23/04/2017

Frontaliers : certains propos n’aident pas à la cohésion transfrontalière

Deux articles ont retenu mon attention ces derniers jours. Essentiellement par l’outrance des propos tenus par des élus/politiciens français.

Le premier, en date du 12 avril, concernait les indemnisations chômage des frontaliers. C’est un véritable bal des pleureuses du côté français. Rendez-vous compte, il peut arriver que les frontaliers se retrouvent au chômage ! Et même si tout est fait dans les règles de l’art et que la Suisse a couvert 28,5 % desdites allocations aux frontaliers en 2014 (131 millions d’euros sur 460), certains élus/politiciens français trouvent cela insupportable. Selon Quentin Mayerat, directeur de campagne de Benoît Hamon (il a autant de chances d’être élu que ma grand-mère) : « C’est un hold-up financier qui force le contribuable français à assurer une indemnité proportionnelle à un salaire suisse généralement trois fois supérieur au français ». Quant à Cemil Sanli, candidat de la France insoumise de Mélenchon en Haute-Savoie, il nous livre une analyse digne d’un jésuite « La Suisse ne peut pas prendre (sic) nos forces de travail tout en se déresponsabilisant en cas de chômage ». Doit-on rappeler à ces messieurs que ce règlement a été défini et accepté par les 28 pays membres de l’UE et que la Suisse a adopté ce droit européen dans le cadre des accords sur la libre circulation des personnes. Et deuxièmement que s’il n’y avait pas de travail en Suisse pour les français il y aurait près de 300'000 chômeurs de plus en France. Sans compter tous les emplois indirects induits (bâtiment, santé, éducation, consommation, etc..) par cette manne financière, se montant en 2014 (et en hausse constante) à 16 milliards d’euros, rapatriée par les frontaliers.

Le deuxième, en date du 22 avril, concerne le fait que les TPG se permettent de former et d’engager des résidents genevois au lieu d’engager 100% de frontaliers. Ce qui provoque l’ire d’Antoine Vieillard, maire de St-Julien : « Avec quelle impudeur les autorités cantonales genevoises se targuent de violer les principes qui fondent les accords bilatéraux et de libre circulation tout en les défendant publiquement à chaque votation ». Mais ce monsieur va encore plus loin en disant : « Cette politique discriminatoire érigée en politique cantonale est économiquement absurde. Quand on recrute sur le passeport plutôt que sur l’expérience, on prend le risque de recruter des chauffeurs de bus qui multiplient les accidents (sic) ou de placer la vie des Genevois dans les mains d’infirmiers moins expérimentés (re sic) ». Si la sollicitude de monsieur Vieillard me touche, ses propos sont un fatras d’erreurs et d’insultes. Les erreurs proviennent du fait que je ne vois pas en quoi le fait de former des chômeurs serait une atteinte à la libre circulation. La deuxième erreur provient du fait qu’il parle « d’embauche sur la base du passeport » alors que la formation et l’embauche se font sur la base du lieu de résidence ce qui n’est pas du tout la même chose. Et doit-on lui rappeler que lorsque il y a une vingtaine d’années la Migros a essayé d’ouvrir une succursale dans la région d’Annecy elle s’est heurtée à tous les barrages possibles et imaginables sur la base de la préférence nationale ? Lorsque les français empêchent une entreprise suisse de s’implanter en France ils font preuve de patriotisme et lorsque les Suisses tentent de donner une nouvelle chance à des chômeurs résidant en Suisse, ils sont des violeurs d’accords. Quant aux insultes et au mépris ils sont évidents dans cette scandaleuse citation : « … on prend le risque de recruter des chauffeurs de bus qui multiplient les accidents ou de placer la vie des Genevois dans les mains d’infirmiers moins expérimentés. » Donc pour monsieur Vieillard, les résidents genevois sont des crétins incapables de conduire ou de soigner des malades dans un hôpital. Charmant !

Certains/beaucoup feraient mieux de se taire avant de dire des stupidités et les propos outranciers contenus dans les 2 articles cités ne font rien, mais alors rien, pour améliorer la cohésion dans le Grand Genève !  

27/10/2016

Nous avons besoin d’une révolution mais elle ne viendra pas de la politique

Dans toutes nos « démocraties » nous assistons jour après jour aux chocs issus de ce que l’on appelle la « polarisation de la politique ». En gros cela veut dire que les camps sont de plus en plus partagés entre des thèses extrêmes, sans recherche de compromis :

  • à gauche cela s’appelle « raser gratis ». Et si l’on objecte à ces projets utopistes des considérations politiques extraordinairement triviales, la justesse de ces thèses est immédiatement soulignée par le fait qu’il suffit de faire « payer les riches »
  • à droite cela correspond à « sécuriser les frontières et défendre l’identité nationale ». Et si l’on objecte à cela que ces politiques sont indéfendables vis-à-vis de l’interdépendance de nos pays et des traités signés avec la communauté internationale « on » nous répond qu’il sera possible de réaliser la « quadrature du cercle ».

Ces deux familles de thèses que l’on retrouve peu ou prou dans tous nos pays « démocratiques », ont-elles une chance quelconque de se réaliser ? A moins de sombrer dans une dictature, aucune ! Et pourtant élection après élection, et pour le cas particulier de la Suisse, votation après votation, nous sommes obligés de nous prononcer sur des objets dont nous savons pertinemment qu’ils ne sont que ce qu’ils sont : des utopies.

Aux USA, le duel entre Mme Clinton qui représente la continuité, màtinée de belles promesses sociales qui ne se réaliseront jamais, et l’ubuesque Trump qui représente le pire du pire de la droite du parti républicain saupoudré de l’infantilisme crasse d’un candidat qui ne mériterait d’apparaître que pour le bonheur des téléspectateurs d’un Muppet Show, démontre cela à l’envi.

En France nous assistons à un pays qui cherche, à gauche, à protéger son « modèle social » alors qu’il se fissure de partout et que malgré « l’alignement des planètes » il n’arrive pas à décoller économiquement et encore moins à intégrer ses minorités. A droite, on assiste à la surenchère identitaire et sécuritaire alors même que la droite « républicaine » ne cherche qu’à supprimer des postes de fonctionnaires, y compris dans la police, l’armée et l’éducation nationale. Quant à la droite plus extrême, la soi-disant dénonciation de traités internationaux entraînerait le pays, et l’Europe, dans des tourmentes difficiles à prévoir.

En Suisse, c’est le spectacle de plus en plus pénible du ver qui se contorsionne dans son bocal. A gauche ce sont des dizaines d’initiatives et de référendums (« Halte aux privilèges fiscaux des millionnaires », « En faveur du service public », « Pour un revenu de base inconditionnel », « AVSPlus », « Pour des multinationales responsables », etc…, etc..) déposés et rejetés, ou vraisemblablement rejetés pour le dernier exemple, avec « sagesse » par le peuple suisse car si nous adoptions seuls les lois les plus utopistes de l’univers, notre pays ne tarderait pas à être abandonné par les moteurs économiques qui ont fait notre prospérité qui reste un miracle au regard de notre petitesse, des attaques continuelles provenant de voisins et/ou partenaires économiques, jaloux ou profitant de notre taille pour nous tyranniser à loisir (à l’époque des fonds en déshérence, la Suisse était clouée au pilori de la communauté internationale sans aucune mise en perspective historique). A droite, ce sont toutes les volontés sécuritaires et identitaires qui sont parfois acceptées et qui nous mettent en porte-à-faux avec le droit international (« Pour le renvoi des criminels étrangers », « Contre l’immigration de masse », etc…, etc...).

Personnellement, je serais volontiers en faveur du meilleur des propositions de la gauche et de la droite. Et pourtant. La droite est en quelque sorte prise à son propre piège car pour pouvoir gagner des élections et des votations, elle est obligée d’agiter des thèses sécuritaires et identitaires qui vont à l’encontre du modèle économique qu’elle a elle-même largement contribué à mettre en œuvre : l’ultra-libéralisme. Nulle part ce n’est plus criant qu’en Suisse où l’entrepreneur Blocher (pour faire un raccourci) est prêt à scier, avec l’initiative « Contre l’immigration de masse », la branche sur laquelle lui, son entreprise florissante et ses amis politiques et économiques sont assis. Et la gauche européenne rose-verte, souvent laïque, est obligée de soutenir l’arrivée massive de populations très ou ultra religieuses, ce qui devrait être une insulte à leur intelligence et à tout ce contre quoi ils se sont battus : l’obscurantisme religieux qui va nous revenir dans la figure comme un boomerang.

Alors non, la droite ne va pas régler les problèmes de sécurité et d’identité de nos pays car elle a tissé un ensemble de lois régies par l’OMC qui rendent vaines toutes tentatives de remettre de l’ordre dans la mondialisation. Et la gauche ne va pas amener plus de justice dans le fonctionnement de nos pays car ce ne sont pas les Etats qui détiennent le pouvoir à cause de toutes les dérégulations opérées dans nos économies depuis l’ère Reagan/Thatcher.

Nous avons besoin d’une révolution, mais elle ne viendra pas de la politique.

05/12/2015

FIFA: De tous petits joueurs dans le monde de la corruption

Comme à son habitude, lorsque la « justice » américaine tient un os, elle ne le lâche plus. La Suisse en a fait la cruelle expérience avec l’affaire des fonds en déshérence. Le scénario, en ce temps-là, était devenu tellement ubuesque qu’à certains moments on avait très fortement eu l’impression que c’était notre pays qui avait envahi la moitié du monde et mené à bien la «solution finale».

Aujourd’hui, la même « justice » a trouvé un nouveau bouc émissaire. La ministre US de la justice a déclaré hier que l’ampleur de la corruption [au sein de la FIFA] atteint des niveaux « inconcevables ». Certes, la FIFA n’est sans doute pas seulement une association de vieillards plus ou moins cacochymes mais également une formidable machine à produire des gains faciles à se distribuer entre soi. Et tout assainissement sera le bienvenu. Mais Mme Loretta Lynch n’a-t-elle vraiment rien d’autre à se mettre sous la dent par les temps qui courent :

  • Le secteur bancaire et financier américain a-t-il été remis au pas ?
  • Tous ceux qui ont contribué à la crise des subprimes qui a failli ruiner la planète entière et poussé des millions de gens, aux Etats-Unis et en Europe à la misère, sont-ils tous derrière les barreaux ?
  • La facture de la crise a-t-elle été et continue-t-elle d’être payée tous les jours par les coupables et leurs complices ou par ces centaines de millions de citoyens des classes pauvres et moyennes qui se saignent tous les jours aux quatre veines pour payer la facture d’une poignée de malfaiteurs jouissant d’une totale impunité ?
  • L’épaisseur de crasse de la corruption de nos élites politiques par nos élites financières et économiques a-t-elle été définitivement nettoyée ?
  • La violence inconcevable des riches contre les pauvres appartient-elle enfin au passé ?

Curieusement, sur tous ces sujets, la justice américaine et sa ministre sont extraordinairement muets et pour tout dire paralysés. Ou bien ont-ils déjà tout oublié puisque, c'est bien connu, il ne faut pas tenir rancune à ses amis ?

Il est tellement plus facile de s’attaquer à une association sportive, qui pour être riche, n’en est pas moins un nain en terme de soutiens politiques. Et ce n’est pas le gouvernement suisse, connu pour sa soumission, qui servira de rempart.

Une fois encore on assiste à ce système où les vrais puissants, quels que soient leurs torts, sont protégés et jouissent d’une impunité totale alors que l’on tape violemment sur de supposés « méchants » qui ne sont que de tous petits joueurs dans le monde de la corruption.

 

31/05/2014

Élections européennes: la France appartient-elle au Nord ou au Sud?

Il suffit de partir quelques jours en vacances pour retrouver, au retour, le chaos dans nos médias préférés. Partout il n’est question que de tremblement de terre, de séisme ou autre éruption volcanique pour qualifier les résultats des partis qualifiés de populistes ou d’extrême droite aux élections européennes du 25 mai.

La première chose qui m’étonne est que le résultat ne soit pas encore plus marqué. Lorsque vous avez 27 millions de chômeurs sur un continent où l’immense majorité de la population a été bien éduquée, que dans certains pays, entre 25 et 50 % de la jeunesse est au chômage, je m’étonne de la résilience des citoyens européens.

La deuxième chose, relevée par tous les observateurs, est que c’est là où cela va le plus mal que la droite extrême a fait ses plus mauvais scores. Est-ce le souvenir sans doute encore très présent des sinistres dictatures d’extrême droite au Portugal, en Espagne et en Grèce qui a retenu les électeurs de jamais revoter pour ces monstres? 

Comme en Suisse le 9 février, on voit clairement un fossé entre villes et campagnes. Paris a résisté à la vague Bleu Marine tout comme Londres a résisté à l’attraction du parti anti-européen UKIP. Les villes résistent encore car c’est là que se concentrent celles et ceux qui parviennent à tirer leur épingle du jeu de la mondialisation. Combien de temps serviront-elles encore de garde-fous contre la montée de la colère et de la frustration de toutes celles et de tous ceux qui sont laissés sur le carreau?

Face à la globalisation de l’économie, face au transfert des 27 millions d’emplois de l’Europe vers la Chine, face à l’immigration depuis longtemps hors de contrôle, nos «élites» n’ont aucune réponse convaincante. Ils continuent de refuser de regarder la dure réalité qui frappe nombre de leurs concitoyens. Ils continuent de prétendre que la mondialisation est une bonne chose alors que tout le monde peut se rendre compte de ses effets pervers.

Si elle avait été faite par une politique des cercles, permettant d’abord une remise à niveau des économies des pays du sud et de l’est de l’Europe, avant de s’attaquer à un cercle plus excentré et ainsi de suite, la mondialisation aurait pu réussir et elle aurait entraîné l’adhésion des peuples. En sautant la case européenne, proche et plus lointaine, pour aller directement à la case Chine, les architectes de la mondialisation ont clairement signifié leur mépris des peuples européens et étatsuniens et leur volonté forcenée d’un enrichissement facile, rapide et sans limites.

Nous reprochons souvent à nos «élites» d’échouer dans leur politique. Eh bien c’est faux! Ils n’échouent pas du tout. Ils réussissent au contraire à merveille. Si nous regardons le programme politique et économique des tenants de la révolution conservatrice dans les années 80 (voir entre autres les notes «Le néo-libéralisme nous mène à une impasse totale (1)» et «La fin de la classe moyenne»), nous nous apercevons qu’ils ont parfaitement suivi leur carnet de route. Ce n’est pas un échec. C’est un succès total. Enfin presque total. Il reste bien encore quelques vestiges de l’état social à détruire. Et ils ne s’arrêteront pas avant d’avoir saccagé ce qui reste de solidarité dans nos Sociétés. C’est cela que les peuples européens devraient comprendre et intégrer. Tout ce que nous vivons depuis la chute du Mur est voulu et délibéré. Ce n’est pas un échec de politiques plus ou moins malheureuses. C’est le très exact résultat de toutes les politiques voulues et savamment mises en œuvre par nos élites politiques et économiques.

Cela dit et à la décharge des tenants de cette politique, il faut bien avouer que les syndicats avaient abusé de leur pouvoir de rétorsion et de blocage de la société et des entreprises pendant les 30 glorieuses. Pendant mes vacances, je discutais avec un chef d’entreprise wallon. Il me faisait part de son désarroi par rapport à l’avenir de son pays. Il faisait une claire distinction entre la partie flamande, travailleuse, sans doute inspirée par le pragmatisme allemand et en bonne santé économique et la partie francophone trop calquée sur le «modèle français», arc-boutée sur ses acquis et incapable de redynamiser une économie sclérosée.

Face à une mondialisation irréversible, les pays qui s’en sortent (Allemagne, Suède, Norvège, Suisse, Autriche…) sont ceux qui se battent sur les marchés mondiaux et qui font face courageusement à leurs compétiteurs. Ceux qui coulent sont ceux qui cherchent pathétiquement à préserver leurs acquis. La France, elle, semble avoir un pied dans le camp des pays du Nord car elle se permet de flirter avec l’extrême droite et un autre, nettement plus important, dans celui des pays du Sud par son refus du changement. On se demande encore de quel côté elle va basculer.

05/05/2014

Etats-Unis vs CS: un repaire d'hypocrites

Les derniers développements concernant le Crédit suisse aux Etats-Unis démontrent à l’envi que la guerre économique contre la place financière suisse continue. Ce pays que j’ai longtemps aimé et admiré devient parfaitement grotesque à certains moments de son histoire lorsqu’il est instrumentalisé par quelques personnes en mal de notoriété ou par des intérêts particuliers (finance, pétrole, ogm...). 

Ce pays qui s’est tout de même construit en pratiquant deux des plus grands crimes contre l’humanité de toute l’histoire, à savoir la quasi extermination des peuples autochtones et la traite des noirs pour l’esclavage, a attaqué la Suisse dans l’affaire des fonds juifs en déshérence, car ce minuscule pays au cœur de l’Europe, entouré à 100% par les pays de l’axe, avait dû collaborer jusqu’à un certain degré avec ceux-ci.

Au 20ème siècle, il y a eu au nom de la Realpolitik et de la défense du monde dit «libre» une liste sans fin d’exactions, de soutiens à des régimes iniques, de guerres sales, le largage de deux bombes atomiques. Tout le monde sait cela.

Le 21ème siècle n’a pas mieux commencé avec l’attaque sous des prétextes parfaitement fallacieux de l’Irak qui a conduit à totalement déstabiliser ce pays et a entraîné une souffrance sans nom des populations civiles. Et cette guerre qui visait soi-disant à apporter la démocratie dans les pays musulmans a probablement contribué à faire exploser le fondamentalisme qui les ravage depuis lors. Et parfois leurs voisins. A l’image du chirurgien qui, en opérant une tumeur, va favoriser la propagation des métastases dans tout l’organisme.

Quant aux reproches adressés aux banques suisses contre l’évasion fiscale, oui, bien sûr que ces banques ont été actives dans ce domaine. Mais, exactement comme avec l’affaire des fonds en déshérence, il faut se replacer dans le contexte de l’époque qui fermait volontiers les yeux sur ce genre de pratiques. Deuxièmement, les Etats-Unis et les myriades d’avocats qui s’y activent, ont inventé des milliers de façon d’échapper au fisc. Et les banques suisses ne sont qu’un maillon de cette vaste industrie. De plus, ils abritent sur leur sol un paradis fiscal, le Delaware. Enfin, les monstrueux cadeaux fiscaux faits aux ultras riches par l’administration Bush ont coûté bien plus au fisc étatsunien que toutes les banques suisses réunies.

Vraiment, je déteste ce pays lorsqu’il se met à faire la morale alors qu’il ne fait que tordre le bras au reste du monde sous prétexte qu’il est, pour combien de temps encore, le plus fort. Quand donc ce pays cessera de n’être qu’un repaire d’hypocrites prêts à tout, y compris la force la plus brutale, pour défendre ses intérêts alors qu'il a BEAUCOUP à se faire pardonner?

 

15/02/2014

Initiative de l’UDC: ne nous laissons pas déstabiliser

Ne nous laissons pas déstabiliser par tous ceux qui expriment leurs rognes et leurs frustrations pour tenter de discréditer les uns ou les autres et diluer le résultat des votations de dimanche en semant la zizanie confédérale.

Les propos de ceux qui dénoncent le patriotisme réel ou fantasmé des uns ou des autres, de ceux qui souhaitent que tel ministre soit envoyé comme négociateur en chef à Bruxelles (Dieu nous préserve, je ne l’enverrais même pas acheter un kg de bananes), de ceux encore qui souhaitent que les quotas soient attribués aux cantons au prorata du résultat des votations prouvent que les politiciens français ayant réagi aux résultats de dimanche n’ont pas le monopole des âneries (voir mon précédent billet «Initiative de l’UDC: et pan sur le pif».

Le peuple suisse a voté avec sa maturité habituelle. Il a envoyé un message fort à la classe politique:

«Nous voulons maîtriser notre développement».

Rappelons que la population suisse, depuis l’ouverture des frontières et à cause du formidable succès et du pouvoir d’attraction de notre économie, croît de 1% par année. C’est énorme. Cela équivaut à devoir construire une ville de la taille de Lucerne CHAQUE année. Rapporté à l’échelle de la France, c’est comme si le solde migratoire était de 650'000 personnes. Alors qu’en 2013 il a été de moins de 300'000 sur un territoire immensément plus grand et dont les 2/3 ne sont pas occupés par les Alpes. Mais l’économie suisse a créé plus de 600'000 emplois ces dernières années, et pas dans la finance contrairement aux clichés qui ont cours dans certaines rédactions de médias européens, alors que, soit dit en passant, la France en a perdu encore plus.

Je crois, en fin de compte, que le peuple suisse a voté en faveur de la Lex Weber pour protéger ses paysages alpins contre la folie spéculative et qu’il a voté en faveur de l’initiative de l’UDC pour protéger le plateau suisse contre le développement anarchique auquel nous assistons depuis l’ouverture des frontières. Nous sommes heureux des succès de notre économie mais ces succès doivent être encadrés intelligemment par une politique adaptée et ne pas nous donner l’impression que c’est un train fou qui va détruire ce qui reste de notre identité nationale. Qui voudrait qu’avec les années et à ce rythme, le plateau suisse soit transformé en une gigantesque ville de Genève à Romanshorn ?

Donc en votant ainsi, nous avons été collectivement cohérents d’une votation à l’autre. Le seul problème de l’initiative de l’UDC était son libellé. Il était efficace politiquement parlant mais il ouvrait la porte aux interprétations xénophobes ce que n’ont pas manqué de faire certains observateurs malveillants. Mais ce n’est pas du tout la mentalité de notre population ouverte sur le monde.

C’est dur la politique et je ne souhaiterais pas cette carrière à mon pire ennemi. Entre la soumission au chef, les négociations jusqu’au bout de la nuit pour des queues de cerise, le respect des consignes y compris au prix de ses convictions, la politique est une machine à uniformiser et à broyer les êtres et leur identité. Ne laissons pas les frustrations de ces politiciens nous déstabiliser.

11/02/2014

Initiative de l’UDC: et pan sur le pif

J’ai voté contre l’initiative de l’UDC comme la grande majorité des Genevois. Mais il faut bien admettre que beaucoup de choses sont allées de travers depuis quelques années et que l’UDC a su capitaliser sur le mécontentement grandissant d’une partie de la population. 

Contrairement aux âneries répétées par de nombreux politiciens européens mal informés ou intellectuellement paresseux ou encore soucieux de défendre un modèle de construction européenne qui n’a plus la cote, la Suisse est un pays largement ouvert sur le monde. Comment expliquer autrement les succès rencontrés par nos petites, moyennes et grandes entreprises sur les marchés mondiaux.

Le problème avec les âneries c’est qu’à force d’être répétées elles prennent l'apparence de vérités.

J’aimerais entendre notre gouvernement aller expliquer des choses simples à leurs collègues européens:

  • La Suisse est un minuscule pays d’un peu plus de 41'000 km2 dont les 2/3 sont occupés par les Alpes. Sur le mouchoir de poche qui reste, nous sommes déjà 8 millions d’habitants et on nous en promet 10 millions dans une vingtaine d’années. Ceci est une limite géographique dont les effets pervers ne pourront être atténués que par une politique volontariste en termes d’aménagement du territoire. Et pas sûr que la LAT suffira
  • Deuxièmement, les mesures d’accompagnement promises lors de la signature des accords bilatéraux sont restées largement insuffisantes dans de nombreuses régions du pays et dans de nombreux secteurs économiques. Ceci est un problème politique lié à l’inertie de notre gouvernement et à la malhonnêteté de certains patrons (comment voulez-vous trouver un emploi si vous êtes résident au Tessin alors que de l’autre côté de la frontière il y a des millions de chômeurs prêts à travailler pour un salaire italien)
  • Troisièmement, les infrastructures ne suivent pas et ce pays est au bord de l’apoplexie. Cela fait un temps certain que je cherche à changer d’appartement, mais autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Et lorsqu’un appartement arrive sur le marché, vous êtes la cinquantième personne à le visiter. Là aussi notre gouvernement a failli en laissant les lois du marché permettre une flambée des prix des logements au détriment de la classe moyenne et des classes défavorisées.

Même si, comme déjà mentionné, j’ai voté contre, je dois reconnaître une certaine forme de sagesse à cette décision. Et je pense que ce vote est beaucoup plus un désaveu du laxisme de notre gouvernement qui gouverne surtout par laisser-faire que de la peur de l’ouverture ou de repli identitaire ou autres âneries entendues dans la bouche de Laurent Fabius, Manuel Valls ou encore Jean-Marie Cavada que l’on a connus mieux inspirés.

Il serait plus que temps que nos ministres empoignent leur bâton de pèlerins et sillonnent l’Europe pour expliquer les particularismes helvétiques plutôt que de se couvrir de cendres et de honte. Et plus que temps également de prendre quelques mesures énergiques pour limiter certains abus qui ulcèrent la population et font le jeu de certains habiles politiciens.

28/01/2014

La France et son «problème» suisse

Heureusement, la grande majorité des citoyens français a une bonne image de la Suisse. Ils sont venus, viennent ou viendront passer leurs vacances dans notre pays. Il y a ceux aussi, travailleurs, cadres, chefs d’entreprise, qui viennent ici car ils savent qu’ils y trouveront un cadre de vie agréable et des conditions propices au développement de leur carrière ou de leur entreprise. 

Et puis il y a les autres. Ceux pour qui la Suisse n’est qu’un havre de bandits recyclant l’argent sale ou de citoyens indignes pratiquant l’évasion fiscale. Ils ne s’intéressent pas vraiment à notre pays, n’ont aucune intention d’en étudier le fonctionnement et les institutions et se plaisent simplement à répéter en boucles leurs poncifs: l’économie suisse est une économie du crime et il faut tout mettre en œuvre pour lui faire rendre gorge.

Je suis un auditeur régulier de France-Inter et cette attitude transpire en permanence sur cette antenne. Soit ce pays semble ne pas exister pour ses journalistes, soit il est question de paradis fiscal, d’évasion fiscale, etc.. Jamais ils ne s’intéressent à autre chose. Jamais ils ne cherchent à comprendre la véritable structure de notre économie. Jamais ils n’informent l’auditeur français que la finance ne représente que 10-13% du PIB. Jamais ils n’informent le citoyen français que la Confédération a un budget équilibré bien que les 2 grandes banques ne paient plus d’impôt depuis 2008 et la crise des subprimes. Et lorsque les journalistes évoquent le rejet, par le peuple, de certains objets pour améliorer les prestations sociales, ce n’est que pour mieux se moquer et il ne leur vient jamais à l’idée que si notre pays est globalement riche, c’est parce que nous sommes prêts à travailler d’abord et avons une approche très raisonnable et équilibrée des relations au sein de l’entreprise.

Dans ce pays dont les journalistes économiques et politiques ont une attitude si équivoque vis-à-vis de l’Allemagne et ses succès économiques, on en arrive facilement à la conclusion que ce pays obtient ses succès au détriment de ses partenaires européens.

Quant à la Suisse, n’en parlons surtout pas. Et pourtant, si l’Allemagne obtient ses succès économiques à cause d’un dumping salarial, que dire de la Suisse ? C’est probablement le pays du monde dont le coût du travail est le plus élevé au monde, dont la monnaie est en réévaluation quasi permanente (il suffit de regarder les cours des principales devises vis-à-vis du CHF depuis 40 ans) et pourtant nos entreprises survivent et prospèrent dans un environnement extraordinairement difficile. Depuis l’ouverture des frontières, des centaines de milliers d’Européens (chaque année nous sommes obligés de construire une ville de la taille de Lucerne) sont venus tenter leur chance ici. Ce qui a encore amélioré la productivité et permis l’expansion économique de notre pays.

Et que se passe-t-il pendant ce temps chez nos voisins ? Le chômage augmente et augmente encore. Et la catastrophe finale n’est évitée que grâce à des plans emplois pour les jeunes. Dans ce pays, il ne fait pas bon avoir moins de 27-28 ans et plus de 50 ans. Et il y a longtemps qu’ils «bénéficient» de la retraite à 60 ans et des 35h. Il n’y a bientôt plus qu’un noyau d’actifs devant soutenir un nombre de plus en plus important d’inactifs de toute catégorie. C’est effrayant. Quid d’une réflexion en profondeur sur les institutions ? Quid d’une remise en question de ces vieilles certitudes qui mènent ce pays à son déclin inexorable ?

Et dans un domaine plus léger, on retrouve cette même jalousie de certains journalistes, sportifs cette fois-ci, vis-à-vis des succès de notre pays. Impensable pour ces journalistes bon teint d’admettre et de reporter que nos sportifs obtiennent des succès. Ce qui pour d’autres donnerait lieu à une information méritant un développement est susurré du bout des lèvres lorsqu’il s’agit d’un sportif suisse. On l’a encore vu très récemment avec la fabuleuse, et méritée, victoire de Stan à Melbourne et la pauvreté avec laquelle celle-ci a été évoquée sur les ondes de cette radio, alors qu'une victoire dans un tournoi du grand Chelem est un événement sportif considérable. Lamentable.

La France est malade de sa croyance en la toute-puissance du Père, ce monarque dont ils ont fait rouler la tête dans la sciure mais pas dans leur cœur et dans leur tête. C’est un pays dont trop de citoyens et ce qui est plus grave, la vaste majorité des journalistes hypnotisés par la lumière du pouvoir, sont encore infantilisés par cette croyance absurde en l’omnipotence d’un seul homme. Et tant que les français n’auront pas fait une nouvelle révolution, des esprits cette fois-ci, ils resteront ces citoyens immatures, incapables de prendre leur destin en mains et attendant tout de la figure tutélaire, nommée tous les 5 ans avec les «pleins» pouvoirs (ce qui ne veut plus dire grand-chose aujourd’hui).

L’élite politique française aurait grand intérêt à étudier les institutions et le tissu économique de notre pays au lieu de se complaire dans ses certitudes qui ne racontent rien, n’expliquent rien et ne font que la priver d’une plus salutaire grille de lecture.

04/01/2014

Le Tiers-Monde au cœur de l’Europe

Je viens d’entendre le reportage de la RSR: «Grèce: survivre sans l’Etat». Un reportage hallucinant qui montre à quelles extrémités (près de 30% des Grecs n’ont plus accès à la santé publique), mènent les politiques économiques et financières en vigueur depuis la chute de l’Union soviétique.

Le Tiers-Monde est caractérisé par un Etat faible et corrompu qui n’assume pas les tâches de base dont un pays a besoin pour fonctionner et permettre à chacun de vivre dans la dignité. C’est exactement ce qui est en train de se développer en Europe, en Grèce bien sûr, mais aussi dans de nombreux autres pays (Espagne, Portugal…) touchés violemment par la crise économique qui a frappé l’Occident en 2008-2009.

Et quand la réponse à la crise est celle voulue par les économistes du FMI et les technocrates de Bruxelles, cela favorise le développement de régions européennes entières qui glissent vers le Tiers-Monde.

Pendant ce temps, condition sine qua non, les ultras-riches font tout ce qui est en leur pouvoir et leur pouvoir est grand, pour diminuer leur participation à la solidarité nationale par l’impôt. Ils paient des armées d’avocats et de fiscalistes pour contourner leurs obligations et last but not least, créent des Fondations philanthropiques qui ont pour effet:

  • De permettre une «optimisation» supplémentaire de leurs impôts
  • De flatter leur ego

Et le monde et l’Europe restent impuissants à mettre un terme à ces scandales qui se développent sous nos yeux depuis 3 décennies. Jusqu’où l’Europe s’abaissera-t-elle dans sa tiers-mondisation?

28/04/2013

Etats-Unis: un pays ami de la Suisse ?

Depuis quelques jours, un nouveau fleuron de l’économie helvétique, Novartis en l’occurrence, subit les foudres du Département de la Justice (DoJ), au motif que le géant bâlois aurait corrompu des médecins pour les inciter à prescrire des médicaments fabriqués par eux-mêmes. L’incroyable scénario aurait consisté, asseyez-vous avant de lire ce qui suit tant c'est stupéfiant et choquant, à inviter des médecins à des congrès médicaux bidons pour mieux les amadouer.

Effectivement, n'est-ce pas, c’est remarquablement nouveau et absolument unique dans la profession. Cela ne fait pas des décennies que la « big pharma » du monde entier pratique ainsi au vu et au su de tous.

Alors qu’est-ce qui a changé ? Peut-être que parallèlement à la guerre totale menée par la place financière américaine contre la place financière suisse, « certains », comme ce procureur de New-York, Preet  Bharara, ont décidé d’ouvrir un nouveau front contre l’économie suisse.

Les ténors de l’économie suisse ne sont ni pires ni meilleurs que leurs homologues étrangers, américains y compris. Alors je dois dire que j’en ai passablement marre de voir le plus fort de la classe s’attaquer systématiquement au plus faible, sous le regard bienveillant des autres élèves (l’UE dans le cas présent) qui rient sous cape en se disant : « bien fait sale petit profiteur» (puisque les succès helvétiques ne peuvent être, à leurs yeux, que le fruit d'un sale complot et d'un concurrence forcément déloyale).

Il serait temps que les autorités helvétiques adoptent des stratégies nettement plus agressives pour tenter d’affaiblir ceux qui « nous » attaquent depuis si longtemps, en profitant d’une impunité totale. Le monde est de plus en plus hostile. La Suisse n’a plus d’amis, que des compétiteurs dont l’agressivité augmente au fur et à mesure de leur impuissance à remettre leur propre maison en ordre. Nos politiciens devraient cesser de jouer à « la gentille Heidi dans ses montagnes ».

Pourquoi ne pas utiliser contre ces politiciens américains les méthodes qui sont les leurs ? Devenir des experts des arts martiaux qui utilisent la propre force de l’adversaire pour mieux le terrasser ? Ceux qui attaquent la Suisse doivent bien avoir leur « zone d’ombre » (c’est à la mode en ce moment). Encore faudrait-il la rechercher pour avoir une chance de s’en servir intelligemment et avec à-propos.  

03/04/2013

Les élus plombent le budget 2014 (et suivants)

Lors de la dernière session de mars des Chambres fédérales, nos élus du National ont proposé, dans une première étape, d’alléger le droit de timbre de près de 300 millions de francs.

Comme d’habitude, les élus ne voient que le côté lumineux de la mesure: augmenter l’attractivité fiscale de la Suisse !

La réalité est souvent beaucoup plus prosaïque: cela n’apportera très probablement aucune amélioration aux conditions de vie de l’immense majorité de la population suisse et au contraire constituera un nouvel épisode de ce transfert de richesse entre les happy few  et la classe moyenne qui sera appelée à compenser la perte de revenus d’une façon ou d’une autre. Est-ce que cela se fera par une baisse des subventions fédérales à l’assurance maladie ou aux assurances sociales, par une augmentation du prix des transports ou par tout autre tour de passe-passe ? Cela n’est pas connu formellement à ce stade, mais aura lieu. C’est la seule certitude.

Et réjouissons-nous, ce n’est que la première étape de la suppression du droit de timbre. La suivante, la suppression du « droit de négociation » va amputer le budget fédéral de près de 2 milliards. Un nouveau cadeau royal qui viendra s’ajouter à tous ceux déjà accordés depuis 30 ans et la venue au pouvoir, dans tous nos Etats, de la droite dite « décomplexée ».

Le peuple suisse, en plébiscitant l’Initiative de l’entrepreneur Thomas Minder, vient pourtant de clamer haut et fort qu’il en a assez de certains abus. La réponse du National est une forme de mépris à l’égard du peuple suisse. Et une nouvelle manifestation de cet autisme politique et social qui conduit lentement mais sûrement nos pays occidentaux à la faillite.

19/02/2013

Le carnage économique de l’Occident continue

Pas un jour sans que les médias ne nous apportent des « images » déchirantes du déclin économique de l’Occident. Le même mal frappe partout. Il a pour noms égoïsme forcené, haine des plus faibles que soi, collusion entre les élites politiques et économiques, corruption, cartels, lobbies, manipulation des institutions démocratiques au profit d’une minuscule caste de super nantis et de leurs affidés, mondialisation sans garde-fous. 

Depuis l’explosion du bloc de l’Est, nous assistons à la désindustrialisation à marche forcée de l’Occident. Au nom du seul profit de quelques-uns. Pendant 10-20 ans la majorité de la population a cru que cela pouvait fonctionner car cela ne touchait, durement, que les plus fragiles d’entre nous. Puis la peste de la précarité et de la pauvreté a commencé à remonter l’échelle sociale. De plus en plus d’Américains sont assistés d’une façon ou d’une autre par l’Etat (en 2010, près de la moitié (48.5 %) des ménages américains vivaient dans des foyers recevant des subsides fédéraux contre 37.7% en 1998: voir mon billet du 13.2.2012:  " Paupérisation: un avertissement de plus "). Plus près de nous, il y a eu les émeutes en Angleterre (voir mes 2 billets des 25 et 26 juin 2012 « En Angleterre, des millions d'enfants ne sont pas assez nourris »). Il y a un mois environ, dans la TDG, ce bouleversant article sur ces enfants portugais qui vont le ventre vide à l’école (et ce n’est qu’un symptôme parmi beaucoup d’autres), comme dans un pays du Tiers-Monde. 

La même précarité se constate dans de larges franges de la population en Grèce bien sûr, en Espagne, en Italie, en France également où une portion de plus en plus importante de la population doit être assistée et risque d’entraîner le pays dans une spirale sans issue. Quand de nombreux citoyens ne sont pas carrément abandonnés par l’Etat. 

Aujourd’hui, dans la TDG 3 articles très intéressants et hautement symptomatiques de cette peste sociale et économique : 

  • Italie : l’usine Fiat de Turin a passé en 5 ans (!) d’une production de 209'000 voitures à 37'000. On peut imaginer la répercussion sur l’emploi et sur le niveau de vie de toute la région,
  • Angleterre : l’usine Jaguar de Halewood près de Liverpool qui a été rachetée par les Indiens de Tata a vu sa force de travail passer de 50'000 ouvriers lors de ses belles années à 4'000 environ aujourd’hui (et au plus fort de la crise en 2008, on était descendu à 1'800),
  • Suisse : c’est un tableau plus contrasté mais tout aussi dangereux. Plus contrasté car notre pays n’a jamais connu ces géants industriels monomaniaques. Les forces de la Suisse ayant toujours été l’innovation, l’excellence, la paix sociale et la diversification dans des niches à forte valeur ajoutée. Aujourd’hui ce modèle est lui aussi en danger. L’année passée, plusieurs fleurons de nos PME (dont 2 dans le domaine de l’appareillage médical) sont passés en mains étrangères. Et cette année le tourisme des prédateurs continue. Les financiers étrangers ont compris qu’il y avait des bijoux à acheter, qu’on pouvait transférer le know-how à l’étranger afin de produire les merveilles du génie helvétique dans des usines travaillant à bas coûts. Et puis, composante importante de ce tourisme des prédateurs, grâce ou à cause de la naïveté indécrottable de notre attachement à l’économie de marché, ces prédateurs savent que personne ne viendra protéger nos perles industrielles, menaçant ainsi l’exception industrielle suisse, au milieu d’un continent en pleine déliquescence. Encore un petit effort et nous rejoindrons les autres pays européens et les Etats-Unis dans ce désert industriel qui entraîne dans l’inexorable pauvreté des pans entiers de la Société. Avant que cela n’entraîne le plus grand nombre.

Et pendant ce temps, nos élites continuent de pérorer sur les bienfaits du libéralisme économique et M. Vasella a essayé (mais qui sait quelle est la véritable nature de l’accord signé avec Novartis) le hold-up (presque) parfait.

19/01/2013

Thomas Minder contre le Collège des pleureuses

Les grandes manœuvres contre l’initiative du courageux entrepreneur Thomas Minder ont commencé. Et sans surprise aucune, on assiste aux traditionnelles lamentations du Collège des pleureuses. Quand ce n’est pas le, d’habitude très effacé, ministre de l’économie (comment s’appelle-t-il déjà ?) qui vient défendre le modèle économique libéral, c’est Economiesuisse et/ou le PLR (ce sont les mêmes) qui entonnent les couplets sur tous les risques que l’acceptation de cette initiative signifierait pour notre économie.

En très résumé, cela donne à peu près ceci : «certes, certains salaires sont excessifs, mais il est indispensable de protéger le modèle libéral afin que l’économie suisse reste compétitive, il y a va de nos emplois («il ne faut pas affaiblir le marché du travail suisse»). De plus le contre-projet va plus loin que l’initiative de Thomas Minder».

N’est-ce pas paradoxal de combattre une initiative en lui opposant un contre-projet qui va encore plus loin ? Le Parlement suisse qui a négocié ce compromis serait-il devenu bolchévique ?

Non, rassurez-vous ! La grande différence entre les 2 textes, est que celui de Thomas Minder est contraignant alors que celui du Parlement, tout en semblant relativement volontariste, laisse finalement toute la marge de manœuvre aux «organes de direction». Autant dire que si l’initiative Minder est rejetée et que le contre-projet entre en vigueur, on aura construit une magnifique usine à gaz en pure perte.

Merveilleuse démocratie dont les parlementaires peuvent passer des mois à négocier un bijou d’hypocrisie qui rejoindra d’autres statuettes, tout aussi inutiles, dans la grande vitrine de la démocratie suisse.

04/12/2012

Impasse budgétaire aux Etats-Unis: vivement le 2 janvier 2013

L'impasse budgétaire qui dure depuis de longs mois (et de longues années) et qui ne trouve aucun épilogue, promet de continuer de diviser la classe politique américaine, malgré la réélection de Barack Obama et les pseudos meilleures intentions des Républicains au lendemain de leur cuisante et bienvenue (pour le reste du monde civilisé) défaite.

Nous assistons depuis 30 ans à une véritable guerre (je l'ai déjà souvent évoqué dans ce blog) des riches contre les pauvres. Les penseurs du parti républicain, ceux qui ont porté Ronald Reagan au pouvoir, sont les machiavéliques artisans modernes de cette monstruosité que l'on appelle l'ultra-libéralisme.

Depuis 2001, l'immense augmentation des dépenses de l'Etat fédéral à cause des deux guerres finalement absurdes et ratées de W en Afghanistan et en Irak (n’oublions pas le livre de Joseph Stiglitz: [Irak] "Une guerre à 3'000 milliards de dollars") et la baisse dogmatique des recettes fiscales dues à de microscopiques allègements fiscaux pour la classe moyenne (environ 600 dollars par an pour un couple ayant un revenu annuel autour de 80'000 dollars) et d'indécents cadeaux fiscaux faits aux plus riches (70'000 dollars annuellement pour un couple gagnant 1 million de dollars), ont mené le budget des Etats-Unis dans une impasse chronique.

Je rappelle simplement une nouvelle fois dans ce blog, qu'à la fin du mandat de Bill Clinton, les Etats-Unis prévoyaient de rembourser la totalité de leur dette dans les dix ans. Aujourd'hui, 12 années plus tard, au lieu d'avoir remboursé sa dette, ce pays a accumulé plus de 16'000 milliards de dollars de dettes.

Et que proposent nos amis les Républicains pour sortir le pays de cette crise budgétaire et financière gravissime ? Selon Dan Pfeiffer, porte-parole de la Maison-Blanche, la dernière proposition des Républicains, je le cite: «promet en fait de réduire les taux (d'imposition) pour les plus riches et présente l'addition à la classe moyenne».

Et voilà ! On aurait pu espérer que face à l'extrême gravité de la situation, le million de preuves de la faillite quasi-totale de ce système d'égoïsme forcené, les yeux de quelques-uns se seraient enfin ouverts. Mais non ! Une fois que vous avez été sévèrement lobotomisés, aucune opération ne peut vous rendre ne serait-ce qu'un semblant de conscience.

Sauf accord entre la Maison-Blanche et le Congrès, le 2 janvier, les indécentes déductions fiscales de W tomberont d'elles-mêmes. Comme il n'est pas possible de négocier avec ces forces de droite, c'est sans doute la meilleure chose qui puisse arriver aux Etats-Unis (et au reste du monde).

Quant à la propagande des milieux de droite lobotomisés par les forces de l'argent, elle sert à faire peur au Monde entier en promettant une récession si cela devait arriver. C'est vrai, nous tremblons à l'idée que les immensément riches aient des difficultés à s'acheter la 18ème Mercedes sur le dos des contribuables de la classe moyenne et de ceux qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté ainsi que de tous ceux qui ont tout perdu à cause de l'avidité pathologique de quelques-uns depuis le début de la crise des subprimes.

Les Etats-Unis n'ont jamais été aussi forts, aussi riches, aussi puissants que sous la présidence de Bill Clinton, à une époque où les ultra-riches américains versaient une part encore raisonnable de leur richesse dans le pot commun. Je ne vois pas pourquoi ce retour, certes forcé, à la raison et à une plus grande justice fiscale serait soudain synonyme d'apocalypse. Vive le 2 janvier 2013 !

01/11/2012

Nouveau cadeau du secteur privé

Après analyse approfondie, la Confédération a dénombré quelque 38'000 sites pollués en Suisse. C’est ce que relate la TDG de ce jour.

Certes ce ne sont pas tous des Seveso en puissance, mais tout de même. L’analyse a démontré que    «50% des 38'000 sites pollués sont des aires industrielles, 40% d'anciennes décharges, 10% des stands de tir et 1% des lieux d'accident». On apprend ensuite que «environ deux tiers [de ces sites] sont situés sur le Plateau, soit là où se trouvent les plus grandes réserves d'eau. Un attention particulière devra donc être portée à la protection de cet environnement: près de 60% des sites pollués se trouvent à proximité d'eaux souterraines exploitables, a indiqué jeudi l'OFEV».

Toute activité humaine a des conséquences sur l’environnement et les activités industrielles ont souvent des conséquences sérieuses sur celui-ci. Ce qui est gênant dans tout cela est que les industriels réclament toujours les meilleures conditions-cadres pour pouvoir se développer, mais qu’ils ne sont jamais appelés à assumer leurs responsabilités lors de la cessation de leurs activités.

C’est exactement ce qui se produit ici, car qu’apprend-on un peu plus loin ?

Certes, «un projet de la commission de l'environnement du Conseil des Etats vise à permettre aux autorités de réclamer une garantie financière aux entreprises responsables pour les frais occasionnés par les mesures d'investigation, de surveillance et d'assainissement». Et un peu plus loin que «à l'heure actuelle, en principe, les collectivités ne prennent les frais d'assainissement à leur charge que si les responsables ne peuvent être identifiés ou sont insolvables».

Magnifique … si c’était vrai ! Dans la réalité, et toujours précisé dans le même article, «de complexes procédures de droit commercial conduisent au final, cantons et communes à devoir payer. La facture peut atteindre dans certains cas des centaines de millions de francs». Nous y voilà ! C’est joliment et brutalement exprimé.

J’aimerais d'alleurs savoir dans quel pourcentage de cas nous suivons la procédure «idéale», selon moi, du pollueur-payeur et dans combien de cas l’Etat, c’est-à-dire nous, doit assumer l’irresponsabilité du secteur privé ?

Je rappelle cela car nous avons, dans tous les pays occidentaux, une gigantesque épée de Damoclès au-dessus de nos têtes: l’industrie nucléaire. Tant qu’il s’agit de s’enrichir avec une industrie hautement problématique, nos brillants industriels sont très fiers de leur outil de travail. Mais quand il s’agira de démanteler le parc nucléaire je parie qu’ils feront tout pour se soustraire à leurs obligations. Le démantèlement des centrales, rien qu’en Suisse, est estimé à 40 milliards de CHF. Les industriels sont censés contribuer à un fonds spécial pour cet effet. Or, à ce jour, ce fonds ne s’élève qu’à 4 malheureux milliards de CHF.

La Suisse ayant décidé de sortir du nucléaire à moyen terme, je vois mal comment nous allons alimenter ce fonds à hauteur des besoins, dans les 10 à 15 prochaines années. Gageons qu’une fois encore nous n’aurons que les yeux pour pleurer: pendant des décennies, des industriels et des actionnaires se seront immensément enrichis puis, avec la fin de cette industrie, nous qui avons déjà payé l’électricité produite à un prix exorbitant pendant des décennies, nous devrons payer une deuxième fois pour démanteler les centrales et assainir les sites.

L’industrie privée qui se gargarise si volontiers de sa supériorité sur le secteur public (écoutons la campagne du candidat républicain aux Etats-Unis) oublie tout simplement volontiers qu’elle:

  • ne construit aucune infrastructure pour développer son business
  • n’assume aucune responsabilité sociale, puisqu’au moindre revers, elle confie à l’Etat le soin de prendre soin des laissés-pour-compte
  • n’assume aucune responsabilité environnementale puisqu’elle s’arrange systématiquement pour laisser la facture finale au même Etat qu’elle fustige si volontiers.

Et malheureusement nos Etats ayant systématiquement abdiqué leurs prérogatives face aux entrepreneurs privés, ce n’est pas près de changer.

21:26 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nouveau cadeau du secteur privé, ofev, industrie nucléaire | |  Facebook

06/10/2012

Mineurs sud-africains: Un combat exemplaire

Depuis quelques semaines nous assistons, médusés, à ce combat titanesque des mineurs sud-africains contre leur employeur anglo-américain, pour obtenir des augmentations de salaire. Il y a quelques semaines, la police sud-africaine, un pays qui a aboli l’apartheid le 30 juin 1991, a ouvert le feu contre ces pauvres hères, tuant 36 mineurs grévistes. Cela a choqué le monde, mais apparemment pas les dirigeants de la société qui exploite ces mines.

Et hier nous apprenions que le «monstre froid» a décidé de licencier 12'000 de ses 28'000 mineurs. Voilà des gens qui n’ont rien, font un métier affolant de pénibilité et qui luttent avec l’énergie du désespoir pour sauvegarder le peu qu’ils ont. Ils sont prêts à aller jusqu’au bout. Belle leçon de courage face à l’implacable logique des actionnaires qui n’ont que faire des états d’âme de quelques mineurs d’un pays si lointain qu’il n’est qu’une abstraction comptable. Aucune humanité dans ces décisions, juste la froideur d’un bilan.

La logique implacable des chiffres et l’égoïsme monstrueux de quelques-uns, fait des ravages partout sur la Terre. Malgré l’évidence des faits, la logique du système l’emporte sur toute autre considération et dans ce combat des riches contre les pauvres, plus vous êtes pauvres et plus vous êtes broyés. C’est ce qui arrive à ces mineurs, mais c’est également ce qui arrive aux pauvres d’Europe et des Etats-Unis. Jusqu’à présent, la révolte des pauvres et des laissés-pour-compte est encore assez timide. Pourtant, parmi tous ceux qui sont mis sur la touche, en Europe par exemple, il y a nombre d’étudiants bien formés et qui ne vont pas accepter cette situation sans issue et sans avenir, éternellement. C’est peut-être le talon d’Achille du «monstre froid». S’attaquer à des miséreux est un combat tellement inégal qu’il est d’un cynisme révoltant. Dénier tout avenir à ces millions d’étudiants bardés de diplômes, finira bien par provoquer une vaste rébellion.

On ne connaît ni le jour, ni l’heure mais j’ai de la peine à imaginer que les broyés du système, qu’ils se trouvent parmi les plus miséreux dans les pays du Tiers-Monde ou parmi les enfants bardés de diplômes de la classe moyenne des pays (ex-)développés, ne se joignent pas pour crier leur colère et ne renversent ce système absurde dirigé par l’égoïsme pathologique de quelques-uns. Il est peut-être encore temps. Mais quand on voit l’attitude des fous furieux de la droite ultra-libérale américaine, on peut douter de la possibilité même d’un réveil.

19:48 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mineurs sud-africains: un combat exemplaire, amplats | |  Facebook

24/07/2012

Notre version du «Meilleur des mondes» ? (3)

21'000 milliards de Dollars (fourchette basse et 35'000 milliards de dollars, fourchette haute), c'est le montant de l'évasion fiscale abritée sur des comptes «offshore», tel que calculé sur 139 pays par un ancien expert du bureau McKinsey pour le compte du collectif «Tax Justice Network».

Cette somme représente le PIB des Etats-Unis et du Japon COMBINES !

Cette somme, si elle était imposée correctement, rapporterait, selon le rapport, chaque année aux Etats spoliés, entre 190 et 280 milliards de recettes fiscales supplémentaires. Je ne suis pas un expert fiscaliste, mais cette somme me paraît ridiculement basse.

Je ne pensais pas écrire une troisième partie à cette note, mais difficile de ne pas s'indigner une nouvelle fois face à l'ampleur du scandale.

Nos amis les riches et les puissants ont donc, il faut le rappeler, spolié les Etats plusieurs fois :

  • Evasion fiscale grâce à des paradis fiscaux
  • Intense lobbyisme auprès de nos parlements et de nos gouvernements pour obtenir des réductions d'impôts continuelles et systématiques sur l'argent qu'ils n'ont pas pu dissimuler au fisc (ce qui a pour effet, en Suisse, de diminuer régulièrement, depuis 30 ans, les recettes de l'Etat qui va ensuite couper dans tous les budgets, y compris sociaux bien sûr, pour rééquilibrer ses finances
  • Déplacement de la production industrielle dans des pays à bas coûts pour décupler (au minimum) les marges encaissées par les actionnaires de ces groupes industriels, d'où baisse des recettes fiscales des Etats
  • Obligation faite aux Etats et donc aux contribuables, de venir sauver le secteur bancaire mis à mal par les immondes manœuvres spéculatives inventées par de brillants cerveaux de la finance. Spéculation malheureusement approuvée par nos gouvernements corrompus.

Si l'on additionne tous ces avantages fiscaux cumulés, on parle sans doute d'une somme ANNUELLE qui doit se trouver entre 400 et 1'000 milliards de dollars. Assez pour renflouer les Etats, et cela ne serait que pure justice.

Ils ont donc gagné sur tous les tableaux et nous, peuples d'Occident, pouvons payer les dégâts à la sueur de notre front. La seule chose qui soit biblique dans tout cela.

20/07/2012

Notre version du «Meilleur des mondes» ? (2)

Ce brutal «retour en arrière»  (voir note d'hier "Notre version du «Meilleur des mondes» ? (1)" est-il si surprenant ? Franchement, si vous aviez été à la place de ces personnages puissants, qui pendant une génération ont dû partager le pouvoir avec des petites gens qu'ils méprisent copieusement, que ces mêmes petites gens aient pu, à cause d'une circonstance historique tout à fait exceptionnelle, imposer des limites et des obstacles à l'expression de votre toute-puissance (lois sur la protection de l'environnement, lois sur la protection des travailleurs, lois sur la protection des consommateurs, lois fiscales en faveur d'une répartition plus juste des richesses...), qu'auriez-vous fait ? Il serait bien arrivé un jour où vous vous seriez écrié que cela suffit, que vous en avez marre, marre de partager avec tous ces pouilleux !

Et c'est exactement ce qui est arrivé. Un plan a été savamment établi (la «révolution conservatrice», appliquée tout d'abord par Margaret Thatcher et Ronald Reagan), la propagande a fait son oeuvre, tous les échelons de la Société ont été noyautés, l'armée américaine a été formidablement renforcée pour premièrement renverser l'Union soviétique et ensuite devenir le bras armé de l'ultralibéralisme.

Aujourd'hui nous nous trouvons dans cette situation parfaitement malade où une poignée d'individus possèdent, chacun, un patrimoine équivalent ou supérieur au PIB d'un pays comme le Danemark alors que des milliards d'habitants vivent avec 1 dollar par jour. Si on prend un exemple largement médiatisé, celui de Bill Gates, c'est un homme qui a certainement du talent, qui a certainement été un visionnaire, qui a certainement travaillé pour arriver à un résultat. Mais cela vaut-il 50-80 milliards de dollars ? Et cette fortune indécente, l'a-t-il construite tout seul ? N'avait-il pas une armée d'ingénieurs, de programmeurs, etc.. pour parvenir à ses fins ?

Et n'est-il pas encore plus scandaleux que des personnes puissent bâtir une fortune colossale en spéculant, y compris sur des biens de première nécessité, en démantelant des entreprises et donc des emplois, en ayant une activité de prédateur économique ?

Ne méritent-ils pas la prison, ceux qui ont créé ces instruments financiers toxiques qui ont failli mener le monde entier à la banqueroute lors de la crise des subprimes et dont les peuples payent aujourd'hui encore la facture en termes de chômage, de baisse du pouvoir d'achat, de perte de leur biens ou de leur maison ou de tout cela à la fois ?

C'est cela qui est assez terrifiant et à méditer:

  • Si vous donnez libre cours à l'appât du gain, à la corruption, à l'exploitation de l'homme par l'homme, en 30 ans, tous ces rouages plus ou moins consciemment au service de ces forces de l'argent, vont travailler ardemment afin de modifier de fond en comble la Société et vont créer un monstre tentaculaire et un totalitarisme qui ne dit pas son nom, caché qu'il est derrière un semblant de démocratie,
  • Si par contre vous cherchez à, par exemple, prendre des mesures efficaces de protection de l'environnement ou à lutter contre cette gangrène qu'est la corruption ou encore à lutter contre l'accaparement du vivant, sous forme de brevets sur les OGM par quelques groupes industriels, les mêmes petits soldats et ceux qui détiennent le pouvoir de l'argent vont gripper le système et il ne se passera rien. Rien de bon en tout cas.

Pendant que le soir nous allons au cinéma, dansons ou regardons la télévision, la machine ultralibérale continue de fonctionner à plein régime. Le soleil ne se couche jamais sur l'empire mondialisé. Les traders et/ou les ordinateurs continuent de boursicoter et de spéculer. Peut-être sur les aliments que nous devrons acheter demain, sur la dette de tel ou tel pays ou sur l'essence que nous devrons mettre dans notre voiture. Ce que je veux dire par là est qu'il suffit: 

  • de quelques personnes immensément riches qui orientent, par leurs investissements, les choix du plus grand nombre,
  • d'une armée de bons petits soldats au service de ces forces de l'argent, 
  • d'une masse de citoyens précarisés par le système diabolique mis en place et fatigués par la compétition quotidienne à laquelle ils sont confrontés malgré eux,
  • d'une masse au moins aussi importante de citoyens paupérisés, malades, éventuellement  (poly-)médicalisés

pour qu'une planète comme notre «bonne vieille Terre» ait tragiquement abdiqué le mot "Liberté" afin de se mettre au service très lucratif de quelques-uns.

19/07/2012

Notre version du «Meilleur des mondes» ? (1)

La crise, qui touche uniquement les petites gens et la classe moyenne est là depuis 2008 et ne semble pas vouloir refluer.

Il fut une parenthèse dans l'Histoire où nos Sociétés ont su établir un partage raisonnable des richesses, où le fort n'a pas systématiquement écrasé le faible. Hélas, ce ne fut qu'une parenthèse imposée par la guerre froide. Sitôt l'ennemi soviétique anéanti et copieusement humilié, le naturel qui veut que le fort domine outrageusement le faible, a repris le dessus, avec la même férocité qu'à l'époque féodale. Quelques seigneurs de l'économie globalisée sont devenus, en 2-3 décennies, plus riches et puissants que les seigneurs féodaux ou même que les Rois ou les Empereurs de nos livres d'histoire.

Pour asseoir leur suprématie absolue, ils ont imposé leurs règles, faites de compétition entre les individus, entre les entreprises, entre les nations ou groupes de nations. Le sentiment de solidarité a été tourné en ridicule au profit de l'individualisme triomphant. La propagande vantant la supériorité de ce somme toute vieux modèle, relooké avec les atours de la modernité, a tourné à plein régime et les institutions politiques et syndicales qui étaient un contre-pouvoir à la loi de la jungle, ont été ridiculisées et décrédibilisées. Les affidés de ce modèle économique, tous ceux qui voulaient profiter de ce vent nouveau de l'Histoire, ont infiltré tous les échelons de nos Sociétés: ils se trouvent dans nos Parlements et dans nos Gouvernements, ils forment la nuée de lobbyistes qui orientent les décisions de notre classe politique, ils détiennent les chaires d'économie, de médecine, etc..., de nos universités, ils utilisent les médias afin d'orienter l'opinion publique, ils sont cadres et consultants dans le secteur privé. Bref, ils profitent eux aussi du système.

Le plan a fonctionné à merveille. Comme dans un manuel.

C'est assez incroyable que nos Sociétés, après avoir vécu dans un passé récent les horreurs du communisme et du nazisme, aient sombré si facilement dans les horreurs de l'ultralibéralisme qui est un système tout aussi aliénant, mais légèrement plus subtil. Et pourtant...

Depuis 30 ans, chacun doit lutter individuellement pour sa survie, la propagande en faveur d'un but collectif supérieur a été remplacée par l'exaltation du «moi» et du «je» (diviser pour régner), les outils de propagande qui étaient avant le fait de gouvernements ont été réunis entre les mains d'une poignée d'affairistes privés (concentration des médias entre quelques mains), les universités produisent «à la pelle» des jeunes loups au cerveau uniformément formaté. Pour ceux qui tombent sur le bas-côté de la route, pour quelque raison que ce soit, le chômage, l'assurance invalidité et les camisoles chimiques ont remplacé le goulag. Une nouvelle version, réelle et non pas romanesque, du «Meilleur des mondes» ?

J'exagère ? En apparence, oui. Et d'ailleurs l'exagération est le propre de la polémique. Mais si l'on demandait à tous ceux, et ils sont nombreux, qui sont broyés par le système si j'exagère, je ne suis pas sûr qu'ils seraient de cet avis.

26/06/2012

En Angleterre, des millions d'enfants ne sont pas assez nourris (2)

Pour les uns, l'ultra-libéralisme est la solution à un Etat qui coûte cher et qui ne produit rien. Pour les autres, l'ultra-libéralisme est le fossoyeur de nos sociétés et la cause de la souffrance de ces enfants (voir mon billet d'hier: "En Angleterre, des millions d'enfants ne sont pas assez nourris (1)", au profit d'une petite caste de nantis.

Que l'on soit d'accord avec une assertion ou avec l'autre, ce que tout le monde peut constater est que nos sociétés ont profondément changé depuis la chute du Mur. La redistribution relativement équitable des richesses, vécue et acquise de haute lutte pendant les 30 glorieuses, a été remplacée par la compétition, la précarité, le chômage, les working poors et les revenus indécents d'une minuscule frange de la population.

Ce qui a marqué ces 2 dernières décennies est le transfert systématique des richesses, des pauvres et des classes moyennes, vers les plus riches. Tout le monde peut constater que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Et l'Etat, nos Etats occidentaux, se sont systématiquement appauvris par la baisse systématique des recettes fiscales voulues par la droite. Il est facile ensuite de venir accuser l'Etat d'avoir des dettes.  Et je rappelle volontiers au passage, que c'est sous Ronald Reagan et «W» que l'Etat fédéral américain s'est le plus endetté, alors qu'à la fin du double mandat de Bill Clinton, on entrevoyait la possibilité, dans les 10 années à venir, que l'Etat fédéral ait remboursé TOUTES ses dettes.

La politique ultra-libérale qui a saccagé l'état social et qui a paupérisé de larges franges de nos sociétés a eu le double effet d'augmenter le nombre de récipiendaires des aides de l'Etat et de diminuer les recettes de celui-ci. Situation qui a évidemment poussé la droite à réclamer de nouvelles diminutions des tâches de l'Etat, dans un cercle vicieux absolument voulu et parfaitement orchestré. Cette diminution des tâches de l'Etat a laissé le champ libre aux entreprises privées qui ont pu prendre leurs aises dans tous les domaines («quand le chat est parti, les souris dansent»). Aujourd'hui, nous souffrons tous de l'abaissement des normes de protection de l'environnement ou des travailleurs ou des consommateurs. Ou du viol de ces normes. Ou du copinage entre ce qui reste de l'Etat et les entrepreneurs privés. La démission très récente de M. Marcos Buser de la Commission fédérale de la sécurité nucléaire (CSN) en est une énième illustration.

Nos pays sont confrontés à la compétition avec des pays où la main d'œuvre ne coûte rien, ne jouit d'aucune protection sociale, ne sait pas ce que sont les vacances et les samedis. Où l'aîné mâle est l'assurance vie de ses parents (c'est pourquoi tant de fœtus femelles sont avortés ou tués en Inde et en Chine). Où le travail n'est réglementé d'aucune façon, où la protection de l'environnement est une idée qui n'a encore fait son chemin nulle part.

La compétition voulue et organisée par les brillants penseurs de l'ultra-libéralisme est en train de miner les fondements mêmes de nos pays. Cette compétition, totalement absurde dans les faits mais diabolique dans son essence, est en train de faire revenir nos Sociétés en arrière, en démantelant pièce par pièce les avancées sociales de l'époque de la guerre froide. Nous allons à marche forcée vers une sorte de société féodale mâtinée des conditions sociales des débuts de la révolution industrielle.

Cette involution fait peur et la sidération des populations de nos pays montre non pas une grande sagesse, mais la profondeur de l'effroi et de l'incompréhension qui nous saisissent toutes et tous. Nous voyons que nous allons dans le mur, nous voyons que nos gouvernements sont, au mieux, impuissants, au pire, corrompus jusqu'à la moelle. Il n'y a plus de recours envers une Autorité ou une puissance quelconque. Plus d'alternative. Plus de solution de rechange. Le processus a été si loin, il est si définitivement engagé, qu'il n'y a plus de retour en arrière possible.

Ceux qui profitent largement ou plus modestement de ce système, en mangeant les miettes qui tombent de la table des puissants, ont l'illusion que tout va bien. Que le système est parfaitement cohérent et légitime.

J'aimerais tant n'être qu'un radoteur atteint de sénilité précoce.

 

25/06/2012

En Angleterre, des millions d'enfants ne sont pas assez nourris (1)

C'est la terrible nouvelle parue dans la presse la semaine passée. Et cela se passe aujourd'hui, en Europe !

C'est bien évidemment le fruit de plus de 20 années de dérégulation, d'ultra-libéralisme, de mondialisation. Plus de 20 années de guerre ouverte, mais déguisée sous les oripeaux de la démocratie, des riches contre les pauvres. Plus de 20 années de manipulation des peuples. Plus de 20 années de coups d'Etat permanents qui ont vu les lobbies des grands groupes multinationaux faire le siège de nos Parlements et de nos Exécutifs afin de faire systématiquement triompher leurs thèses contre les intérêts du plus grand nombre. Nous ne sommes plus, ni en tant que travailleur, ni en tant que consommateur, ni en tant que contribuable, ni en tant que patient, protégés par nos gouvernements contre les menées de cette clique de profiteurs. Le mot «éthique» est, pour cette oligarchie, une insulte ou une occasion de franche rigolade.

Pour tout spectateur quelque peu attentif et non aveuglé par ses a priori idéologiques, c'est une situation que l'on voyait se préparer depuis l'arrivée au pouvoir du terrible tandem Reagan / Thatcher.

Leur vision et surtout celle de ceux qui les ont aidés à se hisser au pouvoir, a triomphé partout. Les gouvernements ont perdu tout pouvoir. Nous, simples citoyens, sommes livrés sans merci et sans protection aux appétits indécents de quelques entrepreneurs et actionnaires. Leur avidité obsessionnelle, donc maladive, a perverti la marche du Monde. Leur stratagème suprême qui a mis tous les peuples de la Terre en compétition est en train de détruire ce qui faisait l'essence même des peuples de cette planète. Mais aussi l'environnement. Croire que le fait d'avoir exporté notre pollution industrielle en Chine nous protège de cette pollution est une ridicule illusion: ce pays n'a aucune régulation dans le domaine de la protection de l'environnement et la pollution générée par ces fabriques «sauvages» nous revient en pleine figure. D'où une atteinte insidieuse mais sérieuse à la santé de chacun d'entre nous.

Et comment pouvons-nous être collectivement «sidérés» au point de rester silencieux face à cette misère monstrueuse qui monte aux 4 coins de l'Occident. Cette misère abjecte que l'on croyait réservée aux livres d'histoire. Et pendant ce temps, face à l'urgence sociale, les fossoyeurs de nos pays continuent de se lamenter sur le sort de leurs biens en terrorisant nos gouvernements pour les obliger à intervenir une fois de plus pour sauver les Banques. Leurs jouets spéculatifs et insensés.

Nous réveillerons-nous avant qu'il soit trop tard ?

09/05/2012

La fin de la classe moyenne

«Améliorer les conditions-cadres», c'est le mantra répété par M. Pascal Gentinetta, président de la direction d'économiesuisse dans son interview du 4 mai dans la TDG. Cette phrase revient encore et encore et on cherche désespérément ce que cela veut dire à part abaisser les impôts.

Cela fait 30 ans que l'on subit ce véritable lavage de cerveau et cela fait 30 ans, depuis l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne en 1979 et de Ronald Reagan aux Etats-Unis (1980), que l'on subit les effets trop souvent désastreux de cette politique. Celle-ci a mené à tous les excès que l'on connaît :

  • Toute-puissance du secteur privé
  • Démission de l'Etat
  • Pillage des revenus du travail par les directions (salaires et bonus délirants) et par les actionnaires des multinationales
  • Détricotage des programmes de protection sociale, de protection des travailleurs et de protection de l'environnement...

Malgré les excès souvent insupportables de ces politiques, cela ne satisfait toujours pas M. Gentinetta et ceux qu'il représente, puisque il propose ni plus ni moins de diviser par deux les impôts des sociétés dans des cantons comme Genève et Vaud (passer de 24 à 12 %). Mais il faut également, selon lui, que le taux d'impôt fédéral de 8.5 % soit : «substantiellement abaissé».

Avec tous les cadeaux royaux accordés aux entreprises depuis 30 ans (le dernier en date étant la révision de l'impôt sur les entreprises sur lequel nous avons voté et qui s'est retourné contre l'ensemble du peuple suisse et contre notre démocratie. Voir "La perversion de la démocratie"),  avec toutes les délocalisations qui ont privé nos pays de leur production de richesse, jeté des dizaines de millions de citoyens dans la précarité et transféré le centre de gravité du pouvoir économique et très bientôt politique et militaire, vers l'Asie nous voyons les résultats de cette politique.

Elle consiste ni plus ni moins en la disparition progressive de la classe moyenne en Occident. On le voit très clairement dans des pays broyés par cette logique économique, comme la Grèce ou l'Espagne, mais on le voit aussi dans des pays comme la France, les Etats-Unis et même la Suisse (malgré une réussite pour l'instant insolente en comparaison internationale). La récente publication d'une statistique faisant état de 700-900 mille pauvres dans notre pays riche en est la preuve la plus éloquente.

A force de refuser ses responsabilités sociales, le secteur privé représenté par les grands groupes internationaux, assèche les finances de nos Etats, ce qui oblige celui-ci à couper dans différents programmes ou à augmenter la participation financière des citoyens à ces programmes ou les deux. Ce continuel transfert de richesse des classes défavorisées et moyennes vers les ultra-riches entraîne la création de plus en plus de working poors et fait glisser la classe moyenne vers la précarité, jusqu'à sa disparition pure et simple.

C'est exactement ce qui arriverait si les propositions de M. Gentinetta avaient le malheur de trouver leur chemin dans les esprits de notre classe politique trop souvent au service de ceux qui détiennent les leviers du pouvoir.

11:09 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la fin de la classe moyenne, pascal gentinetta, economiesuisse | |  Facebook

04/03/2012

Une surenchère désespérée

Intéressant article dans le New York Times du 27 février ("The Possum Republicans"). L'éditorialiste y dénonce la folle course en avant des différents candidats républicains engagés dans les primaires de leur parti. Les tenants de l'extrême droite (qui n'est pas exactement superposable à l'extrême droite telle qu'on l'entend en Europe) du parti ont une telle audience et mettent une telle pression sur leurs « camarades » de parti, qu'ils imposent les thèmes à tous les niveaux de la vie politique américaine, depuis les élections locales jusqu'aux primaires du parti républicain.

Il n'y a donc, en ce moment, aucun candidat républicain « modéré » dans la primaire. C'est une bataille de chiffonniers et c'est à celui qui sera le plus conservateur, rétrograde et opposé à toute solution raisonnable au monstrueux déficit des Etats-Unis. Cette folle course vers l'extrême est vraiment inquiétante pour ce pays et pour le reste du monde, par la même occasion. En l'état actuel des choses, on sait que si le prochain président devait être républicain, les Etats-Unis s'engageraient dans une régression sociale et économique qui serait vraisemblablement sans issue.

Et cette course vers les extrêmes a lieu dans d'autres pays. La façon dont l'UDC instrumentalise certains thèmes peut faire penser à ce système. Ils savent formidablement bien utiliser la frustration de nombreux citoyens de ce pays qui se sentent « abandonnés » par une « élite » politique qui se contrefiche de leurs préoccupations quotidiennes.

Idem en France, lorsque le président-candidat va chasser sur les terres de l'extrême-droite pour se faire élire.

Il est de la responsabilité de la classe politique qui se veut responsable et respectueuse de la démocratie de s'attaquer avec sérieux, constance et détermination également aux thèmes qui sont importants pour le citoyen moyen afin de couper l'herbe sous les pieds des extrémistes de tout bord.

13/02/2012

Paupérisation: un avertissement de plus

Après une nuit d'émeute à Athènes, la situation montre que le cours des événements reste extrêmement préoccupant et que les réponses apportées à presque 30 années de dérégulation sont mauvaises, inadaptées et aussi dangereuses que la dérégulation elle-même.

Pour l'instant, la Grèce est le pays européen le plus sauvagement touché par l'indifférence et l'égoïsme monstrueux des élites politiques et économiques. Mais le temps est sans doute proche où l'exaspération, et même la rage (l'indignation ne suffira plus), vont s'emparer d'autres populations européennes. Et ce jour-là il fera vilain temps sur l'Europe.

Pour l'instant la situation reste étonnamment "sous contrôle" même dans les autres pays eux aussi au bord de l'asphyxie, à savoir l'Espagne, le Portugal, la Grande-Bretagne et bientôt l'Italie et la France. Il faut croire que dans ces pays, la classe moyenne arrive encore tant bien que mal à survivre et qu'elle peut prendre en charge ses enfants pas encore tombés du nid. Mais pour combien de temps ? Vous ne pouvez pas vivre jusqu'à 40 ans chez vos parents et dépendre d'eux pour tout, tout en étant éventuellement surdiplômé.

Et aujourd'hui il y avait un très intéressant article dans le New York Times sur la situation sociale aux Etats-Unis (ici le lien: "Even Critics of Safety Net Increasingly Depend on It").

Cet article montre de façon éloquente le glissement progressif de couches entières de la Société américaine d'une strate sociale à une autre. Le rêve américain ne fonctionne plus. Il n'est plus qu'une incantation sans réelle substance. La réalité frappe, y compris des citoyens qui continuent de croire et de voter pour ceux-là mêmes qui les poignardent socialement et politiquement dans le dos.

Quelques exemples cités dans cet article:

  • Un homme de 57 ans, qui a soutenu en 2010 la campagne d'un membre du Tea Party  et qui soutient les réductions du train de vie de l'Etat se voit contraint de recevoir, depuis plusieurs années déjà, des subsides du gouvernement permettant à ses trois enfants en âge d'être scolarisés, de petit-déjeuner et de déjeuner aux frais de l'Etat fédéral. Sa mère de 88 ans a également été opérée deux fois de la hanche aux frais de Medicare (le système d'assurance-santé géré par le gouvernement des États-Unis au bénéfice des personnes de plus de 65 ans ou répondant à certains critères, mis en place en 1965 par le Président démocrate Lyndon B Johnson, successeur de JFK). Et il ne paye plus d'impôts fédéraux, ses revenus étant trop bas,
  • Au départ, ces subsides fédéraux avaient été créés pour protéger les américains de la pauvreté extrême ("abject poverty"). De nos jours, la mission de ces programmes consiste de plus en plus en la création de filets pour empêcher que la classe moyenne ne tombe dans la pauvreté (les pauvres ne touchaient plus, en 2007, soit AVANT la crise des subprimes mais après les très généreux programmes de réduction des impôts pour les ultras riches voulus par W, le "compassionate republican" (!) que 36% des fonds alloués à ces programmes contre 54% en 1979,
  • En 2010, près de la moitié (48.5 %) des ménages américains vivaient dans des foyers recevant des subsides fédéraux contre 37.7% en 1998,
  • En 2000, le gouvernement fédéral et les Etats américains dépensaient 37 cents pour chaque $ touché en revenus. Dix ans plus tard, après 3 lois de réduction d'impôts des plus riches, 2 récessions et l'extension du programme Medicare, c'est 66 cents pour chaque $ de revenus qui sont dépensés.

C'est exactement les ingrédients pour nous mener au désastre social et aux émeutes qui l'accompagneront.

Nos élites politiques et financières continuent de souffrir d'un autisme social et politique, pathologique. Cet autisme est en train de détruire le tissu social de nos pays pour le seul bénéfice d'une infime minorité qui se goberge sur la ruine de pans entiers de la Société.

J'ai souvent écrit sur cet autisme et sur les mécanismes de l'exclusion sociale. Je vois que la crise grecque (et occidentale) continue dans l'indifférence générale.

Les émeutes d'hier soir sont un avertissement de plus. Que faudra-t-il pour sortir nos élites de leur autisme profond et de leur égoïsme monstrueux ?

28/11/2011

Sourds aux prophètes

C'est malheureusement une vieille chanson qui veut que les meilleur(e)s d'entre nous nous préviennent des dangers et que leur voix, sauf rare exception soit systématiquement ignorée. Et lorsqu'elle l'est, au mieux, elle devient un dogme et on passe les 2'000 années suivantes à se chamailler comme des chiffonniers sur chaque mot et chaque virgule.

J'ai déjà écrit sur ce sujet («Il nous manque un homme providentiel») et comme je viens de lire un texte («Le pèlerinage aux sources») de Lanza del Vasto, écrit en 1937 lors d'un voyage à Ceylan (ex Sri Lanka) et en Inde auprès de Gandhi, qui résonne assez bien, je trouve, avec ce que nous vivons en ce moment, cette domination implacable de l'homme par l'homme à travers un «système» de plus en plus effréné et inhumain, j'ai eu envie de le partager avec vous.

Chacun pourra actualiser ce texte à loisir, et les adaptations à notre temps et à la mondialisation sont fort faciles:

«Si les gens d'aujourd'hui ne sont pas convaincus du caractère fâcheux d'un système qui les a menés de crise en krach, de faillite en révolte, de révolution en conflagration; qui gâte la paix, la rend affairée et soucieuse; qui fait de la guerre un cataclysme universel, presque aussi désastreux pour les vainqueurs que pour les vaincus; qui ôte son sens à la vie et sa valeur à l'effort; qui consomme l'enlaidissement du monde et l'abrutissement du peuple; si les gens d'aujourd'hui accusent n'importe qui des grands maux qui les accablent, en attribuant la cause à n'importe quoi plutôt qu'au développement de la machine, c'est qu'il n'est pas de sourd mieux bouché que celui qui ne veut rien entendre.

Il faut que la puérile admiration pour les brillants jouets qui les amusent, il faut que l'exaltation fanatique pour l'idole qu'ils se sont forgée, et à laquelle ils sont prêts à sacrifier leurs enfants, leur ait tourné la tête et fermé les yeux à l'évidence pour qu'ils continuent d'espérer du progrès indéfini de la machine, l'avènement d'un âge d'or.

Ne parlons pas des bouleversements que le progrès des machines fait sans cesse subir aux institutions humaines, parlons seulement des avantages par lesquels elles allèchent le sot.

Elles épargnent du temps, elles épargnent des peines, elles produisent l'abondance, elles multiplient les échanges et amènent un contact plus intime entre les peuples, elles finiront par assurer à tous les hommes un loisir perpétuel, dit-on.

S'il est vrai qu'elles épargnent du temps, comment se fait-il que dans les pays où les machines règnent, on ne rencontre que des gens pressés et qui n'ont jamais le temps ? Alors que dans ceux où l'homme fait tout de ses mains, il trouve le temps de tout faire et du temps en outre, autant qu'il en veut, pour ne rien faire.

S'il est vrai qu'elles épargnent de la peine, pourquoi tout le monde se montre-t-il affairé là où elles règnent, attelé à des tâches ingrates, fragmentées, précipitées par le mouvement des machines, à des travaux qui usent l'homme, l'étriquent, l'affolent et l'ennuyent ? Cette épargne de peine, en vaut-elle la peine ?

S'il est vrai qu'elles produisent l'abondance, comment se fait-il que là où elles règnent, règne aussi, dans tel quartier bien caché, la misère la plus atroce et la plus étrange ? Comment, si elles produisent l'abondance, ne peuvent-elles produire la satisfaction ? La surproduction et le chômage ont logiquement accompagné le progrès des machines, tant qu'on n'a pas fait une guerre, trouvé un trou pour y jeter le trop-plein.

S'il est vrai qu'elles ont multiplié les échanges et rendu les contacts plus intimes entre les peuples, il ne faut pas s'étonner que lesdits peuples en éprouvent les uns pour les autres, une irritation sans précédents.

[...]

A dire vrai, l'homme a besoin du travail plus encore que du salaire. [...] Car le but du travail n'est pas tant de faire des objets que de faire des hommes. L'homme se fait en faisant quelque chose.

[...]

Mais pour que le travail même, et non le payement seul, profite à l'homme il faut que ce soit un travail humain, un travail où l'homme entier soit engagé: son corps, son cœur, son intellect, son goût. L'artisan qui façonne un objet, le polit, le décore, le vend, l'approprie aux désirs de celui à qui il le destine, accomplit un travail humain. Le paysan qui donne vie aux champs et fait prospérer le bétail par une œuvre accordée aux saisons, mène à bien une tâche d'homme libre. Tandis que l'ouvrier enchaîné au travail à la chaîne, qui de seconde en seconde répète le même geste à la vitesse dictée par la machine, s'émiette en un travail sans but pour lui, sans fin, sans goût ni sens. Le temps qu'il y passe est temps perdu, vendu: il vend non son œuvre mais le temps de sa vie. Il vend ce qu'un homme libre ne vend pas: sa vie. C'est un esclave».

 

Heureux ceux qui, dans cette économie mondialisée, peuvent encore revendiquer leur plein statut d'Homme libre ?

21:06 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sourds aux prophètes, lanza del vasto, pèlerinage aux sources | |  Facebook

24/11/2011

Le (bientôt) vrai prix du nucléaire

Intéressante information (ou utile rappel) communiquée aujourd'hui par l'Office fédéral de l'énergie, «la désaffectation des centrales nucléaires en Suisse, devrait coûter au moins 20,65 milliards de francs pour les cinq centrales», soit 10% de plus qu'annoncé précédemment.

Plus de 20 milliards (!) et cela ne concerne QUE la Suisse.

A noter encore que ces coûts ne concernent que «la phase qui suit immédiatement (c'est moi qui souligne) la mise hors service ainsi que la désaffectation de l'installation et la gestion des déchets radioactifs». Et ne concernent donc pas, j'insiste lourdement, les coûts à TRES long terme, de surveillance des sites d'entreposage des déchets radioactifs, sites qu'il faudra surveiller pendant des centaines, voire des milliers d'années, ce qui dépasse de toute façon l'entendement humain.

Leur financement est assuré par «deux fonds indépendants financés par les exploitants», précise l'OFEN. Ce que cette agence omet pudiquement de préciser ici est que ces 2 fonds sont à peu près vides, puisqu'ils ne contiennent qu'un peu plus de 4 milliards de CHF. On est donc très loin du compte. Et je trouve que c'est là un véritable scandale. Un de plus.

Au vu de l'expérience que l'on a de ce genre de dossiers, j'en conclus 2-3 choses:

  • une fois de plus l'Etat se met à plat ventre devant l'économie privée en n'osant pas exiger de cette dernière d'assumer en temps et en heure, la totalité de ses responsabilités
  • le prix soi-disant bas du kwh nucléaire est une arnaque car il ne correspond pas au coût réel de l'énergie nucléaire (cela fait longtemps que de nombreuses voix dénoncent cette manipulation de l'opinion publique)
  • il est urgentissime que l'Etat récupère la différence entre le coût réel et le montant qui a été collecté jusqu'à présent.

Le jour où il s'agira de démanteler les centrales, la question se posera, en effet, de savoir qui paiera vraiment ces coûts. Si le coût supplémentaire (différence entre le montant placé dans ces fonds et le coût réel du démantèlement) devait n'être que de 2-3 milliards de francs, nous (nous les citoyens contribuables) pourrions encore espérer voir la couleur de cet argent. Mais si la différence est de 20 milliards (ou plus), je suis prêt à parier gros que l'économie privée fera ce qu'elle sait très bien faire dans ce genre de situation: elle se déclarera en faillite et l'Etat, c'est-à-dire NOUS, devra assumer la totalité des coûts. En résumé: les électriciens se seront fait une fortune colossale pendant 30-40 ans et nous devrons payer pour le démantèlement. Une nouvelle version, une de plus, de ce que l'on appelle à très juste titre «la privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes».

J'ai déjà écrit sur le sujet du nucléaire dans 2 billets («Sortir du nucléaire» et «Qui paye(ra) pour Tchernobyl»). J'y explique plus ou moins mon sentiment à ce sujet et je posais quelques questions basiques sur un sujet complexe. Puisque nous sommes rentrés dans ce système pervers il y a plus de 30 ans, avec l'assurance que la science allait trouver la solution technologique pour retraiter les déchets, ce qui n'est toujours pas le cas comme chacun sait, et qu'aucun investissement n'a été engagé dans des énergies plus propres mais sans doute moins juteuses pour les propriétaires, il va falloir sortir avec intelligence de ce guêpier car il n'y a pas de solution simple.

Mais je suis, une fois de plus, scandalisé par la légèreté ou l'inconséquence ou la complicité de nos Etats avec l'économie privée. Quand donc aurons-nous le courage politique de mettre en place des Etats qui exerceront véritablement leur pouvoir et cesseront de se faire danser sur le ventre par une minuscule «élite» (peut-on vraiment appeler «élite» des êtres qui utilisent leur intelligence, la chance qu'ils ont eue de naître dans la bonne famille, de faire de bonnes études dans les meilleures universités pour manipuler à leur guise le reste de la population ?) de requins prêts à tout pour s'enrichir sur le dos de l'immense majorité de la population, honnête et laborieuse.

Ce scandale (la domination de l'immense majorité de la population par une minuscule frange de prédateurs) qui dure depuis toujours et qui est en train, dans sa version moderne, de nous mener au bord d'une des pires crises économiques de l'histoire de l'Humanité doit cesser. Si nos gouvernants continuent de se limiter à faire de beaux discours et à se montrer incapables de reprendre le pouvoir, des lendemains très douloureux s'annoncent pour tout le monde.

20:59 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le (bientôt) vrai prix du nucléaire | |  Facebook

17/11/2011

Le néo-libéralisme nous mène à une impasse totale (3)

Il est toujours plus facile de critiquer un système que de le réformer. C'est bien connu et c'est exactement ce que je fais ici, même si je pense que depuis que j'ai initié ce blog, j'ai proposé de nombreuses réponses à de nombreuses questions.

Alors "comment faire pour sortir du capitalisme?", c'est la question que me pose Androïde.

La première difficulté est que tous les autres systèmes qui ont été expérimentés ont été au moins aussi totalitaires et dictatoriaux que le capitalisme triomphant.

Même si le capitalisme, dans sa version actuelle, n'a pas encore révélé toutes ses potentialités à devenir la nouvelle tyrannie, son potentiel à le devenir est tout simplement stupéfiant et n'a sans doute jamais été égalé dans l'histoire de l'Humanité. Non seulement il est tyrannique par définition, mais en plus il peut profiter de toutes les avancées technologiques à sa disposition.

Si l'on veut dresser un tableau apocalyptique de la situation, on peut relever les points suivants :

  • concentration, je me répète, de plus en plus étroite des pouvoirs et des richesses entre un nombre de plus en plus restreint d'individus et d'entreprises,
  • lobbyisme intense: on considère qu'à Washington, 100'000 (oui, une ville de la taille de Winterthur) personnes travaillent à faire du lobbyisme auprès des représentants au Congrès. Ils sont spécialistes (il y a aussi des secrétaires, etc..) dans tous les domaines et ont de l'argent à profusion, des connaissances techniques hyper pointues dans leurs domaines respectifs, largement supérieures à celles des membres du Congrès qu'ils sont chargés de convaincre ou d'épauler dans les différentes commissions (ne nous leurrons pas, il se passe exactement la même chose à Bruxelles, à Paris ou à Berne),
  • les think tanks de droite sont abondamment dotés en financement et sont payés pour produire des idées, fallacieuses pour la plupart,
  • ceux qui détiennent le pouvoir économique ont les moyens d'«acheter» littéralement n'importe qui et ne s'en privent pas. Entre les lobbyistes, les membres des think tanks, des (pseudo-)journalistes peu scrupuleux, des spin doctors, des boîtes de public relations, ils détiennent tous les leviers afin de formater, de manipuler et de mettre en boîte n'importe quelle information, y compris la plus biaisée, en lui donnant l'apparence d'une information neutre et objective, issue d'une rédaction (journal, télévision, etc..) indépendante de toute pression,
  • pulvérisation de la solidarité entre travailleurs par les méthodes déjà évoquées dans les 2 billets précédents,
  • une agriculture qui marche sur la tête,
  • savant entretien de la pauvreté et de la pénurie dans les pays du tiers-monde, là où le pillage des ressources naturelles et la spéculation insensée et abjecte sur les produits de première nécessité et le soutien à des gouvernements corrompus obligent des millions d'habitants à tenter l'immigration dans nos pays, à un coût social, culturel et humain de plus en plus insupportable
  • société du spectacle omniprésente capable de participer à la manipulation des foules fatiguées et stressées par la compétition permanente qui lui/nous est imposée,
  • lorsque l'un d'entre nous «tombe», le «gentil» système (assurances maladie/sécurité sociale + pharmas) vient à notre «secours» en distribuant gratuitement (façon de parler) force neuroleptiques et autres camisoles chimiques, propres à nous rendre définitivement passifs et aliénés (ce qui est double bénéfice pour les pharmas), ce qui me fait m'interroger, certains jours, sur les «bienfaits» d'un accès garanti et facilité au système de (pseudo)santé,
  • les quelques «phares» de l'Humanité, comme Jean Ziegler, sont traînés devant les Tribunaux car ils osent dire certaines vérités, alors que les oligarques qui organisent l'aliénation de l'Humanité et devraient comparaître devant les Tribunaux pour crimes contre l'Humanité reçoivent tous les honneurs et toutes les récompenses.

Je m'arrêterai là.

Alors "comment faire pour sortir du capitalisme?"

Le problème n'est pas le capitalisme, ou le socialisme ou le communisme. Le problème c'est l'homme. Le problème est dissimulé en l'homme. C'est cette force de compétition, ce besoin forcené de reconnaissance, ce désir viscéral d'être au-dessus des autres, meilleur, plus beau, plus grand, plus riche, avec un plus grand zizi, une plus belle voiture, un plus gros yacht.

Regardez les rues de nos villes, regardez la comédie humaine qui se joue tous les jours sous nos yeux: partout, du bas en haut de l'échelle sociale on retrouve cette vanité, ce besoin inextinguible de se démarquer des autres, ce besoin d'écraser celui que l'on ressent comme plus faible que soi (ses employés, sa femme ou son chien). Ce n'est pas l'esprit de solidarité qui domine la plupart du temps dans le cœur des êtres humains, c'est la compétition et l'égoïsme. Nous avons donc tous une part de responsabilité dans ce qui nous arrive aujourd'hui, même s'il est évident que plus l'on monte dans la pyramide, plus grande est notre responsabilité.

Ce n'est pas un énième système politique qui changera les choses. Ce énième système échouera comme tous les autres. Le communisme a essayé de «rééduquer» l'être humain, on a vu comment tout cela s'est terminé. Pourquoi un nouveau système parviendrait-il à changer l'homme, là où tous les autres ont échoué ?

Non, il faudrait une sorte d'immense prise de conscience collective, il faudrait que chacun d'entre nous vive son propre «Chemin de Damas», comme celui qui allait devenir St Paul, peu après la mort du Christ. Seule une transformation de nos consciences et de nos cœurs parviendra à changer le destin de l'Humanité. Pas un système politique, quel qu'il soit.

Et là je sais que je nage en pleine utopie. En attendant, essayons de faire ce que nous pouvons, là où nous le pouvons, afin de résister à ce système pervers et aliénant en ne comptant pas sur la classe politique, elle-même aliénée. Si tous, nous arrêtions d'acheter les produits des grandes entreprises les plus dangereuses, les plus perverses et aliénantes, ce système arrogant pourrait s'effondrer en un rien de temps. Résistons également aux faux prophètes, à tous ceux qui font profession de nous manipuler d'une façon ou d'une autre. Ce serait un début. Une prise de conscience salutaire. Peut-être la perspective de cette impasse sera-t-elle l'occasion de ce bouleversement des consciences ? C'est notre plus grand (et seul ?) espoir.

15/11/2011

Le néo-libéralisme nous mène à une impasse totale (2)

Mme Merkel vient de dire que "l'Europe traverse sa pire crise depuis 1945". Et on peut bien évidemment dire exactement la même chose des Etats-Unis.

Alors, est-ce le fruit du hasard ou de la malchance ou d'une malédiction plus ou moins divine ?

Non, c'est le résultat exact, mathématique, économique autant que sociologique de plus de 20 années de dérégulation: de l'économie, de la protection de l'environnement, de la protection des travailleurs, de la morale (comme évoqué dans le billet précédent). Nous sommes arrivés au stade où nos Sociétés sont sur le point de basculer vers l'abîme. Je crois, je veux croire, que nous avons encore le choix, même si ce choix est essentiellement entre les mains d'une petite poignée d'oligarques qui tiennent à leurs privilèges par-dessus tout.

L'histoire n'est qu'une succession de conflits où la défense des intérêts des puissants était déguisée en intérêt national, patriotique, afin d'entraîner l'adhésion des sans grades à la défense de leurs intérêts. Combien d'hommes, de femmes et d'enfants, en Europe, en Asie, ou ailleurs sont morts pour défendre l'intérêt étroit d'empereurs, de rois, de princes, de ducs, de  comtes, de seigneurs ou de potentats locaux. Même l'Eglise a utilisé la manipulation des consciences pour parvenir à des fins de puissance séculière.

Et lorsque les intérêts de ces puissants étaient vraiment menacés, eh bien on n'a pas hésité à utiliser les grands moyens, y compris au 20ème siècle: Franco en Espagne a été le bras armé de ceux qui défendaient leurs privilèges. Idem pour Pinochet au Chili. Et Hitler a eu, au moins au début, la bienveillance de ceux qui le voyaient comme le meilleur rempart au bolchévisme.

Aujourd'hui, ces mêmes forces, ont déguisé leurs paroles en tenant un discours de propagande en faveur de la "liberté d'entreprendre", liberté savamment confondue avec la liberté tout court. Nous tous, ou presque, avons foncé dans ce piège, tout cela pour nous apercevoir, mais un peu tard, que nous étions devenus les jouets d'une nouvelle aliénation: fruit de l'hyper individualisme, de l'égoïsme décomplexé, du refus de la solidarité sociale, de la mise en compétition de travailleurs vivant dans des univers sociaux, culturels et économiques diamétralement opposés. Tout cela a créé une situation insupportable pour beaucoup et potentiellement explosive, car ceux qui, en Occident, profitent encore du système, sont de moins en moins nombreux.

Les anciens seigneurs féodaux ont été remplacés par les membres des conseils d'administration des grandes sociétés multinationales. Les nouveaux seigneurs portent costume/cravate, sont anonymes, voyagent en jet privé, et tutoient la classe politique qu'ils considèrent comme étant à leur service.

Le but de ces nouveaux seigneurs, ceux qui détiennent une grande partie des clés de notre avenir commun à travers les choix d'investissement qu'ils feront et ne feront pas, n'est pas d'améliorer notre environnement social, ni de favoriser la protection de l'environnement. Leur but est de continuer de s'enrichir et de concentrer les pouvoirs. Quel qu'en soit le coût social et environnemental. C'est pourquoi ils nous mènent à cette impasse totale, sur tous les plans, car les intérêts égoïstes de quelques-uns ne peuvent en aucun cas représenter des forces positives, des forces de vie, des forces au service de ce que l'on appelle communément la "vie", même si on ignore son essence profonde, ou qu'on l'affuble de noms divers et variés.

Le but d'une pharma n'est pas de guérir, son but est de vendre de plus en plus de médicaments. Le but d'un cigarettier est de vendre de plus en plus de cigarettes, Celui d'un fournisseur d'électricité..., y compris d'origine nucléaire. Etc.., etc..

C'est un étrange aspect de cette force de vie: quel que soit le système, que l'on parle d'une plante, d'un animal, d'un être humain ou d'une entreprise, une fois «en vie», il/elle va faire tout ce qui est en son pouvoir pour vivre, grandir, se développer y compris au détriment de ses voisins. Un animal prédateur n'a aucun état d'âme lorsqu'il attaque puis dévore sa proie. Au fond, une entreprise ne se comporte pas autrement.

Il n'y a que lorsque l'humain intègre une dimension supérieure, la liberté de conscience apportée par l'Amour qu'il peut surmonter les pulsions de mort qui font apparemment partie de la vie.

14/11/2011

Le néo-libéralisme nous mène à une impasse totale (1)

J'ai longuement décrit ce que je pense du système politico-économique dans lequel nous vivons, et ses dérapages spectaculaires depuis la fin de l'empire soviétique. L'effondrement du communisme, de sa surpuissante armée et des sortes de métastases du communisme que représentaient les partis communistes et certains syndicats au cœur même de nos démocraties, a été un tournant historique qui a mis fin à 30 années magiques sur le plan économique pour nos sociétés occidentales (appelées, assez justement, les «30 glorieuses»).

Aujourd'hui, beaucoup s'interrogent. Heureusement.

J'ai entendu le philosophe Dany Robert Dufour dire en résumé, que l'on n'avait pas seulement dérégulé l'économie, mais également «dérégulé la morale». C'est effectivement un des grands pièges proposés par les tenants du système néo-libéral à travers un message sous-jacent, je cite encore M. Dufour : «jouissez, on s'occupe du reste», le «reste» étant bien évidemment le verrouillage total du système politico-économique au profit d'une caste minuscule (le «on»). Nous voyons cela tous les jours (version moderne du fameux «panem et circenses») dans la façon, entre mille autres exemples, dont la société du spectacle s'occupe de nous distraire, de mille façons également, en nous détournant de notre responsabilité de prendre notre destin en main. Je suis littéralement horrifié, par exemple, par le «modèle» décadent et pervers proposé à nos enfants, filles et garçons, à travers des artistes certes doué(e)s, la plupart du temps, mais qui poussent la provocation, la décadence et l'érotisation de leurs prestations de plus ou plus loin.

Jusqu'à présent, et je me suis souvent exprimé sur ce point dans ce blog à travers un grand nombre de billets, je pensais que les concepteurs du néo-libéralisme avaient certes une haine profonde des «gauchistes» et des pauvres, de tous ceux qui les avaient obligés à partager leurs précieuses richesses pendant ces 30 années de parenthèses dans l'interminable histoire des monstruosités commises par l'homme contre les autres hommes. Qu'ils avaient décidé d'y mettre bon ordre et avaient pour cela inventé le concept de «révolution conservatrice» (voir entre autres le billet «Le (non) sens des responsabilités du secteur privé»). Qu'ils avaient décidé de «briser la nuque» des syndicats, des pauvres et des classes moyennes en délocalisant la production des biens matériels vers des pays du tiers-monde, afin d'instaurer la précarité, la division («diviser pour régner»), la concurrence, la précarité dans nos sociétés par trop vindicatives et revendicatrices. Mais je pensais que la crise qui sévit depuis 2007-2008 était le fait d'un dérapage imprévu, que personne n'avait pu avoir l'esprit suffisamment pervers pour avoir sciemment orchestré un scénario du pire aussi catastrophique.

Las, selon certains penseurs, cette situation est délibérée. Ce n'est pas un dérapage. Le but du néo-libéralisme était, dès le début, de ramener la masse des citoyens de nos sociétés occidentales au même niveau de vie et d'absence de protection sociale que les sociétés du tiers-monde. En clair, de recréer une société féodale.

Cette vision est terrifiante quant à ses conséquences et éclaire d'une lumière encore plus glauque les événements tragiques que traversent nos pays. Par contre elle explique beaucoup mieux l'enchaînement des décisions politiques et économiques depuis le lendemain (au sens littéral du mot) de la chute du mur de Berlin. Cela donne le vertige de penser ainsi mais tout devient plus clair.

La suite dans un prochain billet.

11/11/2011

Les «Marchés», ces nouveaux dictateurs

Nos pays subissent de nouvelles attaques, violentes, des fameux «Marchés» depuis quelques mois, au point que déjà deux gouvernements sont tombés, en Grèce et en Italie. Là où l'indignation populaire a malheureusement échoué à faire partir les gouvernements en place, il a suffi que les agences de notation abaissent la note de certains pays et que quelques manipulations bien senties soient opérées sur les taux d'intérêt pour réussir une sorte de «coup d'état»: faire démissionner des gouvernements démocratiquement élus.

C'est une vraie question qui se pose ici car quelle est la légitimité des acteurs du «Marché» pour faire tomber des gouvernements ?

Premièrement, nous autres citoyens lambda, aurions aimé que ces agences de notation soient aussi exigeantes avec les banques dans les années qui ont précédé la crise des subprimes. Or non seulement elles n'ont pas fait preuve de vigilance avec celles qui prenaient des risques insensés, mais encore sont-elles soupçonnées d'avoir couvert certains agissements.

Deuxièmement, ces fiers redresseurs de tort qui mettent nos pays socialement à feu et à sang (abaisser la note d'un pays c'est faire augmenter les taux d'intérêt auxquels un pays peut emprunter de l'argent et c'est donc le pousser à appliquer de cruels plans d'austérité qui frappent durement les plus fragiles d'entre nous), oublient à la vitesse de l'éclair que si les Etats sont endettés à des hauteurs stratosphériques, ce n'est pas uniquement parce que nos pays vivaient depuis longtemps au-dessus de leurs moyens, mais aussi parce qu'ils sont venus au secours des banques qui menaçaient de tout emporter dans leur chute. Chacun sait cela.

Cette arrogance est vraiment inacceptable. Et il est triste de constater que tous nos gouvernements se plient docilement au dictat de ces quelques soi-disant «experts» qui imposent une forme de dictature sur le fonctionnement de nos Etats, avec toutes les conséquences sociales qui en découleront forcément.

L'économie privée qui est cause de tous nos maux actuels avec sa façon de tout exiger de l'Etat (infrastructures optimales, baisses d'impôts, niveau élevé de l'enseignement, prise en charge des salariés licenciés, service de santé de première classe, etc, etc..) et de ne rien vouloir partager de ses gigantesques profits n'est jamais sanctionnée pour ses comportements antisociaux par les «Marchés». Bien au contraire: plus une entreprise se comportera de manière prédatrice et antisociale et plus elle sera récompensée. Alors que lorsqu'un Etat assume ses responsabilités sociales, il est cruellement sanctionné. Nous marchons donc sur la tête pour le plus grand profit d'une poignée d'individus.

Ces nouveaux dictateurs jouent un jeu politique et économique extrêmement dangereux et socialement totalement irresponsable.

Quand donc les «Autorités» politiques se décideront-elles à remettre de l'ordre dans cette chienlit qui gangrène la vie politique, économique et sociale à l'échelle planétaire ?

22:01 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : les «marchés», ces nouveaux dictateurs | |  Facebook