28/11/2015

Attentats de Paris: Nous réveillerons-nous avant qu’il soit trop tard ?

J’ai peur que malgré l’intensité inouïe des attaques parisiennes nous continuions d’être comme anesthésiés face au danger mortel qui menace l’Europe. Pourquoi ?

Premièrement car je ne crois pas à la notion de « modération » dans l’islam. Ou bien on pratique cette religion et on cautionne la totalité des versets du livre qui est à sa base, y compris les plus extrémistes, ou on ne la pratique pas. Mais il n’y a pas de moyen terme.

Deuxièmement, c’est une religion fondamentalement conquérante. La différence entre les islamistes radicaux et les musulmans «modérés» est que les uns veulent prendre le pouvoir par la force alors que les ordres attendent de pouvoir le prendre par des moyens détournés (natalité, déliquescence morale de l’Occident, mauvaise conscience, intimidation, infiltration lente mais systématique dans tous les rouages de nos Sociétés…).

Troisièmement, je reste plus convaincu que jamais que c’est la masse qui crée l’extrémisme. J’avais déjà mentionné ce point dans un billet au lendemain du massacre à Charlie-Hebdo (« Cette folie barbare ne pousse pas hors sol » ) car on ne peut ignorer que c’est la présence des 15-20 millions de musulmans sur le sol européen qui facilite et favorise l’émergence de ces cellules radicalisées. A l’extrême, s’il n’y avait que quelques dizaines de milliers de musulmans sur sol européen, ces attentats ne pourraient tout simplement ni être conçus et encore moins exécutés.

Quatrièmement, s’il est certainement indispensable de s’attaquer à ces cellules terroristes et de nommer ses membres pour ce qu’ils sont: des islamo-fascistes, est-ce suffisant ? Non, car je soupçonne que loin de nuire aux desseins des stratèges «modérés» de l’expansionnisme musulman en Europe, chaque attentat est une nouvelle occasion de se glisser dans la peau de l’agneau pour mieux endormir notre vigilance.

Cinquièmement, que pour tous les médias bien-pensants, les traditionnels appels à ne pas faire d’amalgames entre musulmans «modérés» et islamistes radicaux semblent représenter l'acmé de leur réflexion.

Je déduis de tout cela que nous n’avons toujours rien appris. Rien compris. Nous réveillerons-nous avant qu’il soit trop tard ?

08/11/2015

Immigration: Ne pas être le dindon de la triste farce européenne

C’est mon 4ème billet de rang sur l’immigration. La cacophonie en provenance de Bruxelles et des capitales européennes est toujours aussi assourdissante car si l’on exclut les quelques pays qui ont pris clairement position en faveur (Suède, Allemagne) ou à l’encontre (Hongrie et quelques autres pays qui l’environnent) de l’immigration, il reste les pays fondateurs de l’UE qui parlent de solidarité et qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter de devoir accueillir des réfugiés. Pensons à l’inénarrable imbroglio de la répartition de ces quelques 100’00 migrants que personne ne veut. C’est une affaire qui dure depuis des semaines maintenant. Or nous savons que plus d’un million de migrants sont entrés ou entreront en Europe en 2015. Alors à quoi correspondent-ils ? A mon avis c’est le solde entre le nombre total de migrants prévus pour 2015 (hors regroupement familial) et ceux déjà prévus d’être accueillis par l’Allemagne (env. 800'000), la Suède (env. 150'000) et la Suisse (au minimum 50'000). Les 100'000 réfugiés, ce sont tous ceux qui sont attendus et qui ne trouveront pas de place dans un de ces 3 pays. Pathétiques comptes d’apothicaires.

A Berlin, sous la pression de la rue et des alliés politiques de Mme Merkel, le vent semble « lentement » être en train de changer.  Certes l’Allemagne va continuer d’accueillir un grand nombre de réfugiés, mais à des conditions sensiblement plus restrictives. Et lorsque l’on sait à quelle vitesse les passeurs professionnels sont informés des changements politiques au sein des pays européens on peut s’attendre, dans une prochaine phase, à une accélération du nombre de réfugiés tentant de profiter de l’aubaine des anciennes règles. J’espère que la bisounoursonne en charge du dossier de l’immigration à Berne a un plan B au cas où l’Allemagne devait changer de politique migratoire car la Suisse serait en ce cas, par un simple effet boomerang, violemment touchée du jour au lendemain. Puisse la Suisse ne pas être le dindon de la triste farce européenne.