31/07/2011

"Accident de personne" en gare de Gland

Cette annonce des CFF, revient régulièrement et souvent cela cache pudiquement un suicide dans l'une des nombreuses gares de Suisse. Aujourd'hui c'est la gare de Gland qui est touchée. Accident ou suicide, je ne sais.

Cela dit, j'ai souvent été effrayé par le peu de sécurité qui règne dans certaines petites gares de notre pays. Combien de fois ai-je assisté à ces scènes de familles se trouvant sur un quai, avec les enfants jouant et courant dans tous les sens, comme le font les enfants. Et soudain, sans avertissement aucun (au mieux un vague lampion qui s'allume quelque part où personne ne regarde et certainement pas des enfants), un « monstre » entre en gare à 100, 120 ou 160 kms/heure, à la stupeur des futurs passagers en attente sur le quai.

Un jour j'ai eu la peur de ma vie dans la petite gare de Mülenen, canton de Berne. J'attendais un petit train régional. Je m'étais un peu éloigné du centre du quai car quelqu'un fumait et cela me dérangeait. Soudain je vois un passager, à 20-30 mètres de moi s'avancer jusqu'à l'extrême bord du quai, au moment exact où un train Intercity à 2 étages approchait de la gare. J'ai crié. Je ne sais si le passager en question m'a entendu ou non, mais le fait est qu'il a pris conscience à la dernière seconde de l'arrivée de ce train et a reculé précipitemment. Une seconde plus tard et l'on assistait à un « accident de personne ».

Je m'en étais ouvert le lendemain au bureau responsable de la sécurité des CFF. Quelques jours plus tard j'ai reçu la réponse parfaitement officielle et lénifiante sur les mesures de sécurité que blablabla et blablabla.

Un an plus tard, je constate que les choses n'ont pas vraiment évolué, que les annonces de passage de train restent rares (cela semble laissé à l'initiative du chef de gare et ne semble pas être une politique systématique dictée par les CFF). Et il y a encore et toujours des « accidents de personne ». Qui ne sont pas tous des suicides !

Je verrais bien des annonces sonores systématiques et éventuellement que ces bandes blanches du bord des quais et destinées aux aveugles soient remplacées par des bandes en relief mais lumineuses, qui par leur clignotement s'ajouteraient aux signaux sonores pour annoncer le passage imminent d'un train. En tous les cas, tout renforcement de la sécurité serait le bienvenu.

28/07/2011

Un 1er avril en plein été

Où l'on apprend qu'une tour en bois dominera le Genevois (mais évitera-t-elle les traditionnels obstacles jetés en travers de tous les projets dans notre canton ...). Construite à la place d'un château d'eau en fin de vie, cette tour construite à Satigny aura une hauteur de 60m. Le reste de l'article publié dans la TDG du 27 juillet fournit tous les détails concernant ce projet.

Je ne sais pas vous, mais moi, cette tour me fait furieusement penser à un minaret. Tout y est en tous les cas. Cela aurait fait une excellente blague de 1er avril car, en l'état, ce projet ne mérite pas un autre sort

Ou alors, cela me vient soudain. Retouché ce "minaret" pourrait facilement devenir "crayon". On pourrait ainsi l'ériger à la gloire de la Maison Caran d'Ache. Cela ferait doublement sens:

  • honorer ce fleuron du tissu économique genevois
  • célébrer l'Année internationale de la forêt (but officiel du projet initial)

18/07/2011

Bientôt l'heure de vérité ?

En page 9 de la TDG de ce jour, 3 dépêches d'agences qui montrent l'évolution économique du monde à la sauce ultra-libérale:

  • La Chine, très attractive: au premier semestre 2011, les investissements étrangers en Chine ont été de 60,89 milliards de $, en hausse de 18,4% par rapport à la même période de l'année précédente (ce qui représente > 121 milliards sur une base annuelle et > 1'200 milliards sur 10 ans),
  • La zone euro joue son avenir cette semaine: le sauvetage de la Grèce impératif,
  • Dette américaine: la Maison-Blanche rassure, mais le temps presse.

Voilà, ces 3 dépêches résument de façon frappante et tragique, l'évolution du monde depuis le début de la vague d'ultra-libéralisme qui a commencé (en pratique mais pas en théorie) avec l'arrivée de Ronald Reagan au pouvoir en 1980 aux Etats-Unis et de Margaret Thatcher en 1979 en Angleterre.

Des décennies de désinvestissement en Europe et aux Etats-Unis sous prétexte de guerre idéologique contre les syndicats et tous ceux qui ont eu l'outrecuidance de demander, voire d'exiger, une plus juste redistribution des richesses en Occident, tout cela au profit de pays où des profits monstrueux étaient garantis aux actionnaires et aux investisseurs, touchent peut-être à leur fin (par K.-O. d'un des protagonistes). En attendant ce K.-O., cette dépêche prouve que le transfert d'investissements vers la Chine continue et même, se renforce.

Plus l'économie privée investit en Chine et plus elle renforce ce pays économiquement, politiquement et militairement. Moins elle investit en Occident, et plus elle affaiblit nos Etats sur tous ces plans. C'est un système de vases communicants qui finira très mal et tout cela à cause du monstrueux égoïsme de nos ultras riches.

Concernant l'Europe, on sait que de nombreux pays de la zone euro sont touchés et pas seulement la Grèce, ni même les PI(I)GS. Aux Etats-Unis, il nous est signalé que si un accord n'est pas trouvé avant le 2 août, les Etats-Unis devront couper leur budget fédéral de 40 % (!). Le spectre de 1929 est plus que jamais au-dessus de nos têtes.

L'avidité des ultras riches et la servilité des économistes et des politiciens qui se sont mis au service des menées de cette «élite» auront été telles qu'ils auront littéralement détruit leurs propres pays en 2-3 décennies. Un bon résultat si l'on songe que nos pays restent malgré tout leur base culturelle.

C'est vrai, ils pourront rehausser les murs de leurs citadelles avec des fils de fer barbelés et engager encore plus d'agents de sécurité pour avoir l'illusion de vivre comme si de rien n'était. Cela fera toujours quelques chômeurs en moins.

Cette façon des "marchés" et des agences de notation de pointer du doigt les pays qui se démènent dans des difficultés budgétaires insensées, provoquées par la déraison des acteurs de l'économie privée, par des politiciens serviles et par le sauvetage des banques ayant joué au Monopoly, est proprement insupportable. La seul façon de sauver ces pays en proie aux difficultés est:

  • d'accepter une hausse d'impôts de tous ceux qui ont si largement profité de la dérégulation de l'économie ces 30 dernières années
  • de rediriger massivement l'investissement de Chine (voir dépêche numéro une) vers les pays occidentaux qui souffrent le plus

16/07/2011

Provocation ou (grande) maladresse

Où l'on apprend qu'à Genève aussi, et cela depuis des mois (!), des musulmans prient sur le trottoir. Dans le cas qui nous occupe, devant le centre islamique des Eaux-Vives.

C'est intéressant la façon dont l'information parvient sur le devant de la scène. Parfois il faut quelques secondes alors que d'autres fois, le cheminement ressemble plus à celui de l'eau qui doit se frayer un chemin à travers des couches plus ou moins étanches.

Bien sûr, cette information n'a pas une portée planétaire. Mais pour être locale, elle n'en est pas moins importante car elle révèle, au minimum, une extrême maladresse de la part des responsables du Centre.

On a passablement parlé de ces rues qui, en France, sont régulièrement bloquées par des marées humaines en pleine prière et cela a légitimement crispé beaucoup de gens, laïques ou chrétiens. La communauté musulmane en Suisse, en tout cas ceux qui se prétendent ses porte-parole, se plaint volontiers d'être stigmatisée, voire ostracisée dans notre pays. La votation sur les minarets a laissé des traces dans certains esprits mais a démontré de façon éclatante que si la Suisse permettait à chacun de pratiquer sa religion, elle voulait mettre certaines limites à la visibilité de cette religion.

Alors comment, dans ces conditions, peut-on être aussi maladroit ? Parfois j'ai l'impression que pour ceux qui organisent et encadrent le développement de cette religion en Suisse en particulier et dans le monde non musulman en général, une des méthodes utilisées pour faire avancer leur cause ressemble à la façon dont les enfants «testent» leurs parents pour trouver les limites. Ils essayent quelque chose de nouveau et ils observent les réactions. Si cela «passe» alors cela devient un droit acquis. Si cela ne «passe pas», alors ils savent qu'il faut attendre encore quelques années car la situation ne leur est pas encore favorable. La seule certitude étant qu'ils réessayeront quelques années plus tard, en espérant que d'ici-là la situation aura suffisamment évolué en leur faveur pour obtenir un succès.

Donc je me demande si l'on est face à une maladresse ou à un test de notre capacité à faire respecter la Loi ?

Comme je l'ai déjà écrit plusieurs fois dans ce blog, je suis convaincu que l'islamisation de la Suisse et de l'Occident sont une réalité et que seuls les tenants d'un angélisme naïf et coupable refusent de le voir. Il y a eu  d'autres mouvements de fond, en d'autres temps, qui ont pu se développer ainsi silencieusement en Europe. Restons attentifs et convaincus de notre droit légitime à faire respecter nos Lois et nos traditions afin de ne pas nous réveiller, encore une fois, lorsqu'il sera trop tard.

19:41 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : des musulmans prient sur le trottoir à genève | |  Facebook

14/07/2011

Rupert Murdoch enfin égratigné

Tous les médias se sont fait l'écho des péripéties concernant l'empire de presse de Rupert Murdoch, le magnat australien des médias.

Il lui est reproché, en Angleterre, d'avoir mis des personnalités sur écoute téléphonique, d'avoir soudoyé des policiers, de faire régner une forme de terreur sur les personnalités en vue (afin de mieux les manipuler) et de faire ou de défaire les premiers ministres.

Les gens concernés semblent stupéfaits, mais il n'y avait que les naïfs ou ceux qui feignent de l'être, pour avoir cru à la virginité de ce personnage. C'est un soulagement de constater qu'enfin la réputation de ce Monsieur et de son empire a été écornée et que ses menées pour accentuer sa prise de contrôle des médias britanniques est, au moins momentanément, stoppée.

En réalité, il serait judicieux que son empire soit démantelé afin de l'empêcher de jouer les faiseurs de rois et d'opinions plus longtemps. Car, au fond,  qui est ce Monsieur ? Quelle légitimité a-t-il pour se permettre d'influencer, chaque jour, l'opinion de millions de lecteurs, d'auditeurs et de téléspectateurs à travers le monde ? Ce n'est qu'un homme comme les autres, à la différence qu'il est très riche et qu'il a décidé d'investir son argent dans la manipulation de l'opinion et pas dans la liberté et la pluralité de l'information.

Mais ce Monsieur n'est pas le seul à poser problème. Il y a d'autres magnats de la presse et de l'économie dans le monde. Certains sont connus comme Silvio Berlusconi en Italie (un autre parangon de vertu et un éminent adepte de la crétinisation des masses), mais la plupart sont inconnus, cachés au sein du Conseil d'administration des Sociétés anonymes.

On voit, une fois de plus, avec cet exemple (et l'on est certainement loin de tout savoir sur l'éventail de ses influences), combien il est dangereux de laisser l'économie privée s'emparer de certains domaines d'activité, sous le regard passif de l'Etat. Ce qui au départ semble n'être qu'un libre jeu de la concurrence, finit rapidement, à coup d'achats et de fusions, par créer des «monstres» qui deviennent si puissants, qu'ils dominent totalement le marché dans lequel leurs talents s'exercent:

  • Ils créent une situation de quasi monopole (ou alors ils créent un cartel déguisé avec les 1-2 «concurrents» qui ont eux-mêmes survécus),
  • Ils dégagent des richesses monstrueuses, mille fois suffisantes pour s'attacher les talents de n'importe quel expert car quand on fait 10-40 milliards de bénéfice (de n'importe quelle devise qui se respecte encore), ANNUELLEMENT, on peut littéralement s'attacher les services de n'importe qui (politiciens y compris) et pour une infime fraction de cette somme,
  • Ils peuvent créer et diffuser une information qui ressemble fallacieusement à de l'information objective mais qui a été «mise en boîte», à notre insu, par une agence spécialisée dans la manipulation de l'opinion publique,
  • Ils peuvent faire pression sur qui bon leur semble pour parvenir à leurs fins

Aujourd'hui, l'Occident n'est pas en danger imminent de basculer vers l'extrême droite ou l'extrême gauche (même si les Etats-Unis des Républicains sont, pour de multiples raisons, une source de réelle préoccupation). La tentation totalitaire existe pourtant et elle se trouve cachée au sein des conseils d'administration de ces grands groupes financiers, industriels, pharmaceutiques, médiatiques qui couvrent la planète entière et dirigent le monde à leur guise.

Afin d'éviter des lendemains très douloureux, et dans un monde idéal, nous devrions, à l'échelle de la planète, décider de démanteler toutes les sociétés dont le chiffre d'affaire dépasse 5-10 milliards de dollars. Il est inacceptable, car hautement malsain et dangereux, de continuer de voir de multiples sociétés privées produire des chiffres d'affaires qui dépassent largement le PIB de nombreux pays.