24/11/2014

Suisse: Populisme de gauche et de droite, un danger mortel

Cela fait quelques années que nous parlons de la polarisation toujours plus grande de la vie politique dans notre pays. Cela a, certes, donné une vie politique un peu plus intéressante mais cela a aussi des effets pervers dont nous souffrons tous. Et cela se traduit dans le nombre de plus en plus grand d’initiatives populaires et populistes de gauche et de droite soumises au peuple.

Parmi ce que l’on appelle le populisme de droite, il y a bien sûr le thème récurrent de l’immigration auquel on peut ajouter celui de la sécurité. Et les réponses des partis du centre sont malheureusement si frileuses qu’elles ont plutôt tendance à faire le lit des extrémistes. Et puis il y a celui sur l’or de la BNS. Honnêtement, je suis incapable de me prononcer sur le fond. Par contre, je trouve que cela «sent» tellement la propagande de l’UDC et sa volonté d’utiliser tous les moyens possibles et imaginables pour se mettre en avant dans le débat politique et se profiler pour les prochaines élections que je trouve cela malsain et dangereux. 

Parmi le populisme de gauche, et au plan fédéral, il y a toutes ces initiatives pour moraliser la vie politique et surtout économique de notre pays. L’abolition des forfaits fiscaux est une bonne chose en théorie, mais elle ne tient aucun compte des réalités du monde dans lequel nous vivons. Je suis le premier et je pense l’avoir suffisamment écrit dans ce blog, à m’insurger contre le retour des égoïsmes et contre la complicité de nos gouvernements dans l’accaparement des richesses par un petit groupe de nantis. Mais je trouve que cette poignée de politiciens qui veulent faire de la Suisse un îlot de pureté au milieu de la mare aux requins ne font rien d’autre que de se profiler face à l’UDC et tenter de s’attirer des voix et des sympathies. Comme dans nombre de problèmes, la solution ne pourra pourtant provenir que d’un consensus négocié par tous les pays concernés. Au plan cantonal, nous avons eu cette initiative de l’AVIVO qui croit encore au Père Noël et qui a pour seul effet de remettre en question l’équilibre et le catalogue des prestations des TPG. 

Ne nous laissons pas manipuler par les egos des uns et des autres. La Suisse est un minuscule territoire qui ne peut être gouverné qu’au centre. Or, ce centre qui a perdu le courage d’inventer le futur et se contente de gérer frileusement le futur en utilisant les recettes du passé, offre le champ libre aux populistes de gauche et de droite qui osent des propositions hardies, même si elles sont irréalistes. J’espère que le peuple suisse saura garder sa sagesse et ne se laissera pas aspirer par les extrêmes qui représenteraient un danger mortel pour notre pays.

Les commentaires sont fermés.