01/11/2010

La Suisse et le risque de se surestimer économiquement

Je me sens généralement très éloigné des positions de "Think Tanks" comme Avenir Suisse. Mais  je ne peux qu'abonder dans le sens de la prise de position de Mr. Thomas Held, le bientôt ancien Président de cette Fondation, lorsqu'il met la Suisse en garde en disant : «La Suisse ne doit pas se surestimer [sur le plan économique]».

Lors de cette crise économique majeure et qui est loin d'avoir déployé tous ses effets pervers, la Suisse a pu compter sur ses forces qui sont importantes:

  • frein à l'endettement des particuliers et des Collectivités publiques (Confédération, Cantons, etc..) qui a prévenu et empêché la dette cumulée de ces différents acteurs économiques de prendre les proportions abyssales connues par d'autres Etats
  • tissu extraordinairement dense de petites et moyennes entreprises innovantes et tournées vers l'exportation au travers de marchés de niche
  • remarquable souplesse et intelligence de la part des entreprises et de la Confédération dans le recours au chômage partiel (plutôt qu'aux licenciements brutaux et massifs connus ailleurs)
  • réservoir de main d'œuvre particulièrement qualifiée (grâce au recours important à l'apprentissage en lieu et place du «tout académique» de certains de nos voisins)
  • immigration massive, à l'échelle de ce pays, de cadres et de travailleurs en provenance de l'UE, ce qui a stimulé la croissance intérieure (il a fallu les loger, les nourrir, accueillir leurs enfants à l'école, etc...).

Tout ceci est absolument remarquable et a permis à la Suisse de faire mieux que la plupart des économies occidentales dans cette tourmente qui a failli tout emporter. Pour donner une meilleure perspective de cette performance, il suffit de se remémorer le fait suivant : bien qu'il ait souvent été reproché à la Suisse de tirer sa prospérité de l'évasion fiscale de ses voisins, il faut se souvenir qu'en 2009, alors que les grandes banques accumulaient les pertes depuis 2 ans (> 60 milliards de CHF entre UBS et Crédit Suisse) et n'avaient plus payé le moindre impôt, la Confédération a remboursé 10 milliards de CHF de sa dette (qui dit mieux !). Ceci prouve magistralement que la Suisse ne vit pas que de l'évasion fiscale. C'est un point particulièrement important à souligner au vu des multiples pressions internes et externes contre le secteur bancaire !

Cela dit,  je rejoins Mr Held, dans sa mise en garde, car l'équilibre économique est un exercice périlleux où rien n'est jamais acquis. La Suisse a aussi ses faiblesses parmi lesquelles :

  • un secteur bancaire surdimensionné qui représente plusieurs fois le PIB de la Suisse, et qui en cas de nouvelle crise grave pourrait entraîner tout le pays dans sa chute, un peu sur le mode islandais
  • une grande dépendance par rapport à la santé économique de nos voisins, Allemagne en tête (le marché intérieur est très petit: 3% des ventes mondiales de Nestlé par exemple)
  • une économie si florissante que le franc suisse est redevenu une valeur refuge, ce qui peut prétériter notre industrie d'exportation (même si celle-ci bénéficie de l'achat de matières premières à moindre coût)
  • corollaire au point précédent, l'engagement formidable de la BNS sur le marché des changes (près de 100 milliards d'Euros achetés en quelques semaines, au moment de la crise grecque) pour tenter d'empêcher la surévaluation du franc suisse par rapport aux monnaies de nos principaux partenaires économiques, ce qui fait courir un risque assez terrifiant (plusieurs dizaines de milliards dans le pire des cas, et ce qui se passe ces jours avec la crise irlandaise, portugaise et la révision à la hausse des déficts de la Grèce n'est fait pour rassurer personne)
  • des Fonds de pension beaucoup trop profondément affectés par l'évolution du marché des actions

Tout ceci amène à féliciter ce pays pour les remarquables performances de son économie mais à l'inciter à rester particulièrement vigilant et à ne surtout pas s'endormir sur ses lauriers.

 

16:39 Publié dans Suisse - ses défis | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, économie, crise | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.