25/06/2012

En Angleterre, des millions d'enfants ne sont pas assez nourris (1)

C'est la terrible nouvelle parue dans la presse la semaine passée. Et cela se passe aujourd'hui, en Europe !

C'est bien évidemment le fruit de plus de 20 années de dérégulation, d'ultra-libéralisme, de mondialisation. Plus de 20 années de guerre ouverte, mais déguisée sous les oripeaux de la démocratie, des riches contre les pauvres. Plus de 20 années de manipulation des peuples. Plus de 20 années de coups d'Etat permanents qui ont vu les lobbies des grands groupes multinationaux faire le siège de nos Parlements et de nos Exécutifs afin de faire systématiquement triompher leurs thèses contre les intérêts du plus grand nombre. Nous ne sommes plus, ni en tant que travailleur, ni en tant que consommateur, ni en tant que contribuable, ni en tant que patient, protégés par nos gouvernements contre les menées de cette clique de profiteurs. Le mot «éthique» est, pour cette oligarchie, une insulte ou une occasion de franche rigolade.

Pour tout spectateur quelque peu attentif et non aveuglé par ses a priori idéologiques, c'est une situation que l'on voyait se préparer depuis l'arrivée au pouvoir du terrible tandem Reagan / Thatcher.

Leur vision et surtout celle de ceux qui les ont aidés à se hisser au pouvoir, a triomphé partout. Les gouvernements ont perdu tout pouvoir. Nous, simples citoyens, sommes livrés sans merci et sans protection aux appétits indécents de quelques entrepreneurs et actionnaires. Leur avidité obsessionnelle, donc maladive, a perverti la marche du Monde. Leur stratagème suprême qui a mis tous les peuples de la Terre en compétition est en train de détruire ce qui faisait l'essence même des peuples de cette planète. Mais aussi l'environnement. Croire que le fait d'avoir exporté notre pollution industrielle en Chine nous protège de cette pollution est une ridicule illusion: ce pays n'a aucune régulation dans le domaine de la protection de l'environnement et la pollution générée par ces fabriques «sauvages» nous revient en pleine figure. D'où une atteinte insidieuse mais sérieuse à la santé de chacun d'entre nous.

Et comment pouvons-nous être collectivement «sidérés» au point de rester silencieux face à cette misère monstrueuse qui monte aux 4 coins de l'Occident. Cette misère abjecte que l'on croyait réservée aux livres d'histoire. Et pendant ce temps, face à l'urgence sociale, les fossoyeurs de nos pays continuent de se lamenter sur le sort de leurs biens en terrorisant nos gouvernements pour les obliger à intervenir une fois de plus pour sauver les Banques. Leurs jouets spéculatifs et insensés.

Nous réveillerons-nous avant qu'il soit trop tard ?