02/11/2011

Vivement un siècle des Lumières

L'aveuglement, l'obscurantisme, cette façon très particulière qu'a l'être humain de s'identifier à tel point à une cause qu'il en perd toute forme d'intelligence pour n'être plus qu'un être prêt à frapper tous ceux qui ne sont pas d'accord avec sa supposée vérité, a encore frappé.

On a pu entendre, heureusement, quelques représentants d'un Islam qui se veut modéré, venir condamner l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo. C'est heureux. Malheureusement, dans la bouche de certains il y avait un «mais» qui parlait des convictions profondes de certains qui avaient été heurtées. Et de nous expliquer les divers aspects du blasphème dans cette religion.

Ce qui me chagrine justement, est que l'on peut lui faire dire à peu près n'importe quoi. Selon les jours, selon l'interlocuteur, selon les circonstances, on nous parlera soit d'une religion de paix, soit l'on exaltera le fanatisme pour pousser à la guerre sainte, aux attentats, aux bombes humaines et que sais-je encore. Tout cela à partir des mêmes textes. Pour être une religion de paix, c'est néanmoins, depuis 50 ans, la religion au nom de laquelle le plus de crimes auront été commis. Et le message lancé en même temps que les 2 cocktails Molotov (c'est l'état des connaissances sur cette affaire à l'heure où j'écris) est clair: "Tremblez tous ceux qui faites usage de votre liberté de penser, nous ferons régner la terreur, au besoin, pour vous faire taire".

La deuxième chose qui me chagrine est cette notion de blasphème. Qu'un être humain puisse s'arroger le droit de décider ce qu'est un blasphème et ce qui ne l'est pas est le signe d'un orgueil parfaitement aveuglant. Qui sommes-nous pour discriminer ainsi et condamner à mort celui qui sera considéré comme ayant blasphémé ? Le blasphème, si blasphème il devait y avoir, est une chose qui ne regarde que Dieu et/ou ses Saints et la personne qui a éventuellement blasphémé. Mais certainement pas des êtres ordinaires, le plus souvent incapables de vivre à la hauteur des exigences de leur propre religion, et vivant avec tous les aveuglements ordinaires.

Le christianisme, il y a fort longtemps heureusement, a connu les mêmes dérives et en a mené plus d'un au bûcher sous ce même prétexte. Depuis lors, et à cause même de ses excès, l'Occident a donné naissance au siècle des Lumières et à la science, reléguant la religion à une question privée ne regardant que Dieu et le croyant.

Croire que l'homme peut faire justice lui-même, au nom de Dieu, est aberrant et le signe d'un obscurantisme moyenâgeux. Car en définitive, c'est à Dieu et à LUI SEUL, de reconnaître les siens.

Il est urgent que l'Islam vive son siècle des Lumières.

19:45 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vivement un siècle des lumières, charlie hebdo | |  Facebook

Commentaires

+1000

Écrit par : Johann | 02/11/2011

Dommage qu'il faille sans cesse répéter ces simples principes de bon sens, généralement combattus dans le grand nombre de blog pro-islamistes de la Tribune.

Écrit par : Mère-Grand | 03/11/2011

Correction: remplacer "pro-islamistes" par "de propagande musulmane". Merci.

Écrit par : Mère-Grand | 03/11/2011

Shahbaz Batthi, assassiné le 2 mars 2011, ministre des minorités au Pakistan pour s'être élevé contre les lois réprimant le blasphème. "Ce n'est pas un droit de tuer pour un blasphème".

Écrit par : Noëlle Ribordy | 03/11/2011

Blasphème, le gros mot. Parlons de poèmes et d'amour. Hélas, le monde demande du sang et du fantastique, de la haine et de la violence, du brutal et du bestial. Après, faire la paix, vivre d'amour, c'est tellement ringard et ennuyeux que presque plus personne ne s'intéresse à cela. Ici comme là-bas. Désespérant, notre monde d'aujourd'hui. Dieu est Amour...pourtant.

Écrit par : pachakmac | 03/11/2011

Allons-y carrément. Lorsque blasphème est crime mortel, il y a présence de Satan. Tiens, ça me rappelle la naissance du verbe anglais "to rushdie", dont le canon est "Khomeini rushdied".

Écrit par : Boris Borcic | 13/11/2011

Les commentaires sont fermés.