30/05/2015

Blatter au conseil fédéral!

Ô je ne parierais pas une grosse somme d’argent sur la probité du bonhomme mais le voir tenir tête au DOJ américain me fait particulièrement chaud au cœur.

Cela fait des années, au minimum depuis l’affaire des fonds en déshérence, que notre pays est littéralement tyrannisé par les Etats-Unis. Et tout cela pourquoi? Parce que nous sommes riches et que nous sommes petits et sans amis. La recette idéale pour devenir le souffre-douleur du, plus pour longtemps, plus grand de la classe.

Alors les Etats-Unis sont-ils un pays tellement au-dessus de tout soupçon qu’ils peuvent se permettre de nous faire en permanence la leçon? Certainement pas! Nous savons tous à quel point ce pays traîne de casseroles et cela dès sa fondation, avec la quasi extermination des peuples amérindiens. Je ne vais pas refaire la liste connue de tous, de toutes les exactions, compromissions avec des dictatures d’extrême-droite, soutiens militaires actifs aux mêmes, renversements de gouvernements démocratiquement élus, guerres iniques, mensonges d’Etat, corruption des élites politiques, économiques et financières, soumission de la classe politique aux forces de l’argent. Etc… Etc…

Eh bien tout cela ne les empêche en aucun cas de vouloir aller faire le ménage chez les autres au lieu de commencer à remettre de l’ordre dans leur propre maison qui pourrit pourtant de la cave au grenier.

Alors puisque depuis toutes ces années de tyrannie nos Conseillers fédéraux brillent plus par les traces d’huile qu’ils laissent au fond de leurs pantalons chaque fois qu’un représentant du pouvoir US nous accuse de tous les maux, je m’écrie joyeusement:

  • Vive Blatter !
  • Blatter au Conseil fédéral !

18/05/2012

Une étape symbolique

Le centième billet de ce blog créé fin août 2010 est fêté avec ces quelques mots.

Lorsque j'ai commencé je ne savais vraiment pas où j'allais, sinon que je m'étais vu refuser coup sur coup 2 lettres dans le courrier des lecteurs de la TDG, au prétexte qu'elles étaient trop longues. Je me suis dit, alors, que c'était l'occasion de les publier autrement. Ce furent les 2 premiers billets de ce blog.

Depuis, l'occasion m'a été donnée d'écrire sur des thèmes très variés, me semble-t-il, avec également un retour régulier sur d'autres qui me sont chers ou qui provoquent régulièrement mon indignation. C'est selon.

Au total une bonne expérience personnelle, l'occasion d'écrire régulièrement, de mettre de l'ordre dans mes idées. C'est cela la "magie" de l'écriture. Ce moment de solitude où l'on est intimement en contact avec soi-même, avant de livrer, éventuellement, ses réflexions sur la place publique.

Je n'ai toujours pas de plan, à part que je continuerai d'écrire tant que j'y trouverai du plaisir, que je n'aurai pas l'impression de trop me répéter. Mais dans la vie il est important également de savoir s'arrêter à temps afin de pouvoir passer à autre chose. J'espère que je saurai trouver ce juste moment.

21:27 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : une étape symbolique | |  Facebook

14/12/2011

Un souvenir de Noël

C'est bientôt Noël et je vais proposer un texte qui est radicalement différent de ceux que je propose régulièrement dans mon blog. Il concerne Noël, une façon de le fêter, c'est peut-être autobiographique. Peu importe finalement.

Mon frère et moi sommes dans le hall de l'appartement, à la porte du salon, à attendre, le cœur haletant et les yeux brillants, l'ouverture du Saint des Saints.

Ce moment tant attendu ne survenait pas sans une longue attente et une minutieuse préparation.

Tout commençait par un calendrier rituellement suspendu au-dessus du lit. Chaque jour c'était la joie d'ouvrir une nouvelle fenêtre contenant une petite image: bougie ou décoration de Noël. Dieu qu'il était difficile de résister à l'envie d'ouvrir la plus grande, celle du 24, qui devait renfermer à elle seule tout le mystère de Noël.

Ensuite il y avait, avec ma mère, des visites discrètes, mais ciblées, dans les magasins pour permettre à mes parents de trouver LE cadeau qui allait combler tous mes vœux. Je me rappelle notamment de ce camion avec ses larges roues et sa remorque transportant une grue. Ah que je l'ai voulu ce camion !

Mais le chemin vers Noël n'était pas toujours de tout repos. Il me revient cette scène se déroulant dans un grand magasin: une estrade, dessus un gros bonhomme tout habillé de rouge. Je fais la queue, impatient d'aller vers lui. Tout semble bien se passer pour les autres enfants. Mais lorsque ce géant caché derrière une barbe blanche, avec sa voix grave, osa d'autorité m'empoigner et me poser sur ses genoux, il provoqua en moi une véritable terreur. J'ai hoqueté jusqu'à ce qu'il me relâche et me laisse courir vers ma mère. Heureusement, mon frère plus âgé que moi de 3 ans, a rapidement mis un terme aux maléfices du Père Noël en me révélant, sans ambages, qu'il n'existait pas et qu'il n'était qu'une invention des grandes personnes.

Ce fut à la fois un soulagement et une grande déception de constater que mes parents pouvaient me mentir avec tant d'aplomb.

Enfin, après un temps qui semblait durer une éternité, c'était LE grand jour. Le jour de l'ouverture de cette fameuse 24ème porte. Et même s'il fallait encore patienter jusqu'au soir, ça y était, le moment tant espéré était là, à portée de main. Ma journée se déroulait dans la fièvre, alors que je faisais semblant d'être raisonnable.

Ce soir-là, la grand-tante de Berne était invitée. Je ne l'ai jamais connue qu'âgée, même si elle ne l'était pas tant qu'elle ne l'apparaissait à mes yeux d'enfant. Une petite dame légèrement voûtée, avec une bonté lumineuse sur le visage, sous un chignon uniformément blanc. Mais à certains moments, ce visage pouvait aussi laisser transparaître tout le puritanisme d'une religion vécue dans la Foi et la peur. Si elle avait été catholique, elle serait sans doute entrée dans les Ordres, tant elle était pieuse. Mais étant protestante, elle a finalement vécu une vie digne d'une religieuse, tout en la menant dans le monde profane. Elle ne venait jamais les mains vides et étant une pâtissière exceptionnelle, amenait toujours avec elle des spécialités bernoises dont nous raffolions.

Lorsque tout le monde était prêt, nous étions, mon frère et moi, éloignés temporairement de la porte du salon pendant que l'un de nos parents s'y glissait pour allumer toutes les bougies du sapin.

Cette fois était la bonne et la porte du salon s'ouvrait enfin sur la scène absolument féerique de ce grand sapin croulant sous les guirlandes et les boules multicolores et dont seule la flamme des bougies illuminait la pièce d'une lueur magique.

Maintenant, bien que l'attente se poursuivit jusqu'à la fin du repas et la traditionnelle récitation d'une poésie, moment vécu comme un ultime supplice sur le chemin de la Félicité, nous pouvions, mon frère et moi, supporter ces quelques heures qui nous séparaient encore de l'ouverture des cadeaux sagement disposés sous le sapin.

Leur ouverture, lorsqu'elle survenait enfin, ressemblait au repas des grands fauves. Tout devait aller le plus vite possible et après avoir tout ouvert et jonché le sol des beaux papiers d'emballage, nous passions le reste de la soirée à jouer avec les ficelles et  les cartons.

20:30 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : un souvenir de noël | |  Facebook

29/08/2011

Un an déjà

Demain, le 30 août, cela fera exactement un an que j'ai créé ce blog.

Tout a commencé parce que, coup sur coup, deux de mes lettres destinées au courrier des lecteurs ont été refusées sous prétexte qu'elles contenaient trop de mots. Le prétexte à créer un blog était tout trouvé et ces deux lettres sont devenues les deux premiers billets publiés. Une belle aventure commençait.

Depuis, 49 billets et quelques milliers de lecteurs chaque mois. Merci à tous, à ceux qui reviennent de temps en temps ainsi qu'aux lecteurs occasionnels.

Je continuerai d'alimenter ce blog tant que j'en éprouverai du plaisir. C'est le meilleur des moteurs. Même si j'avoue que c'est, trop souvent aussi, la colère face à certaines injustices qui me pousse à écrire.

Bonne rentrée et bel automne à toutes et à tous

21:26 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : un an déjà | |  Facebook

31/07/2011

"Accident de personne" en gare de Gland

Cette annonce des CFF, revient régulièrement et souvent cela cache pudiquement un suicide dans l'une des nombreuses gares de Suisse. Aujourd'hui c'est la gare de Gland qui est touchée. Accident ou suicide, je ne sais.

Cela dit, j'ai souvent été effrayé par le peu de sécurité qui règne dans certaines petites gares de notre pays. Combien de fois ai-je assisté à ces scènes de familles se trouvant sur un quai, avec les enfants jouant et courant dans tous les sens, comme le font les enfants. Et soudain, sans avertissement aucun (au mieux un vague lampion qui s'allume quelque part où personne ne regarde et certainement pas des enfants), un « monstre » entre en gare à 100, 120 ou 160 kms/heure, à la stupeur des futurs passagers en attente sur le quai.

Un jour j'ai eu la peur de ma vie dans la petite gare de Mülenen, canton de Berne. J'attendais un petit train régional. Je m'étais un peu éloigné du centre du quai car quelqu'un fumait et cela me dérangeait. Soudain je vois un passager, à 20-30 mètres de moi s'avancer jusqu'à l'extrême bord du quai, au moment exact où un train Intercity à 2 étages approchait de la gare. J'ai crié. Je ne sais si le passager en question m'a entendu ou non, mais le fait est qu'il a pris conscience à la dernière seconde de l'arrivée de ce train et a reculé précipitemment. Une seconde plus tard et l'on assistait à un « accident de personne ».

Je m'en étais ouvert le lendemain au bureau responsable de la sécurité des CFF. Quelques jours plus tard j'ai reçu la réponse parfaitement officielle et lénifiante sur les mesures de sécurité que blablabla et blablabla.

Un an plus tard, je constate que les choses n'ont pas vraiment évolué, que les annonces de passage de train restent rares (cela semble laissé à l'initiative du chef de gare et ne semble pas être une politique systématique dictée par les CFF). Et il y a encore et toujours des « accidents de personne ». Qui ne sont pas tous des suicides !

Je verrais bien des annonces sonores systématiques et éventuellement que ces bandes blanches du bord des quais et destinées aux aveugles soient remplacées par des bandes en relief mais lumineuses, qui par leur clignotement s'ajouteraient aux signaux sonores pour annoncer le passage imminent d'un train. En tous les cas, tout renforcement de la sécurité serait le bienvenu.