11/09/2011

Agriculture: la plus grande conquête de l'Humanité ? (4)

En n'oubliant jamais que nous sommes tous différents et que les mêmes causes, lorsque l'on parle de la santé humaine, ne créent pas toujours les mêmes conséquences, et en n'oubliant pas non plus que nombres de thèses sont sujettes à grandes polémiques, car dans le domaine de la santé comme partout ailleurs, difficile de réconcilier des adversaires qui se déchirent souvent âprement, je souhaite soulever quelques questions préoccupantes concernant notre santé, abordées par Lierre Keith et d'autres auteurs cités dans son livre.

  • Céréales: comme déjà évoqué dans le précédant billet, chaque fois que l'on diminue le pourcentage d'apports d'un groupe d'aliments, on augmente proportionnellement l'apport d'un autre groupe d'aliments. Dans le cas qui nous occupe, la suppression des produits d'origine animale force à augmenter massivement la consommation de céréales (et de pommes de terre). Ce qui n'est pas sans conséquences:
  • Premièrement, le bilan écologique de ces millions d'hectares de mono cultures de céréales est catastrophique en termes de pollution, d'assèchement des fleuves et de disparition de la bio diversité
  • Deuxièmement, les céréales, sans rentrer dans tous les détails techniques compliqués, contiennent des composants (phytates, gluten, lectines) qui provoquent des réactions négatives de notre appareil digestif: les phytates tendent à se lier aux minéraux, aux vitamines et aux enzymes, les rendant inutilisables par le corps, le gluten est connu pour causer des réactions d'hypersensibilité retardée de la part de notre système immunitaire et favoriser le développement de maladies auto-immunes et les lectines sont volontiers associées au développement de la porosité intestinale, c'est-à-dire à une diminution de notre protection digestive contre des éléments potentiellement hostiles se trouvant dans nos intestins
  • Troisièmement, les céréales contiennent énormément de glucides, environ 70-80%, sous forme d'amidon. La teneur élevée d'un régime végéta(r/l)ien en céréales et en pommes de terre pose toute la problématique de notre rapport au sucre. Même si les glucides des céréales non raffinées sont considérés comme des sucres lents, un régime à haute teneur en céréales et en pommes de terre aura tendance à surcharger notre organisme de sucres et fatiguera notre pancréas chargé de faire baisser le niveau de celui-ci dans le sang. Un usage immodéré des aliments contenant des (ou se transformant en) glucides favorisera, parallèlement, le développement d'une résistance à l'insuline de nos cellules, conduisant, dans le pire des cas, au diabète
  • Quatrièmement, les céréales sont réputées pour contenir des substances qui se comportent dans notre organisme comme des substances opiacées ce qui peut sérieusement affecter la chimie de notre cerveau et mener à des maladies dites psychiques (on parle d'autisme, d'hyperactivité, d'agressivité, etc..) 
  • Et enfin on constate un développement de mauvaises bactéries: un régime contenant une grande quantité de céréales est associé au développement d'une flore microbienne intestinale pathogène, notamment des levures (le candida albicans adore le lait et ... le sucre)
  • L'autre aliment vedette qui remplace la viande est incontestablement le soja, paré de toutes les vertus. En Chine, il n'était pas destiné à l'alimentation humaine mais servait à la rotation des cultures car il a la capacité de fixer certains éléments (l'azote) dans le sol. Or le soja est beaucoup plus controversé qu'il n'y paraît au premier abord et les accusations sont graves. Voyez plutôt:
  • Le soja, comme les céréales, contient beaucoup de phytates
  • Il est accusé de causer des dommages parfois irréversibles à la thyroïde (dans le sens d'une hypothyroïdie), chez les adultes et spécialement chez les enfants (!) qui seraient nourris au lait de soja et cela provient de sa concentration élevée en phyto-estrogènes qui inhibent la biosynthèse de l'hormone thyroïdienne. De toute façon il n'est jamais bon de «jouer» avec des éléments qui miment nos propres hormones, car même à faibles quantités, les hormones donnent des signaux à nos organes, dans un sens ou dans un autre
  • Ces mêmes phyto-estrogènes dans le soja sont reconnues pour affecter notre vie reproductive. D'un côté elles sont accusées de modifier le milieu utérin et l'équilibre acido-basique du col de l'utérus. D'un autre, d'être capables de favoriser l'hyperplasie de l'endomètre. Et il existe un débat, honnête ou non, pour savoir si les phyto-estrogènes protègent les femmes ou au contraire contribuent à l'augmentation du risque de cancer du sein. A noter que le soja affecte aussi la capacité des hommes (mâles) à se reproduire
  • Il abaisse la testostérone et la libido or la testostérone sert à la croissance, à la réparation, à la formation des globules rouges. Au système immunitaire et au désir sexuel
  • Il est accusé de causer des dommages au cerveau et de favoriser des pertes de mémoire, voire la maladie d'Alzheimer. Il semble que là aussi ce sont les phyto-estrogènes qui soient à blâmer en réduisant la création de nouvelles cellules nerveuses et en augmentant la destruction de cellules nerveuses (n'oublions pas que les estrogènes ont un rôle dans la fonction de reproduction, mais aussi sur le développement d'organes comme le cerveau ou le système cardio-vasculaire)
  • Il altère le développement des nourrissons lorsque ceux-ci sont nourris au lait de soja en remplacement du lait de vache (qui provoque également de sérieux problèmes). Nourrir un nourrisson au lait de soja c'est lui faire ingurgiter, chaque jour, autant d'estrogènes que dans 3-5 pilules contraceptives (!), et comme, on l'a déjà vu, elles agissent sur le développement de nombreux organes comme le cerveau et le système cardio-vasculaire, on comprend immédiatement le risque. Il semble que l'Office fédéral de la santé ait émis une mise en garde par rapport à l'alimentation des nourrissons exclusivement au lait de soja: «l'alimentation des nourrissons au lait de soja ne doit être utilisée que s'il y a une raison médicale claire et jamais pour des raisons écologiques ou idéologiques, comme le végétalisme»

Dans un prochain billet je continuerai avec d'autres questions préoccupantes concernant la santé, comme le manque de vitamine B12 et la baisse du glutathion

Les commentaires sont fermés.