09/04/2011

Où va l'Inde ?

A l'heure où notre Ministre de l'économie achève un voyage de travail de 3 jours dans ce vaste pays, j'en profite pour exposer quelques vues sur l'évolution troublante de ce pays particulier entre tous.

Dans mon esprit l'Inde est associée, avec plus ou moins de naïveté, à une mosaïque incroyable de couleurs, d'odeurs, à un fourmillement humain, aux palais des maharajas, à Mère Teresa, au bidonville de la Cité de la joie  et à l'extrême misère de centaines de millions d'habitants.

Mais l'Inde c'est aussi une vie spirituelle exceptionnelle, vécue avec une intensité sans doute inégalée dans le Monde. Ce sont les danses sacrées, les ablutions dans les eaux sacrées du Gange. C'est la Bhagavad-Gita, un des écrits centraux de l'Hindouisme, dont l'enseignement fondamental est d'échapper au cycle des renaissances par la réalisation du Soi. Ce sont les Sâdhu qui par toutes sortes de pratiques de jeûne, de mortification, de renoncement cherchent à s'émanciper du cycle des renaissances par la dissolution dans le divin et la fusion avec la conscience cosmique.

C'est aussi l'histoire du Bouddha, histoire qui s'entremêle à celle de l'Hindouisme et dont les liens réels ou supposés avec cette religion font l'objet d'exégèses par des spécialistes infiniment plus qualifiés que moi.

Et puis c'est aussi la vie spectaculaire du Mahatma Gandhi, frêle avocat indien ayant suivi ses études de droit en Angleterre, et qui a conduit ses premières luttes pour les droits civiques de la communauté indienne en Afrique du Sud.  A son retour en Inde, il mena une lutte pacifique contre les Lois coloniales britanniques, en faveur de la libération des femmes indiennes,  pour la fraternité entre les différentes ethnies et religions coexistant dans ce vaste pays et finalement, en mettant sa vie dans la balance, obtint l'indépendance de son pays.

Aujourd'hui, l'Inde se développe essentiellement en étant devenue le plus grand fournisseur d'informaticiens de la planète. Curieux destin tout de même, car des Sâdhu aux informaticiens qui, même s'ils posent sans complexe la photo de leur gourou sur leur écran d'ordinateur, il y a tout de même un grand écart assez impressionnant. Quel lien y a-t-il entre ces êtres vivant dans une grotte, passant leur temps à réciter des mantras ou à se tenir sur une jambe et ces yuppies modernes vivant à l'occidentale ?

Et puis il y a quelques jours, j'ai entendu que l'Inde était devenue le premier importateur d'armes dans le Monde. Oui, la patrie de Gandhi, le non violent absolu, est devenue cela. Cette double (é/in)volution devrait faire frémir l'âme de ce pays et celle de Gandhi doit pleurer de désespoir. Les Indiens qui sont si fiers de lui l'ont trahi et rangé dans un musée. Ils le ressortent lorsque cela peut flatter leur orgueil national, mais le reste du temps, il n'a visiblement plus rien à dire.

C'est en cela que nous humains, peu importent notre race et notre religion, sommes tous pareils. Ces phares de la Conscience, de quelque degré de Sainteté soient-ils, on est tout à fait prêt à les sanctifier quand cela ne nous coûte rien, à leur construire des temples pour démontrer notre supposée piété, à faire des pélerinages si on peut y gagner quelque indulgence, à battre notre coulpe une ou deux fois l'an. Mais que le reste du temps ils nous laissent gérer nos affaires comme bon nous semble !

Cela ne vous rappelle-t-il rien ?

 

22:15 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : où va l'inde, gandhi trahi par son peuple | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.