29/02/2012

L'Occident est mal barré

Excellent éditorial (comme toujours) de M. Claude Monnier, aujourd'hui, dans la TDG. Il rappelle le danger considérable que représenterait, pour nos pays, une alliance politique, économique et militaire de la Chine et de la Russie.

Cela fait des années que je suis choqué et préoccupé par la façon méprisante dont nos pays traitent la Russie. Certes, à l'époque de l'URSS, ce pays n'était pas notre ami et nous a fait souffrir de mille et une façons. Une guerre d'une ampleur encore jamais vue a été évitée de justesse à plusieurs reprises. Mais de là à tomber dans cet aveuglement géostratégique qui nous a menés à mépriser ouvertement ce grand pays...

La Russie n'est pas (encore) un pays qui fonctionne comme nos démocraties. Et bien sûr, Poutine n'est pas un grand démocrate. Mais est-ce une raison pour traiter ce pays avec mépris ou condescendance ou ostracisme ? La Russie est un pays fier de sa grandeur, de sa puissance militaire passée, de sa vaste culture. Notre mépris ne peut que radicaliser son élite politique, économique et militaire.

Imaginez une seule seconde une telle alliance avec la Chine. Oui, cela représenterait une population de plus de 1.6 milliards d'habitants. Deux pays vastes comme l'ensemble du reste du monde (ou presque). Des matières premières quasi illimitées. Une puissance militaire qui sera bientôt terrifiante, surtout si l'on met cela en balance avec l'état économique et militaire des Etats-Unis (qui n'a plus rien à voir avec ce qu'il était avant le double mandat historiquement calamiteux sur absolument tous les plans du rejeton Bush) et la couardise et la lâcheté militaires légendaires des pays européens.

Ce pari ou ce manque de conscience politique est dangereux pour notre avenir. A vrai dire, et contrairement à ce que nous nous ingénions à faire depuis l'implosion de l'empire soviétique, nous devrions leur tendre la main, les amadouer, tisser tous les liens possibles et imaginables et pour tout dire, tendre, à terme, à faire entrer la Russie dans l'OTAN.

Face à la montée en puissance de la Chine, financée par la cupidité sans fin de nos entreprises privées, il est suicidaire de continuer d'humilier la Russie, meilleur moyen de la pousser dans les bras de la Chine.

Entre le risque d'une alliance entre la Russie et la Chine et le développement sur le flanc sud de l'Europe de pays qui risquent plus ou moins rapidement de basculer dans un radicalisme religieux et politique qui nous sera bien entendu totalement hostile, l'Occident aura à peine « réglé » le cas iranien qu'il pourrait se retrouver confronté à la plus formidable alliance militaire de tous les temps.

Espérons que nos pays vont bientôt se réveiller et regarder la Russie avec les yeux que ce grand pays mérite.

Commentaires

Bonsoir,

Je n'ai pas lu l'éditorial de Claude Monnier et ne peux donc pas juger en connaissance de cause.

Toutefois, je suis persuadé que l'alliance entre la Chine et la Russie n'est qu'une alliance de circonstance. En effet ces deux grands pays ne pourront à terme que s'opposer stratégiquement. C'est une question de quelques années.

L'immense Sibérie russe détient de grandes réserves minières sous-exploitées, mais le pays est très peu peuplé. Sur son flanc sud-est, la Chine en plein boom économique, dont les besoins en matières premières est énorme avec une population très importante, attirée par les vastes étendues sibériennes.

Par conséquent ces deux pays sont économiquement complémentaires, mais pour combien de temps encore et à quel prix ? Rappelons-nous des graves incidents territoriaux de 1969 qui opposèrent l'URSS et la Chine le long des rives des fleuves Amour et Oussouri pour une question territoriale.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amour_%28fleuve%29#Incidents_frontaliers_de_1969

La Chine lorgne vers la Sibérie pour assouvir ses besoins en matières premières et énergétiques. D'immenses projets d'exploitation existent et la Chine regorge de main-d’œuvre très motivée, contrairement à la Russie dont les citoyens ont de tous temps beaucoup rechigné à s'installer sur les terres vierges au-delà de l'Oural.

Culturellement tout oppose ces deux pays et une forte immigration chinoise en terre sibérienne créera indubitablement des tensions entre les populations russes qui deviendront rapidement minoritaires, que celles-ci soient d'origine européenne ou issues d'autres groupes ethniques asiatiques (Bouriates, Mongols, etc.) qui verront les habitudes bousculées.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 29/02/2012

Ne pas oublier, non plus, que l'Inde est en passe de détrôner la Chine pour le nombre d'habitants.

Écrit par : Mère-Grand | 01/03/2012

La Syrie vient de commander des missiles D-9 à la Chine, des missiles à carburant solide capables d'atteindre des cible à 800 km avec des têtes d'une tonne, sans parler des armes russes qui pénètrent encore en plein conflit "civil" alors que les tyran de Damas tente d'agenouiller la population, torture des enfants à mort etc. etc.

Je n'ai jamais compris pourquoi "l'occident" n'a pas prit le contrôle de la Russie lors de l'effondrement du communisme ?????

Ils nous avaient casser les nouilles pendant 50 avec leurs menaces et leurs invasions totalitaires et maintenant c'est pire !!!!

Écrit par : Corto | 01/03/2012

Les commentaires sont fermés.