31/10/2018

Quel destin tragique que celui de l’Humanité

Qu’est-ce qui fait que nous, humains, sommes périodiquement poussés à nous jeter à la gorge les uns des autres. Et clairement, nous nous approchons de plus en plus dangereusement d’un de ces moments. Tout le montre. Tout le prouve. Et pourtant, comme les moutons courant vers la falaise, rien ne semble pouvoir nous empêcher d’éviter ce funeste destin.

Après chaque guerre, nous nous disons : « Plus jamais cela ». Les tensions s’apaisent. Et nous vaquons à nos occupations car il faut bien reconstruire tout ce qui a été dévasté. Et sitôt cela fait, la somme des égoïsmes individuels reprend le dessus. Ceux qui possèdent le pouvoir recommencent à perdre toute mesure et accaparent tout ce qu’ils peuvent accaparer. Les gens qui subissent cela se fâchent et cherchent des boucs émissaires. Qui ne sont souvent pas les bons. Nous cessons de nous parler. Nous nous enfermons dans nos bulles respectives, convaincus que l’autre est le problème. Les tensions montent. La cocotte-minute accumule la vapeur. Et plus il y a de vapeur et moins nous sommes capables de nous parler. Et un jour la tension est telle que ce que nous croyions impossible quelques décennies auparavant redevient possible.

Regardez la situation géopolitique actuelle. Cela fait frissonner. Les pays musulmans sont à feu et à sang. Les pays pauvres haïssent les pays riches. Les pays riches méprisent et/ou exploitent les pays pauvres. Les dictatures comme la Russie et la Turquie cherchent à influencer par tous les moyens la politique des pays dits « démocratiques ». Et au sein de nos démocraties, nous ne nous parlons plus. Chaque groupe vit pour soi et essaye simplement de survivre. Des politiciens opportunistes cherchent à tirer un profit personnel de nos désarrois cumulés. Nous vivons cela partout. Aux Etats-Unis bien sûr qui a élu celui qui devient rapidement le fossoyeur de la démocratie tout étant celui de leur dignité. En Autriche, Allemagne, Hongrie, Pologne qui sont pris plus ou moins intensément par le vertige fasciste. Et voilà que le Brésil vient d’élire un pur aspirant fasciste, nostalgique du régime militaire qui a eu cours dans ce pays. Et cela ne s’est pas fait suite à un coup d’état mais dans les urnes.

La situation est gravissime, évolue chaque jour un peu plus dans la mauvaise direction et je ne vois rien à l’horizon qui pourrait dévier notre trajectoire morbide. Quel destin tragique que celui de l’Humanité.

Commentaires

Il faut dire aussi qu`un petit groupe de décideurs ou influenceurs vivant dans des pays dits développés sont a l`origine de la plupart des grandes miseres dans la partie moins développée de cette planete. Ces gens sont motivés par l`appat du gain, la soif de pouvoir ou le fanatisme nationaliste.

Écrit par : Jean Jarogh | 01/11/2018

Les commentaires sont fermés.