15/06/2011

Berne tergiverse face à la prostitution des mineurs

On nous annonce que les Chambres sont unanimes pour remonter l'âge légal de la prostitution de 16 à 18 ans, mais que le Conseil fédéral se montre pointilleux.

Cela fait des années que ce sujet gravissime est sur la table, de même que la ratification de la Convention européenne sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels. Et le Conseil fédéral n'avance vraiment ni sur l'un ni sur l'autre. Sa justification est que la Suisse préfère répondre aux conditions de la Convention plutôt que d'avancer vite en remontant l'âge légal de la prostitution.

Je ne connais pas tous les tenants et les aboutissants de ces sujets certainement complexes, mais dans le principe, ces sujets sont brûlants et mériteraient des décisions hardies, rapides, volontaires et déterminées.  

Tout parent peut ressentir dans sa chair ce que ces sujets peuvent éveiller d'émotions. Tout parent souhaite que ses enfants soient respectés et protégés. Tout adulte, parent ou non, devrait tout mettre en œuvre pour protéger les plus faibles d'entre nous, les enfants.

Doit-on attendre que les clients prennent l'habitude de rendre visite à des prostitué(e)s mineur(e)s ? Doit-on attendre que les réseaux mafieux s'engouffrent dans cette double brèche, le trafic d'êtres humains et la prostitution des mineur(e)s ? Doit-on attendre qu'un véritable "Milieu" se mette en place en Suisse ?

Nul doute que notre gouvernement fédéral a beaucoup de travail. Nul doute qu'il est probablement sous-dimensionné (autre débat) mais cela excuse-t-il qu'il avance si lentement sur des sujets aussi graves ? Cela excuse-t-il que ce ne soit pas sa priorité, car pendant toutes ces années, la Suisse a signé de nombreuses conventions, lois et règlements de toutes sortes.  

Pour ma part, j'ai honte de vivre dans un pays qui accepte la prostitution d'enfants de 16 ans. J'ai honte de vivre dans un pays incapable de signer la Convention européenne sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels.

Les commentaires sont fermés.