25/02/2011

La médecine allopathique est-elle la médecine de demain ?

La médecine est un art (et non une science) qui se base sur une science, la biologie. La biologie a fait des progrès considérables et pourtant la médecine allopathique rencontre les pires difficultés à soigner (et je ne dis pas guérir) une migraine, une grippe, un rhume, un eczéma, etc..

Alors où se situe ce gouffre parfois abyssal entre les revendications de la médecine allopathique, en gros :

  • C'est une médecine scientifique (par opposition à toutes les autres qui sont le fait de charlatans)
  • Elle est de plus en plus efficace
  • Elle guérit de plus en plus de maladies
  • Le cancer est en passe d'être vaincu (cela fait plus de 40 ans que l'on entend dire que le cancer sera guéri dans 5 ans et malgré les centaines de milliards de dollars dépensés dans la recherche on en est toujours aux mêmes traitements: chirurgie, irradiation, chimiothérapie)
  • Etc..

et la réalité beaucoup plus triviale sur le terrain ?


Une première hypothèse réside dans ce que j'ai exposé dans les deux billets concernant la récente publication par l'Office fédéral des statistiques des dernières estimations sur le cancer («Quatre Suisses sur dix feront un cancer (1)» et «Quatre Suisses sur dix feront un cancer (2)»).

Une deuxième réside dans un fait importantissime dont la médecine allopathique ne parle jamais: nous sommes tous différents !

Alors reprenons cela pour le détailler quelque peu (et je ne vais faire qu'énoncer des évidences):

  • Notre patrimoine génétique diffère: de même que nous avons tous des empreintes digitales différentes, nous avons tous des différences notables dans notre ADN. C'est le fruit de notre hérédité et des innombrables combinaisons et recombinaisons au fil de générations qui se perdent dans la nuit des temps
  • Depuis la première seconde de notre conception, lorsque le grand brassage de gènes (nous n'avons aucune idée des Lois qui prévalent au choix des gènes provenant plutôt de la branche maternelle ou au choix des gènes provenant plutôt de la branche paternelle) se fait, chaque vie est unique: nos parents sont différents, l'alimentation du fœtus est différente, le milieu dans lequel baigne le fœtus est différent. Par exemple: la mère boit de l'alcool ou non, se drogue ou non, prend ou non des médicaments, les parents fument ou non, leur alimentation est favorable ou non au développement de la vie, notre future venue dans le monde est accueillie avec joie et amour ou avec peur, déni, culpabilité, haine, que sais-je encore. Là aussi, la liste des possibilités est littéralement infinie
  • Tout aussi évident, notre état de santé n'est pas le même à la naissance: là où certains naissent au bout de 9 mois en parfaite santé, tètent sans problème et adoptent rapidement des cycles diurnes / nocturnes normaux, d'autres naissent prématurés ou avec des malformations congénitales ou encore ont des problèmes neurologiques les empêchant de téter correctement. La liste à nouveau est infinie. Pourquoi sommes-nous déjà différents à la naissance ? Eh bien, cela fait partie des mystères de la vie pour une grande part et aux plus ou moins bonnes habitudes de vie des parents pour une autre part. Sans parler des "accidents" de la vie qui sont plus nombreux qu'on ne le croit
  • Une fois au monde, chaque seconde de vie, même en étant frère et sœur, fait que nous allons vivre quelque chose d'unique, que rien ne sera exactement comme le reste de l'humanité: le milieu familial sera unique, notre alimentation sera unique, nos jeux seront les nôtres, appris à notre rythme, les vaccins que nous allons recevoir seront peut-être les mêmes en théorie, mais impacteront un organisme qui est unique et plus ou moins apte à supporter le choc vaccinal. Et l'on peut dire la même chose des médicaments
  • Face à la maladie nous ne sommes pas égaux: dans les pires épidémies du passé (la peste ou la grippe espagnole, etc..), il y a ceux qui tombaient comme des mouches et ceux qui passaient au travers alors même qu'ils étaient en contact étroit avec les malades. Pourquoi, est-ce ainsi ? Là aussi on ne peut qu'émettre des hypothèses et s'en remettre aux mystères de la vie

J'arrête là cette liste tant tout cela est évident pour nous tous, n'est-ce pas. Mais on comprend facilement à quel point toutes ces particularités vont affecter notre métabolisme, notre physiologie, notre psyché et notre énergie vitale.

La biologie a décrit des processus métaboliques d'une complexité folle. Chaque cellule de notre corps est une usine capable d'accomplir  des merveilles à chaque seconde de notre existence. Notre corps et nos cellules sont en permanence en train de créer, de recycler, de stocker, de déstocker, de transformer, de méthyler (il y a des centaines de voies de méthylation différentes). Par exemple :

  • La création du glutathion (le plus puissant anti-oxydant du corps humain) à partir de l'homocystéine passe par des étapes complexes et nécessite, entre autres, la présence de vitamines du groupe B. Ce qui sous-entend que chacun des paramètres qui sous-tend la création du glutathion fera que nous saurons plus ou moins bien nous protéger contre les attaques de radicaux libres (reconnus pour jouer un rôle majeur dans le viellissement, la dégénérescence cellulaire)
  • Il existe des voies métaboliques innombrables dont l'efficacité, ou l'inefficacité, à un stade ou à un autre nous est propre. Nous sommes uniques à tous les niveaux de notre être, depuis la plus petite de nos cellules jusqu'à l'être qui se meut avec plus ou moins de facilité dans cette vie terrestre.

Eh bien face à la maladie, que fait la médecine allopathique ? Elle nous traite tous de la même façon car elle ne soigne pas des malades, mais des maladies:

  • Dans les premiers mois et années de la vie, le calendrier vaccinal est le même pour tous, peu importe notre état de santé (alors que nous savons par exemple que certains organismes sont de mauvais répondeurs à tel ou tel vaccin. Ce qui veut dire que vous pouvez avoir été vacciné trois fois contre tel ou tel virus et que vous n'aurez toutefois développé aucun anticorps et que votre protection sera au mieux illusoire)
  • Au lieu de réfléchir au pourquoi des symptômes de Mme X ou de Mr. Y, elle soigne un eczéma, une gastrite, une hypertension ou un diabète. Et vous avez intérêt à entrer dans les statistiques qui démontrent l'efficacité thérapeutique de tel ou tel médicament sous peine de grande déception
  • Le diagnostic une fois posé, elle obéit à des équations relativement simples, à chaque maladie son protocole.

Si la médecine allopathique veut devenir la médecine de demain elle devra plus s'intéresser au malade qu'à la maladie car la médecine de demain sera celle qui saura s'adresser à la personne dans sa globalité, celle qui saura interroger le patient pour savoir d'où il vient, ce qu'il a vécu, ce qu'il vit au moment où il consulte.

Ce sera celle qui saura prendre le temps d'étudier la vie du patient pour trouver, avec lui, un sens à ce qu'il vit et qui est source de souffrance. Celle qui saura intervenir thérapeutiquement en respectant cet être unique avec ses souffrances, ses déséquilibres, ses forces, ses faiblesses. Qui saura, qui osera, s'appuyer sur les ressources propres du patient pour faire confiance aux capacités de guérison qui sont en chacun de nous et qui n'utilisera l'arsenal thérapeutique "lourd" qu'en tout dernier recours.

20/02/2011

Quatre Suisses sur dix feront un cancer (2) !

Dans mon précédent billet, je disais que notre corps est une merveille d'équilibre à tous les niveaux.

Au niveau physique, cet équilibre s'appelle l'homéostasie. Pour chaque fonction de notre organisme, il y a toujours au moins un mécanisme pour l'activer (ce que l'on pourrait schématiser par un accélérateur) et au moins un mécanisme pour activer la fonction inverse (ce que l'on pourrait schématiser par un frein). Exemples:

  • Pour chaque hormone stimulant telle activité, il y a une autre hormone stimulant la fonction inverse: pour réguler le taux de sucre dans le sang, processus vital, nous avons le pancréas qui produit l'insuline pour stimuler le passage du sucre dans les cellules, afin de faire baisser son taux dans le sang. Mais si celui-ci descend par trop (et c'est tout aussi dangereux car cela mène au coma), le même pancréas va stimuler une autre hormone, le glucagon, afin de stimuler le foie à retransformer le glycogène en sucre pour le remettre dans le flot sanguin afin qu'il soit transporté partout, et notamment au cerveau où il est indispensable.
  • Et c'est pareil pour les neurotransmetteurs. Il y en a pour nous permettre d'être actif le matin au réveil et un autre (un dominant) pour nous permettre de trouver le sommeil le soir.

Et ainsi de suite pour tous les mécanismes biochimiques. L'homéostasie suppose une fonction optimale du traitement de ce qui entre dans l'organisme, de ce qui circule dans le sang et de ce qui ressort de notre corps. En d'autres mots :

  • Ce que nous mangeons et que nous buvons doit être dépourvu de pollution et chargé en éléments nutritifs qui vont servir au bon fonctionnement métabolique de nos organes et de nos cellules
  • Notre appareil digestif doit digérer ces aliments correctement, sans provoquer des ballonnements et des flatulences, signes annonciateurs d'un déséquilibre pathogène de notre flore intestinale
  • Nos poumons doivent faire l'échange oxygène/gaz carbonique dans les meilleures conditions
  • Notre appareil circulatoire doit amener ces nutriments et l'oxygène jusqu'à la cellule la plus éloignée de l'organisme
  • Nos cellules doivent faire leur travail métabolique (ex: production de protéines) dans les meilleures conditions (en ayant tous les nutriments et l'oxygène indispensables) et à l'inverse doivent pouvoir éliminer les déchets de leur fonctionnement dans le sang et la lymphe afin de rester en bonne santé (une cellule surchargée par ses propres déchets va s'affaiblir, multiplier les erreurs y compris lors de sa prochaine division cellulaire)
  • Le sang et la lymphe (en fait la lymphe se jette dans le sang) doivent ramener ces déchets à nos émonctoires (les organes d'élimination) afin qu'ils soient totalement éliminés, dernière condition pour que notre physiologie fonctionne de façon optimale.

On peut penser que je suis encore relativement loin de mon sujet de départ. Mais vous voyez que j'y viens progressivement. En effet, si l'on regarde la santé selon ce point de vue, qui est pourtant une évidence pour chacun, on peut légitimement se demander si nous vivons de façon à respecter ces équilibres ? Ma réponse est non :

  • L'industrie agro-alimentaire produit une alimentation déséquilibrée
  • Notre Société industrielle produit un nombre de substances chimiques toxiques ingérable par les mécanismes de la vie (ex: il n'y a aucune place dans notre système métabolique pour traiter le plomb et le mercure. Pas de voie de traitement, pas ou peu de voie d'élimination). Nous sommes également surchargés par les substances qui sont ou qui se comportent comme des hormones, féminines pour la plupart (oestrogen like)
  • L'industrie pharmaceutique produit des médicaments et des vaccins qui ne sont souvent qu'une nouvelle source de pollution
  • La médecine qui s'appuie presque aveuglément sur les découvertes de l'industrie pharmaceutique diffuse cette pollution médicamenteuse sans toujours respecter nos subtils équilibres vitaux
  • etc...

L'inflammation est la mère de toutes les maladies, cancer compris. Elle est certes reconnue comme une «maladie» par la médecine, car rapidement elle s'accompagne, à des degrés divers de la triade douleur, chaleur, rougeur. Et un endroit enflammé est un lieu idéal pour la prolifération de microbes. En intervenant avec des antibiotiques ou des anti-inflammatoires pour faire reculer l'inflammation sans chercher à connaître ses causes (elle est une conséquence et non une cause), la médecine allopathique ne résout rien, au contraire. Elle inhibe un mécanisme naturel qui est à la fois un signal d'alarme et un moyen pour l'organisme de se débarrasser de toxines (exemple : eczéma, bronchites à répétition, diarrhée, etc..). Donner des antibiotiques à outrance a conduit à l'apparition de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques (on le voit ces jours dans le système hospitalier vaudois) et effondre la flore bactérienne intestinale indispensable à une bonne digestion et assimilation de la nourriture. Donner de la cortisone pour chaque bobo effondre le système immunitaire, ne «règle» que très momentanément les symptômes et aggrave la pollution à l'intérieur de notre organisme.

Alors vous me direz que l'on est loin d'une bronchite au cancer. Oui, à première vue. Et pourtant, à force de contrecarrer nos processus physiologiques naturels, à force de refuser la possibilité à notre organisme de se débarrasser de ses toxines (quelques exemples) :

  • L'eczéma est une voie secondaire d'élimination de toxines que l'organisme ne peut pas éliminer par les voies normales,
  • La fièvre est un processus indispensable à l'organisme pour lutter contre des agents étrangers,
  • La diarrhée peut être une stratégie ponctuelle pour se débarrasser de toxines amenées par l'alimentation
  • La bronchite est parfois le signe que la flore bactérienne de notre appareil digestif (qui va des lèvres à l'anus) est déséquilibrée et que ces bactéries intestinales pathogènes ont remonté dans l'œsophage et sont en train de s'installer dans les voies respiratoires

on favorise l'installation d'une inflammation chronique. En effet, à force de refuser à notre organisme la possibilité de trouver des voies secondaires pour se débarrasser d'un trop  plein de toxines en l'agressant avec des médicaments qui déséquilibrent encore plus son milieu intérieur et y amènent une pollution supplémentaire, on aggrave les processus inflammatoires.  On entre petit à petit dans un cercle vicieux d'inflammations, de répression de l'inflammation, de nouvelle inflammation et de nouvelle répression. D'inflammation en répression cette situation évolue au fil du temps, tous les points d'inflammation se trouvent marqués par une irritation croissante, l'inflammation ponctuelle se transforme en inflammation chronique ou en ulcération. L'inflammation chronique des tissus finit par les durcir, par créer en eux un état d'induration. C'est exactement cette évolution qui peut conduire à un cancer.

Souvent la médecine dans sa peur des microbes et son manque de confiance presque total dans les processus naturels contribue plus au problème qu'à la solution.

Alors peut-on vraiment parler des forrrrrrrrmidables progrès de la médecine (certes la recherche fondamentale en biologie a fait des progrès considérables et la chirurgie est une branche de la médecine qui a connu des succès remarquables et dignes d'éloge) quand on voit la progression fulgurante du cancer dans nos pays (pour rappel: doublement de l'incidence du cancer en 25 ans). Et n'oublions pas que le cancer n'est pas la seule maladie à progresser. Tous les systèmes de santé sont confrontés aux mêmes phénomènes :

  • L'obésité a pris des proportions épidémiques
  • Le diabète a également pris des proportions épidémiques (aujourd'hui le diabète de type 2 qui était avant réservé à des adultes de plus de 50 ans se retrouve chez des enfants de 10 ans et moins)
  • De la même façon, et c'est un parallèle qui parle de lui-même, on rencontre également de nos jours des enfants de 10 ans présentant des problèmes cardiovasculaires
  • Quant à la maladie d'Alzheimer elle pourrait, selon certains spécialistes, mettre à genoux nos systèmes de santé dans quelques années tant cette maladie se répand, et ce n'est pas seulement parce que notre population vieillit que l'on assiste à cela. C'est surtout parce que notre population vieillit trop souvent MAL
  • Et je ne vais pas parler dans ce billet du cas spécifique des vaccins qui méritent une réflexion pour eux-mêmes, tant le sujet est vaste

Peut-on vraiment éviter de se poser une question grave: comment une médecine qui peine à guérir (guérir et pas réprimer) des maladies à leur stade initial (bronchite, eczéma, inflammations diverses, etc..) peut-elle prétendre guérir la maladie au stade ultime: le cancer ?

Je trouve cette statistique sur le cancer affligeante évidemment. La hausse continuelle des primes d'assurance maladie effectivement insupportable, mais je ne peux détacher un fait de l'autre. L'augmentation des cancers, maladie ultime de l'inflammation, prouve que l'état de santé général de la population est en baisse et aucune baguette magique n'existe pour inverser le cours des événements : seule une réflexion en profondeur sur nos valeurs, une plus grande responsabilisation personnelle (ne pas s'en remettre exclusivement au corps médical) et des choix individuels plus responsables en termes de santé et de consommation permettront d'avoir un impact sur nos primes d'assurance maladie et sur les statistiques du cancer.

 

Et puis, il n'y pas si longtemps, nous avions un Ministre de la Santé qui avait dit la phrase suivante : «Les dépenses dans le domaine de la santé sont un facteur de croissance (économique)». Considérer les questions relatives aux soins et à la santé individuelle sous cet angle est la meilleure façon de conduire aux déséquilibres décrits ci-dessus. Il ne s'agit plus d'un Ministère de la santé mais d'un Ministère de la maladie qui considère chaque maladie comme une bénédiction pour le PIB. Pourquoi dès lors promouvoir d'autres valeurs ? Un tel Ministère ne court-il pas le risque, en définitive, de considérer cyniquement, chaque cancer comme un facteur de croissance ?

Quatre Suisses sur dix feront un cancer (1) !

C'est la dernière statistique publiée conjointement la semaine passée (le 07.02.2011) par le très sérieux Office fédéral de la Statistique et le mal nommé NICER (National Institute for Cancer Epidemiology and Registration). En français cet organisme suisse, si, si, s'appelle Institut National pour l'Epidémiologie et l'Enregistrement du Cancer.

Cette publication s'est faite dans une relative discrétion et n'étant ni un papivore ni un surfeur frénétique je ne peux garantir qu'aucun média ni aucune agence gouvernementale n'ont commenté ces chiffres, mais en tous les cas cela n'a pas défrayé la chronique comme l'on dit.

Pourquoi une telle discrétion alors que les questions de santé dans nos Sociétés dites «développées» deviennent de plus en plus préoccupantes et pas seulement parce que nos primes maladies augmentent chaque année dans des proportions qui deviennent insupportables pour une grande partie de la population ?

Je ne veux pas faire ici le procès des Caisses maladies. Mon avis est clair sur la question: je souhaite ardemment une caisse maladie unique, sur le modèle de la SUVA pour les accidents. Non que je pense que cela aura un effet magique sur le niveau des primes. Par contre je suis convaincu que c'est le seul moyen d'amener de la transparence dans un secteur qui en manque cruellement (certaines Caisses ont organisé une comptabilité «créative» dont l'opacité est à peu près totale, et ce n'est pas Mr M. Poggia, Président de l'Association suisse des assurés, qui me démentira). Et la soi-disante concurrence ne fonctionne pas plus ici que dans bien d'autres domaines où les promesses de baisse des prix grâce à la concurrence entre entreprises privées ne sont que temporaires (en général les concurrents se rachètent entre eux et en quelques années reforment une sorte de cartel qui organise le marché et contrôle les prix).

A mon avis, si les primes augmentent, ce n'est pas dû uniquement au machiavélisme des assurances maladies mais aussi et surtout au fait que les gens sont de plus en plus malades. C'est une réalité incontournable et cette dernière statistique est là pour le prouver !

Alors pourquoi en sommes-nous arrivés là malgré les forrrrrrrrrrmidables progrès de la médecine ? Pourquoi l'incidence du cancer a-t-elle doublé en 25 ans, même si quelques succès, sont enregistrés dans le traitement de certains types de cancer ? Vaste question à laquelle il n'y a pas de réponse simple.

Ce qu'il faut comprendre tout d'abord est que le cancer est au fond le stade ultime de la maladie. Alors s'il y a un stade ultime, c'est qu'il y a, à l'autre extrémité, un stade initial de la maladie.

Notre organisme est une merveille d'équilibre à tous les niveaux. On peut philosophiquement se battre pour l'éternité pour savoir d'où nous venons et de quoi nous sommes constitués, mais on peut sans doute s'entendre sur le fait que l'être humain est au minimum un être physique, psychique et  énergétique (chacune de nos cellules, chacun de nos organes et nous-mêmes sommes habités par une "énergie vitale" qui fluctue en fonction de nos activités, de ce que nous mangeons et buvons, des heures de la journée, des saisons même). Que tous ces niveaux interagissent entre eux et que seul l'équilibre des fonctions permet d'atteindre un état de santé optimal.

Alors notre façon de vivre respecte-t-elle ce besoin d'équilibre. Réponse (mon humble réponse) dans un prochain billet.

09/02/2011

Une leçon de démocratie ?

Nous assistons depuis quelques semaines à un réveil de la rue dans certains pays arabes et je continue d'être frappé par la maturité politique dont font preuve les manifestants.

Après avoir été bafoués dans leurs droits et maintenus sous une chape de plomb à cause de la peur (au moins en partie justifiée) d'une  montée de l'islamisme radical, ces peuples sont en train de se réinventer un futur qui semble pour l'instant éviter les pièges tendus à la fois par une tentative désespérée de sauver les structures anciennes et de basculer dans une révolution islamiste à la mode iranienne (Khomeiny).

Nos Sociétés occidentales, apparemment gavées de démocratie (nous prenons cela pour un acquis désormais éternel) et jouissant d'une     
apparente liberté (et pourtant le concept de "liberté" est sérieusement en question lorsque l'on voit à quel point nos systèmes "démocratiques" tournent à l'avantage d'une si petite frange de la population) assistent, médusées, à ce bouillonnement en Afrique du Nord.

Si nos "Elites" financières, politiques et intellectuelles ne prennent pas la mesure de ce qui est en train de se passer dans cette région du monde et si elles n'acceptent pas de voir à quels extrêmes d'égoïsme et d'accaparement des richesses leur politique mènent nos pays, je ne serais pas étonné qu'un jour pas si éloigné que cela, elles assistent elles aussi à une nouvelle Révolution, cette fois-ci au Nord de la mer Méditerranée.

Je n'aurais jamais imaginé voir un jour la possibilité qu'un "réveil" de nos Sociétés occidentales puisse être inspiré par des mouvements sociaux venant du Sud de la Méditerranée. Et pourtant, nos Sociétés et les maux qui les rongent sont-ils si différents que cela ?

Au Sud, très schématiquement, nous avons:

  • une petite élite, un clan, qui détient les clés du pouvoir et qui s'en met plein les poches
  • une jeunesse bien formée qui ne trouve pas un emploi digne de ses qualifications
  • une restriction des libertés due à des influences religieuses, politiques et à une absence de moyens financiers

Au Nord, tout aussi schématiquement, nous voyons:

  • une petite élite, un clan, qui détient les clés de l'économie et qui s'en met plein les poches
  • une élite politique qui est au service de cette nouvelle "aristocratie", économique cette fois-ci (par opposition à l'aristocratie d'avant la Révolution française)
  • une jeunesse bien formée qui ne trouve pas un emploi digne de ses qualifications: c'est le cas dans beaucoup de nos pays comme la France (où en étant bac+7 on n'est pas sûr de décrocher l'emploi de ses rêves), de l'Espagne, de la Grèce, etc..
  • une restriction des libertés due à une absence de moyens financiers (combien de jeunes sont obligés de vivre chez leurs parents jusqu'à 30 ans car ils sont incapables de s'insérer durablement dans le monde du travail, allant d'emplois précaires en emplois précaires
  • une réelle aliénation d'une partie de la population par une télévision à la qualité navrante, un agenda sportif surdimensionné (du pain et des jeux), une distribution généreuse des médicaments de confort par nos systèmes de santé
  • la présence sur nos territoires de groupuscules d'islamistes radicaux qui pourraient à terme, "crisper" nos Sociétés

Pour l'instant, le système tient encore car il assure un minimum vital au plus grand nombre, y compris l'accès au système de santé, mais je ne suis pas certain que nos pays résisteront à une nouvelle crise économique. Or celle-ci, du fait même des fondements structurels et idéologiques de nos économies, est d'ores et déjà programmée:

  • quelle forme prendra-t-elle ?
  • quand aura-t-elle lieu (n'oublions pas toutefois que nous ne sommes pas encore sortis de la crise des subprimes) ?
  • quelles en seront les causes ?

nul ne le sait bien évidemment. Mais ce jour-là, le réveil risque d'être brutal.

Dans ce catalogue, il faut accorder une mention spéciale à l'Italie qui cumule à la fois les tares connues de l'économie libérale dans ce qu'elle a de plus "sauvage", une classe politique corrompue et un "père de la nation" incarné par un vieillard que certains qualifient de lubrique. Ainsi, on se demande quand les Italiens , lobotomisés par la télévision la plus bête du monde et aux ordres dudit vieillard, vont se lever pour dire à ce triste personnage: "Berlusconi, dégage" !

Encore une fois, nous avons toutes les connaissances historiques, tous les moyens de prospective, toutes les connaissances politiques, économiques et sociologiques pour éviter la catastrophe mais je continue, malheureusement, de craindre que l'égoïsme de quelques-uns ne soit plus fort que les leçons de l'Histoire.