14/08/2012

Qui veut noyer son chien, l’accuse d’avoir la rage (4)

A propos du sauvetage raté de Swissair traité avec mépris (comme le reste) par le journaliste, mentionné dans mon deuxième billet sur ce sujet (voir "Qui veut noyer son chien, l’accuse d’avoir la rage (2)"), j'ai oublié de rappeler les points suivants:

  • combien de milliers d'employés Swissair ont perdu la totalité de leur 2ème pilier ?
  • combien la Confédération et les Cantons, principaux actionnaires de la défunte compagnie, ont perdu en bourse suite à sa faillite ?
  • combien la Confédération, c'est-à-dire encore nous, a dépensé pour créer Swiss, tout cela pour la vendre une bouchée de pain à Lufthansa grâce aux "qualités" de visionnaires et de gestionnaires de notre gouvernement ?

On est très loin des images d'Epinal ou d'une nostalgie romantique des symboles bucoliques de la Suisse.

Les commentaires sont fermés.