22/02/2012

Ne méritent-ils que notre mépris ?

Dans un éditorial de ce jour dans la TDG, M. Benjamin Chaix évoque l'agression particulièrement lâche et sordide de deux jeunes « zizous » contre une vieille dame de 79 ans. Devant leur absence totale de remords, de regrets, de pitié pour leur victime, le journaliste conclut en disant: «ces deux malheureux zizous, comme l'individu qui a agressé une jeune femme dans son jardin 24 h. plus tard [...] et tous ceux qui considèrent Genève comme leur terrain de chasse, ne méritent que notre mépris le plus profond».

Vraiment ?

Est-ce une nouvelle forme de bouclier contre la criminalité de toute sorte et de toutes origines qui monte à Genève et dans toute la Suisse romande (au minimum) ? Devrions-nous passer quelques minutes chaque jour à «mépriser ces pauvres âmes errantes» pour nous protéger de leurs menées criminelles ?

En tant que membre de la classe moyenne, je me sens vraiment pris en otage entre les ultras riches qui accaparent les richesses, y compris ces oligarchies régnantes et corrompues dans les pays du Tiers-monde et les ultras pauvres en provenance de ces mêmes pays (ou des banlieues «tiers-mondisées» du pays voisin) qui viennent en Suisse pour piller tout ce qu'ils peuvent piller. Cette situation est insupportable sur les deux plans car c'est le plus souvent la classe moyenne qui souffre le plus.

Le seul moyen de rétablir la situation est que nos élites retrouvent leurs esprits et acceptent de partager leurs richesses de façon plus équitable (par une fiscalité plus juste) et que parallèlement nos Sociétés instaurent la tolérance zéro pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent envisager de gagner leur vie autrement que par des activités criminelles.

20:03 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ne méritent-ils que notre mépris ?, zizous, benjamin chaix | |  Facebook

Commentaires

Ils n'ont pas besoin d'être errants,il en existe aussi qui possédant la double nationalité depuis des lustres n'ont aucun scrupule à rendre la vie nocturne infernale à des gens âgés et isolés,habitant d'ailleurs dans le même immeuble .Les personns âgées et les nourrissons sont en danger disait un pédopsychiatre aussi bien en France qu'en Suisse,on peut désormais affirmer que ce médecin a vu clair lui aussi sur ce que d'autres préférent ignorer, quitte à jouer à l'autruche

Écrit par : elena | 23/02/2012

@Elena
Je ne connais pas les cas dont vous parlez, pas plus que ce médecin. Mais c'est vrai que la criminalité a pris tant de formes de nos jours, u'effectivement ceux qui sont incapables de se défendre (nourrissons, car il y a même des pédophiles qui s'attaquent à des nourrissons, personnes âgées) ou momentanément affaiblis, sont en danger.

Nous avons, dans nos Sociétés vraiment perdu le Nord. Nous avons passé en une ou deux générations (le bagne de Cayenne n'a fermé qu'en 1946) d'un traitement totalement inhumain et abject des criminels (et on n'avait pas les mêmes notions de ce qu'était un comportement criminel en d'autres temps) à ce terrorisme intellectuel des bien-pensants qui croient protéger les Droits de l'Homme alors qu'ils cautionnent par leur activisme trop souvent à mauvais escient, des comportements simplement inacceptables et insupportables et qui devraient être reconnus comme tels par chacun d'entre nous.

Nous avons perdu le Nord: entre la criminalité en col blanc, la criminalité des trafiquants d'êtres humains, des dealers, des petites frappes des banlieues ou de nos rues, nous ne savons plus comment nous comporter en tant que Société. Nous ne savons quelle réponse apporter car des forces diamétralement opposées sont à l'oeuvre et nous paralysent.

Aujourd'hui, si un politicien un peu plus courageux que les autres prétend s'attaquer à la criminalité, il est immédiatement accusé de tous les maux: il sera "populiste" et/ou "xénophobe" et/ou "raciste" et/ou "fasciste". Aucune réflexion. Juste des anathèmes.

La criminalité pose de vastes questions de Société. Elle trouve à coup sûr son origine dans les déséquilibres abyssaux de nos Sociétés, entre catégories sociales, entre pays, entre continents, etc.. Nous ne sommes pas près de régler ces vastes questions car l'inégalité est inhérente au fonctionnement de nos Sociétés. Mais est-ce une raison suffisante pour continuer ce laisser-faire lâche et dangereux ?

Dangereux, car une fois que la criminalité se sera vraiment fortement implantée dans notre pays, le grand banditisme et les mafias suivront immanquablement (le processus est largement en cours). La Suisse ira alors au-devant de temps beaucoup plus difficiles car elle aura perdu une importante bataille. Cette criminalité organisée gangrénera notre pays comme elle en gangrène d'autres.

Écrit par : Gérard Meyer | 23/02/2012

Les commentaires sont fermés.