où il faudra choisir entre l'austérité la plus contraignante et la « rupture avec le capitalisme » avec toutes les conséquences que cela aura (la France veut-elle devenir une sorte de pays en marge au cœur de l'Europe) ?

Quant aux autres candidats, ils ne sont pas plus crédibles que les trois premiers cités. M. Bayrou est excellent dans son rôle de grand moralisateur de la vie publique, mais quelle serait sa véritable compétence en tant que Chef d'Etat ? Mme Le Pen qui n'arrive même pas à soutenir le regard de ses adversaires politiques pourrait-elle vraiment tenir tête à ceux qui, demain, attaqueront la France (« Marchés », les technocrates de Bruxelles, les pays émergents, ...). Quant aux autres candidats, pas sûr qu'il vaille la peine de trop perdre son temps à les citer.

Je suis vraiment satisfait de vivre dans un pays qui ne sacralise pas UN homme au détriment de tous les autres. Qui n'entretient pas l'illusion qu'un homme peut tout changer par on ne sait quels pouvoirs magiques (car cela relèverait vraiment de la magie de pouvoir relever la France en quelques Lois). Je préfère mille fois un système qui s'appuie sur des Institutions. Qui fonctionne par le respect de ces Institutions et par le travail de chacun. Où chacun a à cœur de se prendre en charge sans attendre qu'un Deus ex machina prenne son destin en main et réalise tous ses rêves (illusion qui se termine généralement par des affrontements dans la rue car la France ne sait pas gérer ses divergences autrement que par la confrontation). Qui laisse la porte ouverte aux citoyens pour qu'ils puissent amender tout ou partie d'une Loi, voire en imposer une nouvelle, par les urnes et pas par la grève.

Bref, je pense que le modèle suisse est supérieur au modèle français et je doute fort que ce pays sorte renforcé de ces élections présidentielles insipides.