• Résister au capitalisme

    Imprimer

    Pour ceux qui n’auraient pas vu l’édifiant reportage d’ARTE sur les transports routiers en Europe :

    https://www.youtube.com/watch?v=A8OBLkkyqyY

    C'est passionnant. Il y a tout là-dedans. On y voit à l'oeuvre toutes les limites qui font que, dans le domaine du transport, on reste collés aux modèles du milieu du 20ème siècle. Et quand cela "évolue", alors c'est pour tirer profit du laxisme de nos législations (le modèle "Amazon", mais pas seulement). Laxisme qui est lui-même institutionnalisé grâce à la puissance des lobbies routiers. On y comprend la puissance de ceux-ci auprès des gouvernements des pays européens et auprès du parlement européen. Il y a clairement une volonté de mettre tous les atouts du côté des constructeurs de poids lourds diesel et un sabotage (par refus d'investissements) de tous les autres modes de transport. Le cercle vicieux parfait.

    Si l’on extrapole cela aux autres domaines de l'activité financière et industrielle et que l’on prend en compte l'ensemble de nos gouvernements, que cela soit à Berlin, à Paris, à Berne (même si dans ce domaine spécifique, le ferroutage fonctionne à peu près), à Bruxelles ou à Washington, alors on comprend pourquoi rien ne change et rien n'avance. Cette poignée d'individus qui concentre tous les pouvoirs et tous les moyens financiers et économiques verrouille la totalité de nos gouvernements aussi bien au niveau législatif, qu'exécutif.

    Le débat qui existe ensuite périodiquement, au moment des élections, entre les citoyens et la classe politique n'est malheureusement qu'une triste pantalonnade qui ne fait plus rire grand monde, tant nous sommes loin des discours aux actes. Prétendre que le pouvoir est dans les urnes est devenu une illusion qui ne fait que croître au fur et à mesure que les véritables pouvoirs de décision se concentrent entre un nombre de personnes de plus en plus restreint, restructuration après restructuration, rachat d'entreprise après rachat d'entreprise, merger après merger, inceste (entre l'argent et le pouvoir politique) après inceste, cadeaux fiscaux après cadeaux fiscaux, scandale vite étouffé (grâce à des sociétés de PR) après scandale tout aussi vite étouffé. La direction ultime du capitalisme est la concentration extrême des moyens de production, des revenus et du capital. Cela est magistralement démontré par le fait que, après 40 années de « révolution conservatrice » faite de mondialisation et de transferts successifs de richesses, 8 personnes possèdent autant que les 50% les plus pauvres de la population mondiale.

    Bien sûr, ne pas voter ouvre la porte à des gouvernements populistes, autoritaires et cleptocrates, mais voter pour des gouvernements « présentables » permet, sous couvert de « démocratie », à cette collusion monstrueuse entre les puissances de l'argent et le pouvoir politique de prospérer d'année en année et de nous amener toujours plus près d'une dictature de facto des puissances de l'argent qui draine 90% des richesses en faveur d'une poignée de familles et d'individus et qui met le reste de nos populations en une forme d'esclavage moderne, soit en tant que "larbins du système" (lorsqu'ils font de la politique ou sont avocats d'affaires, ou cadres supérieurs ou prof. d'économie, etc.., etc...), soit sont exploités en bonne et due forme comme toutes ces "petites mains" de ce système monstrueux (les routiers que l'on voit dans le reportage, les employés d'Amazon, etc.., etc..). C'est ce que l'on appelle devoir choisir, dans les urnes, entre la peste et le choléra. Les deux sont monstrueux. Les deux mènent à des dictatures par la concentration inéluctable des pouvoirs qu'ils portent en eux. Les deux semblent impossibles à réformer. D'où l'exaspération de plus en plus grande des peuples occidentaux. Là aussi un cercle vicieux tout aussi parfait.

    Pour notre "salut" individuel et collectif, on doit essayer de trouver, pour nous-même, par nous-mêmes, un modèle qui nous permette de nous compromettre aussi peu que possible aussi bien avec le fascisme politique qu'avec le fascisme économique. Quelques timides tentatives existent. Puissions-nous les soutenir. Elles sont la seule alternative crédible qui pourrait nous permettre de sortir de cette folie sans passer par un bain de sang.