05/04/2014

Curabilis: seulement 48 années pour se préparer

Article quelque peu surréaliste dans la TDG de ce jour qui annonce que cette structure est «inaugurée mais qu’elle n’ouvre pas encore». Ce décalage est dû au fait que, vu le peu de temps accordé par les 48 années de préparation (depuis la décision de principe de sa construction), il manque encore une partie du personnel nécessaire à son fonctionnement, à savoir le responsable de la psychiatrie, des infirmiers et près de la moitié des gardiens (ou devrait-on dire GO au vu de certains propos du directeur?).

Cette structure voulue par les cantons latins qui doit remplacer entre autres la tristement célèbre Pâquerette, a par contre un directeur en la personne de M. Florian Hübner. Au vu de toutes les dérives tragiques (Adeline à Genève, Marie dans le canton de Vaud, etc..) et/ou scandaleuses (affaire Carlos à Zürich, etc.. là aussi, malheureusement) que l’on connaît dans le domaine de la réhabilitation/réinsertion de criminels dangereux en Suisse on aurait pu espérer que le recrutement du directeur serait particulièrement soigné. Je ne connais pas ce Monsieur, mais quelques propos tenus lors de l’inauguration me font craindre le pire. A savoir qu’il soit l’un de ces doux rêveurs utopistes qui peuplent si volontiers ces métiers.

Parlant de l’aménagement des cellules et présentant les vitres blindées percées de petits trous pour l’aération il a dit que cela «symbolisait la voie lactée». Sic ! Plus loin, présentant l’unité de sociothérapie il a osé dans un premier temps: «Ici, les détenus feront eux-mêmes à manger. Ils participeront à des ateliers boulangerie, céramique, menuiserie. Ils pourront se confronter à leurs pairs. Un peu comme en colonies de vacances» (re sic !), avant de se rétracter.

Genève a donc construit un magnifique ensemble de bâtiments qui ne sont pas encore opérationnels et qui même lorsqu’ils le seront ne soulageront Champ-Dollon qu’à la marge. Tout reste donc à faire. Espérons au moins que les 48 années de préparation ayant mené à l’inauguration de cette structure auront permis une véritable réflexion autour des méthodes thérapeutiques mais je dois dire que je crains déjà le pire. Puissé-je être rapidement détrompé.

Les commentaires sont fermés.