26/07/2017

Trump démontre la fragilité de nos démocraties

Deux années de campagne électorale surréaliste et il a été désigné candidat républicain à la Présidence des Etats-Unis, envers et contre tous les avis autorisés.

Six mois de Présidence chaotique où il a poussé le népotisme, le conflit d’intérêt, l’incompétence, la bêtise à des degrés insoupçonnés et il est toujours là.

Certes il y a différentes enquêtes en cours sur ses liens et ceux de sa campagne électorale avec la Russie mais il est toujours là. Et ses « amis » républicains continuent de le soutenir alors que leur honneur, s’ils en avaient, aurait exigé depuis longtemps qu’ils se débarrassent de lui car pas un jour sans qu’un nouveau scandale n’éclate, sous une forme ou sous une autre. Non seulement il est totalement incompétent lui-même, mais son cabinet (celui ayant le QI le plus élevé de l’Univers comme le Ridicule-en-chef n’avait pu s’empêcher de le qualifier en janvier) est trop souvent à la hauteur de son chef : nul.

Etant incapable de faire passer quelque loi que ce soit, le Satrape-en-chef fustige le monde entier et se plaint d’être victime d’une chasse aux sorcières de la part de médias qui ne relaient que des « fake news ». Grand argument qui semble encore avoir le soutien de sa base qui a décidé de rester aveugle à tout. Si Barack Obama avait fait 10% des turpitudes de l’Absurde-en-chef, je pense que des millions de républicains, blancs, évangéliques et armés auraient convergé vers Washington pour le lyncher.

Ces jours Washington bruisse de rumeurs sur la stratégie que le Kleptocrate-en-chef pourrait adopter pour mettre fin à l’enquête du procureur spécial Robert Mueller. Seul le Ministre de la justice pouvant le révoquer, le Menteur-en-chef est en train de s’attaquer à Jeff Sessions, pourtant le premier Sénateur à lui avoir apporté son soutien, afin de le pousser à la démission. Raison : celui-ci ayant dû se récuser dans toute affaire liée à la Russie (car il avait menti au Sénat lors de son audition) ne peut licencier Rober Mueller. Et comme son adjoint (Rod Rosenstein), celui qui l’a nommé, ne semble pas décidé à le faire, le Manipulateur-en-chef pense qu’en obtenant la démission de Sessions il pourra nommer quelqu'un de suffisamment malléable pour faire le job.

Le Ridicule-en-chef ne comprend la loyauté qu’à sens unique. Il l’exige de toute personne qui l’approche car dans sa totale méconnaissance des institutions et son non moins total mépris pour celles-ci, il croit que les fonctionnaires doivent faire serment de loyauté à sa petite personne alors qu’elles le font à leur pays et à sa Constitution. Par contre lui n’a qu’une seule loyauté, celle vis-à-vis de ses intérêts et ceux de sa famille.

C’est pourquoi il est particulièrement enragé ces jours, Robert Mueller ayant annoncé qu’il allait enquêter sur ses affaires et sa déclaration d’impôts. C’est une ligne rouge car c'est là que se trouve la clé du Kremlingate. Et depuis il cherche n’importe quelle solution. Une alternative au limogeage du procureur spécial étant d’accorder la grâce présidentielle à sa famille et à … lui-même. Voilà où nous en sommes, un homme qui n’a rien à se reprocher, qui est victime de chasse aux sorcières, veut s’auto-accorder la grâce présidentielle. Mais la grâce de quel crime puisque il n’en a commis aucun ?

Tout ce sinistre feuilleton démontre la fragilité de nos démocraties. Dans un monde idéal il n’aurait jamais dû être candidat. Ou au bout de trois mois de présidence être destitué. Au lieu de cela il est toujours là et il va user de toute sa capacité de nuisance afin de vider la démocratie américaine de sa substance. Et à ce jour il est bien difficile de voir qui va gagner ce bras de fer : d’un côté ce Sauvage-en-chef prêt à confisquer le pouvoir à son profit, avec l’aide de tout l’appareil républicain, et de l’autre quelques brillants journalistes qui font un travail inouï et un procureur spécial pouvant être limogé à tout instant.

Nos démocraties sont décidément bien fragiles !

Commentaires

"je pense que des millions de républicains, blancs, évangéliques et armés auraient convergé vers Washington pour le pendre."

Sauf que voilà, ça n'arrive que dans vos fantasmes. Alors que dans la vrai vie il y a effectivement eu des milliers de gauchistes adeptes bêlants d'Hillary qui ont défilé et vandalisé dans la rue pour contester le résultat d'une élection démocratique quoiqu'on en dise.

Écrit par : C.Martel | 26/07/2017

Côté démocrates: Hilary Clinton. Côté républicain: Donald Trump.
Le peuple américain s'est trouvé confronté à ce triste choix, sans véritable alternative.

Pour devenir Président/e des États-Unis, il faut posséder (ou être capable de réunir) une fortune colossale.
Le mal est là: le pouvoir de l'argent.

Les compétences, l'honnêteté, l'abnégation, servir le pays - tout cela n'est qu'accessoire.
Voilà ce qui arrive quand la démocratie se transforme en pécuniocratie.

Écrit par : Mario Jelmini | 26/07/2017

@C. Martel

Mes fantasmes, vraiment ?

Je crois que c'est sous-estimer les haines multiples et nombreuses qui traversent la société américaine. Une société qui n'hésite pas à recourir à la violence pour protéger ses intérêts.

D'autres en ont payé le prix. Que ce soit sur le plan intérieur (les 2 frères Kennedy, Martin Luther King) ou extérieur.

Et j'ai tremblé pendant 8 ans pour Barack Obama.

Écrit par : Gérard Meyer | 27/07/2017

Je pense que ce sont tous nos politiques qui montrent la très grande fragilité de nos démocratie, pas seulement ce pauvre trump!

Écrit par : dominique degoumois | 28/07/2017

Je pense que vous vous trompez sur Trump. Certes ce n'est pas le perdreau de l'année et c'est avant tout un businessman comme il l'a démontré avec sa tournée dans les pays du Golfe. Mais ce n'est pas un faucon. J'ai la naïveté de penser qu'il s'oppose au parti de la guerre. Et que ce parti veut sa peau. Pour faire la guerre. Je ne pense pas que c'est ce que vous voulez.

Vous écrivez: "Une société qui n'hésite pas à recourir à la violence pour protéger ses intérêts." Posez-vous la question: que va-t-il se passer si Trump est écarté d'une manière ou d'une autre? Que va faire Mike Pence? Que va-t-il se passer quand - c'est pour demain - le pays des obèses va perdre son hégémonie face au couple Russie-Chine et la route de la soie et l'abandon du dollar pour les échanges internationaux? Comment le pays des obèses va-t-il "protéger ses intérêts"? Vous pouvez être sûr que la Russie et la Chine ont une réponse à cette question.

Je ne pense pas que vous ayez raison concernant Obama. Il a fait tuer des milliers de pesonnes par drones interposés, il a menti sur Ben Laden, il a coopéré pour soutenir les terrorsites en Irak et en Syrie. Ce n'était pas un nouveau Kennedy. Dans un mémorandum, il a clairement désigné la Russie comme l'ennemi à abattre et l'instabilité a augmenté en Europe sous son règne.

Écrit par : Mark | 28/07/2017

"Et j'ai tremblé pendant 8 ans pour Barack Obama." et pourtant il ne lui est rien arrivé.

JFK on ne sait toujours pas vraiment si c'est la CIA, le complexe militaro-industriel, la mafia ou un mari cocu.

Luther King, probablement une conspiration raciste de quelque sorte. Mais c'était il y a 49 ans.

Donc je persiste que votre vision d'une foule en colère de républicains blancs armés de revolvers et crucifix marchant sur Washington pour lyncher le président, c'est du fantasme qu'il vaudrait mieux adapter aux nouvelles réalités.

Écrit par : C. Martel | 28/07/2017

@Dominique Degoumois

Le plus grand danger venant de Trump n'est probablement pas son côté guerrier, sauf si un jour sa présidence devait être une telle ruine qu'il verrait son rôle de Commandant-en-chef comme la seule issue pour se créer la stature présidentielle qu'il est par ailleurs incapable de se constituer et d'incarner.

Non, le vrai danger est qu'il est fou. Au sens propre du terme. Il vit dans un monde qui lui est propre et qui gravite exclusivement autour de lui-même. Ce qui est bon pour lui, il va le soutenir. Ce qui s'oppose à lui, il va tenter de le détruire. C'est un narcissiste congénital. Sa vision du monde est binaire et donc excessivement simpliste.

Tous ceux qui ont essayé de s'opposer à lui en essayant de raisonner avec lui comme avec un être humain normal, doué de raison (que ce soient les élus républicains, Hillary Clinton, etc...) ont perdu. Et les journalistes qui tentent d'analyser sa présidence se perdent dans des abîmes de perplexité car jamais un président ne s'est comporté comme lui. Ni de près, ni de loin. Cela car il vit dans une autre dimension. Son ego est son monde, sa vérité, son salut. Le reste du monde est à ce point obscurci par la taille de son ego que ce n'est que billevesées à ses yeux.

Que peut faire demain un fou à la tête de la première puissance mondiale ? Les 6 premiers mois ont montré qu'il ne fait rien, qu'il ne comprend rien, qu'il attaque les autres au lieu de se mettre au travail. Il est comme un adolescent qui échoue en toutes circonstances dans sa classe et dans ses études et qui pour se libérer de son extrême frustration va ficher un bazar monstre dans sa classe et être la plaie de ses parents, de ses professeurs et de la Société en général.

Écrit par : Gérard Meyer | 28/07/2017

Le "fou" que vous décrivez si bien Monsieur Meyer vient de prendre une décision complètement folle, qui démontre que c'est un psychopathe, qu'il est bon pour l'asile, car comment est-il possible de mettre ainsi à bas la politique menée par le sage Obama et la sage CIA?

Mais lisez plutôt:
http://www.les-crises.fr/trump-met-fin-a-un-programme-secret-de-la-cia-visant-a-armer-des-rebelles-anti-assad-en-syrie-une-mesure-que-souhaitait-moscou/

Je tremble à l'idée que le "fou" soit maintenant abattu comme un vulgaire Kennedy, lui qui ne voulait pas d'une "pax americana" (relisez son discours de juin 1963). Le "fou" avait aussi déclaré quelque chose de semblable dans son discours d'intronisation. Donc c'est bien la preuve qu'il est "fou". Pensez, dire que les Etats-Unis doivent ficher la paix aux autres pays...

Écrit par : Daniel | 29/07/2017

Bonjour Monsieur Meyer Trump fait exactement ce qui énerve les Politiciens de France ,on est fatigué de jouer aux serpillères pour le peuple
Une serpillère sale sera de suite remplacée comme les ministre qui à peine remplacés seront de suite éjectés car non conformes au système de pensées Présidentielles
A trop Twitter ou Facebouker ils en perdent la raison
Ils gouvernent comme des acteurs de cinéma ,ils ont sûrement calqué leur gouvernance sur le Festival de Cannes
On nous serine sans cesse avec le mot durable qui n'a jamais autant été galvaudé
Ceux ayant inventé ce terme devaient sans doute avoir mangé des éléphants roses
Bon 1ER Aout

Écrit par : lovejoie | 01/08/2017

Les commentaires sont fermés.