12/09/2011

Agriculture: la plus grande conquête de l'Humanité ? (5)

Je continue dans ce billet à présenter les limites, en termes de santé, d'une alimentation végétalienne. C'est déjà le cinquième billet sur ce thème et je ne pensais pas écrire autant en m'attaquant à ce sujet.

Peu de plantes contiennent du tryptophane, qui est un précurseur de la sérotonine (neurotransmetteur). Or tous nos neurotransmetteurs, qui règlent tant de fonctions capitales, sont produits à partir des acides aminés (il y en a 20 de connus). Certains de ces acides aminés peuvent être produits, au besoin, par notre organisme, d'autres non. Ceux-là doivent être trouvés dans notre alimentation. Les 8 acides aminés concernés sont dits, à cause de cela, «essentiels». Et certains acides aminés essentiels ne se trouvent presque que dans la viande et les oeufs. Certes, il y en a dans la banane (ou les tomates) par exemple, mais les quantités sont si faibles qu'il faudrait en manger un régime entier pour que nos besoins soient satisfaits. A noter toutefois, que même les animaux nourris au grain dans des usines à produire de la viande, produisent des aliments carencés en tryptophane.

Les végétaliens sont au moins doublement à risque de manquer de sérotonine: premièrement à cause d'une alimentation carencée en précurseurs de la sérotonine et deuxièmement à cause d'un déficit en vitamine B12. Cette vitamine ne se trouve que dans les produits d'origine animale et est indispensable (avec la B9) au cycle de la méthylation de la méthionine en homocystéine puis en différents neuromédiateurs dont la sérotonine. Ce manque pourra conduire à des états dépressifs, à des troubles plus ou moins graves du sommeil, à des accès de colère ou de panique et à des troubles de l'alimentation.

En effet, il semble que les désordres alimentaires (anorexie, boulimie) soient aggravés par un faible taux de sérotonine, surtout lorsque ajouté à un apport insuffisant en zinc (vient en grande partie de la viande rouge et du jaune d'œuf) et en niacine (vit. B3 qui se trouve surtout dans les produits d'origine animale). C'est une sorte de cercle vicieux qui peut démarrer très tôt dans la mise en place de régimes et/ou d'une alimentation végétalienne. Une alimentation nous privant de sérotonine qui est le neurotransmetteur qui nous apporte le sentiment du bien-être et de l'estime de soi, va faire baisser ces sentiments et entraîner une jeune fille en pleine construction de son identité vers des comportements autodestructeurs.

La vitamine B12, est une vitamine extraordinaire qui a tant de fonctions dans l'organisme que l'on pourrait écrire un livre rien que sur elle. S'en priver, en refusant les produits d'origine animale, a des conséquences tragiques. Comme déjà évoqué elle est indispensable à la production des neurotransmetteurs, indispensable à la fertilité, INDISPENSABLE à un bon métabolisme des acides gras, afin que ceux-ci soient harmonieusement transformés en prostaglandines. Dans le cas contraire, c'est la porte ouverte aux phénomènes d'allergie (déséquilibre des prostaglandines du groupe 1), aux maladies inflammatoires (déséquilibre des prostaglandines du groupe 2), aux maladies cardiovasculaires et dégénératives (prostaglandines du groupe 3).

J'ai déjà évoqué dans le quatrième billet le danger d'une surexposition aux glucides dans une alimentation végétalienne. Pour clarifier un peu plus les choses, cette surexposition va faire travailler notre pancréas et on va rapidement entrer dans un cycle pervers de résistance à l'insuline. Cette résistance entraînera une plus grande production d'insuline. Le sucre dans notre sang va faire le yoyo entre un excès et un déficit. Ce yoyo mène à ce que l'on appelle l'hypoglycémie (une insuffisance de sucre suite à une trop grande production d'insuline par le pancréas). Les symptômes de l'hypoglycémie sont des désordres alimentaires, des fringales impérieuses surtout pour des produits à haute teneur en glucides, de l'irritabilité, des «coups de pompe» durant la journée, des changements brusques de l'humeur, des difficultés à se concentrer, à dormir, de l'anxiété, de la tristesse et de la dépression sans raisons objectives, des tremblements, des vertiges, des palpitations, de la confusion mentale.

Et puis il y a encore le cas du glutathion qui est le principal antioxydant de nos cellules. C'est un tri-peptide (petite protéine formée de 3 acides aminés) soufré. Or les acides aminés soufrés (méthionine, cystéine) ne se trouvent que dans les produits d'origine animale. Se passer de ceux-là, c'est courir le risque de se priver de ce fantastique protecteur de nos cellules.

Notre organisme est une formidable et immensément complexe machinerie cellulaire (entre autres merveilles et mystères). Ces milliards de mécanismes qui s'effectuent chaque seconde dans nos cellules, nécessitent des «matières premières» qui proviennent essentiellement de notre alimentation. Se priver, pour des raisons idéologiques, d'éléments indispensables comme certains acides gras saturés, comme les acides aminés essentiels, comme la vitamine B12, comme une quantité suffisante de protéines, empêche un fonctionnement optimal de notre organisme et conduit à toutes sortes de manifestations désagréables, sur les plans physiques et psychiques, comme les sautes d'humeur, une extrême rigidité mentale, de l'agressivité, l'impression d'être sur une corde raide et qu'un mot peut nous faire basculer vers le négatif.

Je crains de devoir consacrer un 6ème billet aux solutions proposées par Lierre Keith, dans le domaine de la production de nos aliments.

Commentaires

bonjour j 'aimerais svoir si une personne qui fait du diabet de tipe 2 peut prendre la niacineb3 merci Jacques Gosselin jacg41@videotron.ca

Écrit par : Jacques Gosselin | 12/09/2011

je voudrais avoir plus d'informations

Écrit par : Jacques Gosselin | 13/09/2011

Les commentaires sont fermés.