26/09/2016

Déos contenant des sels d’aluminium : une alternative

Les déodorants contenant des sels d’aluminium sont, depuis quelques années, soupçonnés de favoriser le cancer du sein. Une étude publiée récemment dans le International Journal of Cancer par deux chercheurs genevois et citée le 20 septembre dans la TDG tendrait à confirmer ces soupçons.

Notre Société industrielle produit un nombre considérable de substances chimiques toxiques ingérables par les mécanismes de la vie car il n'y a aucune place dans notre échiquier métabolique pour traiter l’aluminium, le plomb et le mercure. Pas de voie de traitement, pas ou peu de voie d'élimination. Et représentez-vous la proximité délétère entre les aisselles et les seins…

Alors plutôt que de marcher sur les platebandes des scientifiques qui se réveillent lentement à certaines réalités, je vous propose une alternative simple, quasiment gratuite et qui ne vous lâchera JAMAIS. Trop beau pour être vrai ?

Eh bien non. Il s’agit du bon vieux bicarbonate de soude et aucune bactérie (cause des odeurs désagréables) ne lui résiste. Le kilo coûte 1.50, vous durera 2 ans et ce produit ne vous lâchera jamais. Il suffit, après la douche, de s’humecter légèrement les aisselles, de verser une pointe de couteau de bicarbonate (choisir une qualité très fine) sur les doigts et de l’appliquer sous une aisselle. Renouveler l’opération pour la deuxième. Cela fait plusieurs années que je l’utilise. J’ai pu faire les marches les plus exigeantes en montagne en plein cagnard ou danser au bout de la nuit et il ne m’a jamais lâché. Et si un matin vous êtes en retard et n’avez pas le temps de vous doucher vous pouvez même en réappliquer sans aucun des désagréments vécus dans ce cas avec un déo industriel.

Comme vous le voyez, c’est simple, économique et sans danger aucun.