06/10/2011

Ce sont les mêmes

Le FMI, les experts économiques et les inévitables «Marchés» s'inquiètent ouvertement de l'ampleur de la dette européenne (pour ne pas parler de celle tout aussi «monstrueuse» des Etats-Unis) et du manque de réaction concertée des autorités publiques pour juguler son impact sur l'économie en général et sur les banques qui sont à la veille de connaître une crise de même nature et de même ampleur qu'en 2008.

Ces mêmes «experts» appellent à une réponse massive et concertée de nos Etats pour sauver une nouvelle fois l'économie du gouffre au bord duquel elle se trouve.

Si le diagnostic est malheureusement probablement exact, cela ne dit rien des responsabilités des uns et des autres et les recettes qui ont à peu près fonctionné en 2008 ne sont plus applicables en 2011.

Pour mémoire et au risque de me répéter (plusieurs billets sur ce sujet dans ce blog), ce sont ces mêmes experts qui crient au loup qui ont dirigé nos économies, depuis la fin des années 70, vers le gouffre au bord duquel nous nous trouvons tous aujourd'hui, par des mesures qui ont profondément, et pour toujours, modifié les rapports de force économiques, et donc politiques, à la surface de la planète:

  • Dérégulation massive des économie occidentales, dans tous les secteurs
  • Diminution tout aussi massive du rôle de l'Etat en tant qu'arbitre du fonctionnement de l'économie
  • Transfert systématique de nos outils de production vers les pays à très faibles coûts de main d'œuvre, pour le plus grand profit des actionnaires
  • Transformation des économies occidentales en économies de services
  • Transfert tout aussi systématique et massif de richesse des classes pauvres et moyennes vers le 1% le plus riche de la population

Après 30 années de profits monstrueux, de rémunérations et de bonus obscènes, de mise en semi esclavage des laissés-pour-compte de la dérégulation (je pense, par exemple, aux working poors qui tout en ayant un travail à plein temps sont obligés de vivre dans leur voiture car ils ne peuvent plus se payer un loyer, ou à tous ceux qui vivent d'expédients, étranglés par un endettement personnel devenu insupportable, etc..), nous avons connu une première crise gravissime, la crise des suprimes, la plus grave depuis les années 30.

Plutôt que de chercher à trouver des solutions, nos gouvernements ont mis des emplâtres sur des jambes de bois. Gros les emplâtres. Au total, des milliers de milliards de dollars pour sauver les Banques qui, du fait de leur folie spéculative et d'outils financiers pervers et dont elles avaient perdu la maîtrise, ont pris la population et nos Etats en otage: «Soit vous intervenez pour nous sauver, soit ce sera l'Apocalypse».

Nous avons évité l'Apocalypse en 2008. Qu'avons-nous fait depuis ? Rien ou à peu près. Sitôt les Banques sauvées, elles se sont remises à faire des profits monstrueux et à distribuer des bonus obscènes. Parallèlement elles faisaient pression sur nos gouvernements et nos parlements pour les empêcher de prendre des mesures législatives pour empêcher une telle situation à l'avenir. Et elles ont fort bien réussi.

Nos économies ne sont pas malades de l'endettement de nos Etats. Cela n'est que le symptôme. Nos économies sont malades de la désindustrialisation, à l'exception notable de la Suisse et de l'Allemagne, deux pays qui ont su conserver un tissu de PME actives et socialement responsables et qui sont les deux pays qui s'en sortent le mieux, pour l'instant tout du moins.

Ces milliers de milliards de dollars investis en Chine et en Inde, depuis 30 ans, manquent cruellement à nos économies. Des dizaines de millions d'Américains vivent en-dessous du seuil de pauvreté. De même que des dizaines de millions d'Européens. Et des dizaines de millions d'autres ont un pouvoir d'achat à peine supérieur. Au total, cela veut dire qu'il y a probablement plus de 200 millions d'Occidentaux qui ont un pouvoir d'achat qui ne leur permet plus que de survivre. Ces laissés-pour-compte sont obligés de consommer bon marché, donc chinois, ce qui aggrave encore la désindustrialisation.

Tant que nos brillants économistes refuseront de voir qu'ils ont eux-mêmes créé le problème qu'ils dénoncent, tant que les ultras riches refuseront de partager leur richesse plus équitablement, nos Etats continueront d'être ruinés en s'endettant toujours plus pour financer leurs déficits.

La recette qui a fonctionné en 2008 ne pourra pas fonctionner en 2011 car justement les Etats se sont tellement endettés pour sauver les Banques, qu'ils sont aujourd'hui ruinés. Croire que l'on pourra sauver le malade en en remettant une couche, ou en appliquant des cures d'austérité qui vont paupériser des pans encore plus larges de la population c'est un peu comme le médecin qui voyant son malade s'affaiblir de plus en plus va appliquer des remèdes de plus en plus puissants, ceux-là mêmes qui vont tuer le malade. Tout cela parce que le médecin n'a pas compris, ou pas voulu comprendre, la genèse de la maladie.

Ce dont nos économies ont besoin est d'une révision en profondeur de notre tissu économique en les réindustrialisant par l'assèchement des investissements privés en Chine et en Inde au profit de nos économies sinistrées et d'une refonte de la solidarité entre ceux qui ont, qui savent et qui pourraient et ceux qui souffrent de situations qu'ils subissent et sur lesquelles ils ont peu de prise (nous, citoyens ordinaires, avons toutes les peines du monde à nous faire entendre de ceux qui nous gouvernent).

Tout le reste ne sert qu'à prolonger l'agonie du malade et ne permettra pas de quitter longtemps le bord du gouffre.

19:57 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ce sont les mêmes, crise de la dette | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.