08/11/2015

Immigration: Ne pas être le dindon de la triste farce européenne

C’est mon 4ème billet de rang sur l’immigration. La cacophonie en provenance de Bruxelles et des capitales européennes est toujours aussi assourdissante car si l’on exclut les quelques pays qui ont pris clairement position en faveur (Suède, Allemagne) ou à l’encontre (Hongrie et quelques autres pays qui l’environnent) de l’immigration, il reste les pays fondateurs de l’UE qui parlent de solidarité et qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter de devoir accueillir des réfugiés. Pensons à l’inénarrable imbroglio de la répartition de ces quelques 100’00 migrants que personne ne veut. C’est une affaire qui dure depuis des semaines maintenant. Or nous savons que plus d’un million de migrants sont entrés ou entreront en Europe en 2015. Alors à quoi correspondent-ils ? A mon avis c’est le solde entre le nombre total de migrants prévus pour 2015 (hors regroupement familial) et ceux déjà prévus d’être accueillis par l’Allemagne (env. 800'000), la Suède (env. 150'000) et la Suisse (au minimum 50'000). Les 100'000 réfugiés, ce sont tous ceux qui sont attendus et qui ne trouveront pas de place dans un de ces 3 pays. Pathétiques comptes d’apothicaires.

A Berlin, sous la pression de la rue et des alliés politiques de Mme Merkel, le vent semble « lentement » être en train de changer.  Certes l’Allemagne va continuer d’accueillir un grand nombre de réfugiés, mais à des conditions sensiblement plus restrictives. Et lorsque l’on sait à quelle vitesse les passeurs professionnels sont informés des changements politiques au sein des pays européens on peut s’attendre, dans une prochaine phase, à une accélération du nombre de réfugiés tentant de profiter de l’aubaine des anciennes règles. J’espère que la bisounoursonne en charge du dossier de l’immigration à Berne a un plan B au cas où l’Allemagne devait changer de politique migratoire car la Suisse serait en ce cas, par un simple effet boomerang, violemment touchée du jour au lendemain. Puisse la Suisse ne pas être le dindon de la triste farce européenne.

Commentaires

@Monsieur Meyer on ne peut qu'abonder dans le sens de cet article qui lui est réaliste n'en déplaise aux nombreux humains fantasmant sur n'importe
quoi
Bruxelles fait penser à une arène ou chaque dictateur peut à tour de rôle excercer ses pleins pouvoirs en attribuant ou refusant le droit de décider ce qui revient de droit aux pays membres de l'UE devenus eux ,seule pitance pour des gens souffrant d'embonpoint et qui ne savent plus quoi inventer pour combler leurs estomacs affamés
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 09/11/2015

Les commentaires sont fermés.